BioShock

publié par Aya Völsunga, le 30 juin 2014 à 10:32:03

L’homme choisit, l’esclave obéit
Auteur : Code 44
Genre : Science-fiction type « plus ou moins steampunk », options « biographie », « savants fous » et « psychopathes bizarres ».
Rating : 13+ pour l’hémoglobine.
État : Fiction à chapitres (terminée)
Connaissance du fandom : inutile
Fanfiction centée sur les personnages de : successivement tous les personnages du fandom.

Résumé :
Andrew Ryan, le “roi sanglant de Rapture” d’après Atlas. Milliardaire excentrique qui a consacré sa fortune et sa vie à bâtir son rêve : Rapture, la Cité de l’Impossible.
Mais qui était vraiment cet homme ? Quelle vie a pu le conduire à s’enfouir sous les mers pour échapper à ce monde de “parasites” ?
Voici son histoire.
L’histoire d’Andrew Ryan.
Qui n’est peut-être au fond que l’histoire d’un homme ordinaire.
Ne tient pas compte de Bioshock 2, l’écriture ayant débuté avant sa parution

Avis, de Kumfu :
Je l’avoue, « L’Homme choisit, l’Esclave obéit » est un texte que j’ai lu par défaut. L’auteur le vendait comme pouvant être lu et apprécié sans connaître le fandom. Après lecture, je confirme.

« L’Homme choisit… » est donc une biographie. Chaque chapitre recouvre une période de la vie du personnage principal, depuis son enfance jusqu’à sa chute. L’auteur s’est documenté pour faire coller les souvenirs aux périodes de l’Histoire correspondantes, et cela contribue à rendre son personnage vivant – plus humain. Au final, le lecteur se prend à éprouver une certaine empathie pour cet homme, et à comprendre ce qu’il est devenu, alors qu’il n’est pas le héros du fandom.

Lire la fiche complète sur FINTE.

1 J'aime

Bon, je viens de finir la lecture d’une fanfic excellente (mais pas encore parfaite) à mes yeux, et je me dois de la faire remonter ici afin d’en faire profiter les copains !

A Rapture Reminder : une histoire des profondeurs
Auteur : @hawthorneabendsen
Genre : Side Story / Action / Mystère d’après la fiche
Rating : K+
État : Fiction en 5 chapitres + épilogue et postface (6 au total, donc) ; terminée.
Connaissance du fandom : De préférence, oui.
Fanfiction centrée sur les personnages de : un OC, Sam Arbuckle, mais l’intrigue s’enroule aussi autour des personnages du fandom afin de se dénouer.
Résumé :

Sam Arbuckle était un habitant de Rapture comme les autres. Il avait une femme, un commerce, tout ce dont un homme pouvait rêver dans ce bas-monde. Mais elle est morte, dans des conditions affreuses et mystérieuses, le 20 décembre 1956. Depuis, il noie son chagrin dans l’alcool chaque soir ou presque. Mais un évènement va se produire, un évènement qui va changer sa vie et celle des habitants de Rapture…

Avis : Je suis tombée sur cette fanfiction par pur hasard. L’auteur a mis à jour le dernier chapitre, ce qui l’a faite remonter sur la page d’accueil, et je crois que je l’avais déjà vue passer à sa parution il y a quelques mois. Quoi qu’il en soit, il m’aura fallu environ deux heures (oublions le fauteur de troubles qu’est mon félin domestique) pour la dévorer, et laisser quelques commentaires par-ci par-là. Le nombre total de mots s’élève à 22 639, et on ne les voit pas passer !
L’histoire est racontée du point de vue de Sam, un personnage narrateur, qui a perdu sa femme dans une sombre histoire louche. Accablé par son sort, dévasté par la perte de cet être cher qu’il a entraîné avec lui à Rapture, il cherche des réponses tout en tentant de survivre face à la déchéance de la ville sous-marine.
La progression de l’histoire se fait de la même manière que celle du joueur dans Bioshock ; le lecteur et les personnages se retrouvent emmenés à divers endroits afin de rencontrer X ou Y personnage, qui les emmènera vers leur prochaine destination. Les scènes d’action (car il y en a) sont très bien écrites à mon goût, et on retrouve un peu cette sensation d’affronter les ennemis du jeu. Le côté humain de Sam malgré son désabusement et la fatalité qui pèse sur lui nous lie à lui, et nous ne pouvons qu’être mené(e) à lire le chapitre suivant pour connaître la suite et la fin de son histoire. L’épilogue ponctue tout cela en douceur, comme un calme après la tempête, et apporte la fin que nous espérons lire.
Le seul point négatif que j’aurais à mentionner serait les fautes d’orthographe (en général). Mais comme ces petites coquilles sont assez discrètes, elles ne gênent absolument pas la lecture.
C’est un gros coup de cœur pour moi, tant le canon est respecté et tant l’histoire se mêle à ce dernier pour exister. À vrai dire, je pense qu’elle pourrait totalement être canon tant les événements s’imbriquent à la perfection !
À lire d’urgence pour tous les fans de la trilogie ! :smiley:

4 J'aimes