Les bandes annonces des futurs films

Ouais 13 longues années. James Cameron voulait attendre que la technologie soit plus performante.
Il ne reste plus qu’avoir que le film va donner maintenant et les futures suites si elles sortent vraiment. :slight_smile:

2 « J'aime »

:hugs::hugs::hugs:

1 « J'aime »

Stop ! On arrête tout !
Je viens d’apprendre qu’il y avait un film Barbie en préparation avec Ryan Gosling. J’étais pas prête… :sweat_smile:
Je dois aller aux urgences ophtalmologiques et psychiatriques dans la foulée.
:joy: :rofl:


7 « J'aime »

OMG j’étais pas prête :rofl::rofl::rofl:

2 « J'aime »

Il n’a peut de rien le Ryan Gosling, je l’admire.
:rofl:

Je suis aussi surprise que vous mais je me dis aussi que la nature ayant horreur du vide, c’était presque à prévoir :upside_down_face: . Et très franchement pour la nostalgique de Barbie que je suis, je ne vais pas mentir, pour ma part ça m’intéresse de voir ça. Même si les films d’animation Barbie n’ont jamais été mon truc. Mais là, un film avec des vrais acteurs, franchement je dis oui sans honte, à condition que Barbie ait quand même un peu plus de profondeur psychologique et ne soit pas cette insupportable Mary Sue qu’elle n’a jamais cessé d’être devant qui la terre entière se prosterne. Et puis ces tenues kitsch aux couleurs saturées typiques de Barbie et des années 90, en vrai j’adore.

Édit : et puis comme je voue un culte à la couleur rose, je sens que je serai servie avec ce film. :grin:

3 « J'aime »

Moui m’enfin tout de même… :sweat_smile:

Ah non mais rien à carrer de la profondeur psychologique, moi je veux du gros second degré un peu en mode Aqua - I’m a Barbie girl.

Sans gros mot c’est difficile (je suis une grande fan du film 21 Jump Street avec Jonah Hill et Shanning Tatum qui massacre la série et de Nicky Larson le parfum de Cupidon) mais un truc à la sauce La revanche d’une blonde me paraît faisable.
(J’adore aussi ce film, je trouve le personnage de Elle Woods très attachant - si tu aimes le rose il faut le voir)

En fait c’est encore un film fanfiction.

4 « J'aime »

La revanche d’une blonde est un film magiquement parfait.

Bon, la suite est un peu moins bien quand même

5 « J'aime »

C’est la fête du cinéma (4 euros la place de ciné jusqu’au 6 juillet).

On est allé voir Blackphone avec mon conjoint, c’est un thriller fantastique. Classé à mon sens par erreur en horreur, ce qui je pense explique les notes moyennes alors que le film est vraiment très bien. Son (très) gros point positif c’est l’effort qui est fait autour des personnages pour leur donner une vraie personnalité et rendre les enfants très attachants (en y réfléchissant, je trouve qu’ils ont peut-être trop travaillé les gentils et pas assez le méchant).

1 « J'aime »

Bonjour :hugs:
Aujourd’hui, 2 bandes annonces qui me plaisent :relaxed:

Et

5 « J'aime »

Bon
Moi, je l’ai dit déjà quelque part, les films collégiaux Marvel m’ennuient (c’est une série au cinéma) mais pas les films d’introduction à de nouveaux personnages.

J’avais bien apprécié Black Panther, et cette bande annonce claque.

3 « J'aime »

Mario ça donne envie :sweat_smile:

2 « J'aime »

Non, rien ne remplacera jamais CECI :kissing_closed_eyes: :

6 « J'aime »

Tellement a côté de la plaque qu’il en est bon :sweat_smile:
J’ai une vraie tendresse pour ce film :mushroom:
moi-moche-et-mechant-3-gif-5a0c1f4ac1403
"Glou glou glou"

5 « J'aime »

Et film où non seulement le héros c’est plutôt Luigi, mais également où Princesse Daisy est archéologue, ça rigolais pas.
D’ailleurs quitte à avoir un film dans la licence, j’aimerais mieux du Luigi’s Mansion.

5 « J'aime »

Le film Super Mario là, je me suis dit au début : « Oh non c’est pas possible, encore une grande licence vidéo-ludique qui va de nouveau être massacrée au cinéma. » (Oui parce que bon le premier film là… :sweat_smile: )

Eh bien, le trailer donne sacrément envie et la VF semble parfaite. Après je lisais les commentaires YouTube et certains internautes craignent que les doubleurs professionnels du trailer n’aient été embauchés que pour cette partie-là justement, et qu’à terme, tout le casting ne soit composé que de ce qu’on appelle a priori des « star talents », à savoir des influenceurs, notamment YouTubers, comme on a pu le voir pour certains films d’animation ces dernières années. Espérons en effet que ça ne soit pas le cas. :sweat_smile:

Malgré tout, bien que le film soit le fruit d’une collaboration entre Nintendo et les studios Illumination, et que Nintendo ne lâche pas si facilement que ça ses licences dans la nature pour des adaptations (bon à savoir si un jour ils veulent nous faire, par exemple, un film Zelda), je reste sur mes gardes et ne veux pas non plus trop me fier à un simple trailer. C’est que ces dernières années, entre la seconde adaptation bâclée du manga Sailor Moon en nouvelle série animée (Sailor Moon Crystal) pour les 3 premiers arcs du manga puis en films (Sailor Moon Eternal, en 2 parties) pour le 4ème arc, et la troisième adaptation en live-action de Mortal Kombat, dont le trailer et les 10 premières minutes du film annonçaient du très lourd mais qui s’est finalement révélée pour beaucoup de fans (dont moi) être un gros ratage (j’en fume encore de rage…), mon cœur de fan a pris cher, et je suis tentée d’emblée de ne plus rien regarder du tout…

Je croise les doigts parce que franchement, Mario est une franchise faite pour être transformée en film d’animation.

En tout cas les internautes anglophones semblent nous envier la voix française de Mario et fustiger celle de Chris Pratt pour leur version. Il est vrai que Pierre Tessier, le doubleur de Mario, a une interprétation qui fait vraiment penser à celle de Charles Martinet (lui-même d’origine française), la voix historique du plombier mais aussi de Luigi, Toad, Wario et Waluigi.

Pauvre Chris Pratt quand même. Être comme ça sous le feu des critiques après qu’on l’imagine avoir beaucoup travaillé, faut pouvoir l’encaisser…

6 « J'aime »

Je sais pas s’il a réellement travaillé. C’est sa voix standard, il n’y a aucun effort visible dans son doublage.
Lui qui affirmait s’être donné à fond pour ça, ça ressemble juste à un gros mensonge. D’un côté on a Jack Black qui a l’expérience du doublage et se donne à fond, et de l’autre on a Chris Pratt qui est juste lui-même…
Enfin là où ça fait plaisir, c’est que la VF est reconnue à l’internationale comme étant bonne, ce qui est rare ! Ce rayonnement francophone qui montre que nos comédiens spécialisés dans le doublage sont géniaux fait plaisir ! :grin:

6 « J'aime »

On est d’accord, Jack Black c’est un autre niveau.

Après pour Chris Pratt, je te fais confiance ; j’ai écrit cela car je ne n’arrive jamais à concevoir qu’on ne puisse pas, justement, réellement affirmer « se donner à fond » pour quelque chose et mentir en même temps… Et pourtant le laxisme professionnel existe et on le voit tous les jours, mais rien à faire, je reste naïve et ne veux jamais croire qu’on puisse vraiment, même inconsciemment, ne faire les choses qu’à moitié…

Pour le talent de nos doubleurs, je me souviens d’ailleurs avoir lu à plusieurs reprises que beaucoup d’anglophones adoraient South Park ou Les Simpsons en français…

Édit : et d’ailleurs j’y repense mais… la voix française de Bowser est assurée par Christophe Lemoine, la voix de Cartman et de Butters dans South Park, et la principale raison pour laquelle justement, les anglo-saxons préféraient la VF de la série. Mais il est aussi l’un des 2 doubleurs officiels en français de Jack Black, qui interprète donc Bowser en VO dans le film…

7 « J'aime »

Bé bonjour le dégât… J’espère bien que non :scream:

5 « J'aime »

Je n’ai pas trop regardé South Park mais je sais que oui, pour les Simpson, la VF a une place de choix à l’international !
Au-delà de ça, Philippe Peythieu est fantastique dans ses rôles (Homer, déjà, mais aussi Nefarious dans Ratchet & Clank), Véronique Augereau sait jouer de ses cordes vocales, mais si on part dans d’autres univers, je me souviens combien j’ai été soufflée par la différence de niveau d’interprétation entre Martial le Minoux dans la VF de Professeur Layton et la VO japonaise ou même la version britannique.
Pour le film Mario on peut compter sur Frédéric Souterelle (le Roi Pingouin) qui a aussi une belle palette, et surtout, le meilleur de tous (en toute objectivité) Donald Reignoux (vous aurez tous reconnu Titeuf en entendant Kamek…:face_with_hand_over_mouth:).

Ça a justement un peu relancé le débat VF/VO sur le serveur Discord (mais aussi sur les internets) mais dans tous les cas les gens s’accordent pour dire que la VF a été particulièrement soignée pour ne serait-ce que le premier trailer de ce film.
J’espère vraiment que ça sera le doublage final, et j’ai vraiment vraiment hâte d’en entendre plus (et d’en voir plus — les visuels m’ont soufflée tout comme la qualité d’animation) !
C’est, pour l’heure, le film de 2023 que j’attends avec le plus d’impatience :face_with_hand_over_mouth:

5 « J'aime »

Dans un tout autre registre que Marios Bros, le 18 janvier 2023 c’est la sortie officielle de La Guerre des Lulus.

Synopsis : 1914, le jeune Ludwig est envoyé à l’orphelinat car sa mère, femme de chambre, part travailler en Suisse et doit d’abord économiser pour le faire venir dans les Alpes avec elle. Arrivé à l’Abbaye de Valencourt, il est installé au dortoir organisé par ordre alphabétique. Dans la chambre des L, Ludwig fait la connaissance de Lucien, Luigi et du petit Lucas, alias la bande des Lulus. Un jour, alors que les quatre gamins font l’école buissonnière suite au départ de l’instituteur pour le front de la Somme, leur abbaye est évacuée d’urgence en prévision de l’avancée allemande. A leur retour d’escapade, ils se retrouvent seuls et livrés à eux-mêmes dans le village déserté de l’abbaye.

Pourquoi qu’j’en cause, surtout ici ?

A l’origine, « La guerre des Lulus » est une bande-dessinée en 10 volumes (dont 8 parus) et 2 spin off, créée par Régis Hautière (breton d’origine, picard de coeur) et Hardoc (originaire d’Albert, dans la Somme) et publiée chez Casterman.

Les deux auteurs sont bien connus à Amiens, on les croise régulièrement à la librairie avec mon conjoint et on a habité quelques années dans la même rue qu’Hardoc (en fait j’ai même visité la maison à côté de la sienne quand on cherchait à déménager). Bref, ce sont nos stars locales dans le milieu de la BD. Régis est un scénariste très prolifique et plutôt doué de mon point de vue.
Je n’ai pas lu la BD, mais mon conjoint si, il la trouve bien écrite et c’est un succès commercial apparemment.

Dimanche dernier, on a eu l’occasion de voir le film en avant-première dans un festival à Amiens, en présence des auteurs de la BD, de l’acteur qui joue Ludwig et et d’un membre de la prod. Donc j’ai décidé de venir en parler et en faire la demi-promo.

Mon avis sur le film :
L’histoire (la trame de fond) est bien, c’est structuré, les personnages sont attachants, il y a pas mal d’humour, rien à redire sur le scénario initial.
Sur son adaptation, le format cinéma a poussé le réalisateur à condenser en trois mois (fin de l’été arrivée de l’automne) une histoire normalement étalée en 2 ans et demi et à intégrer des éléments des spin off (et même des histoires courtes pilotes publiées dans des revues avant le lancement de la série chez Casterman). De fait, comme l’a souligné Régis, il y a des anachronismes.

Régis a aussi souligné le fait que le choix d’adaptation qui a été fait est celui du format d’un conte pour enfant, alors que l’oeuvre initiale est un récit d’aventure historique très documenté et très imprégné de l’histoire de la Grande Guerre. Ça a un peu dérangé mon conjoint, mais pas moi. Ça donne naissance à un film jeunesse, un peu dans l’esprit d’un Jumanji, ou d’un Arthur et les minimoys.
Comme l’expliquait Régis (heureusement qu’il était là pour analyser le travail des cinéastes, il a un vrai regard de scénariste, les autres parlaient pour ne rien dire) c’est une sorte de conte à l’ancienne, avec un début centré sur Ludwig pour élargir ensuite sur le groupe des Lulus et leur quête pour retrouver une vie « normale » : trouver un lieu sûr où s’installer et une famille. Mais à chaque fois ils sont rattrapés par la guerre, sorte d’allégorie de l’ogre dans les vieux contes.
En y repensant, je crois qu’on peut aussi voir ce film comme une adaptation junior de l’Odyssée d’Homère avec Ludwig comme Ulysse, et il cherche sa mère et la Suisse au lieu de chercher Pénélope et la terre d’Itaque. L’ennemi n’étant plus Poséidon mais Ares, le dieu de la guerre.

Les décors sont vraiment sympas, même si on voit la différence entre les vrais décors et ceux en cartons pâte comme la cabane de Louison. Ils sont aussi dans l’esprit d’un film jeunesse. La grande majorité du tournage a été faite en Picardie, alors pour quelqu’un de la région les décors sont très familiers. Pour les autres, ça vous donnera l’occasion de voir le familistère de Guise dont j’ai déjà parlé ici que le topic « Vos sources d’inspiration ».

Il faut savoir que la première guerre mondiale a profondément marqué la Picardie, le reste des Hauts-de-France aussi, mais ce sont surtout l’Aisne et la Somme (plus l’Artois) qui ont morflé. Plus de 100 ans plus tard, les séquelles de la guerre sur le paysage sont encore là et on vit dedans comme si c’était la normalité, au milieu des monuments aux morts et autres lieux de mémoires, musées, mémoriaux, cimetières militaires… Du coup, je pense que ce film n’aura pas le même impact psychologique et visuel sur un habitant des Hauts-de-France (ou du Grand Est) que sur une personne vivant ailleurs.

Le seul passage réellement violent est celui de la tranchée, il m’a paru essentiel même s’il est grossièrement amené. Je ne sais pas trop quoi en penser ; les auteurs ont souligné la capacité de résilience des enfants par rapports aux adultes (au sens large dans la vie, pas que dans ce film ou la BD). Les enfants qui grandissent dans la guerre ou dans la misère apprennent à s’y accoutumer et à vivre avec, malgré les traumas que ça leur laisse, ils s’adaptent et font des projets en fonction de leurs possibilités, quand pour les adultes c’est beaucoup plus aléatoire. Je suis d’accord avec ça, ça renvoie à ce que je disais sur l’humour noir la semaine dernière, mais j’ai trouvé que le passage dans la tranchée ne leur laissait vraiment aucune séquelle psychologique, ça me paraît très peu probable. Enfants comme adultes (et même les animaux) sont soumis à un stress sensoriel tel lors des combats et bombardements que ça marque à vie. Il y a pas mal d’études qui ont été faites sur le sujet. Les résultats sont éloquents.

Sur le jeu des acteurs, c’est un film jeunesse alors il vaut mieux être indulgent et y aller pour les gosses, pas pour les adultes qui jouent trop sérieusement comme au théâtre alors que le film est plutôt destiné aux enfants et aux ados. D’ailleurs je trouve ça un peu ridicule que les noms des acteurs adultes tous secondaires soient mis en gros sur l’affiche. Le seul que j’ai trouvé convaincant c’est Alex Lutz, sans doute en partie grâce à son personnage.

De mon point de vue, le seul défaut de ce film c’est que c’est un film français, avec des défauts de films français, en gros les trois points noirs qui m’agacent : un jeu trop théâtral, pas assez cinématographique, ni assez naturel (là encore les gosses malgré leur inexpérience de la caméra s’en sortent mieux que les grands) ; des clichés contemporains venant remplacés ceux que l’on essaye de déconstruire depuis vingt ans, avec encore plus de gros sabots (manque de subtilité donc) ; une morale bien-pensante dégoulinante et ridicule à force d’être trop poussée (manque de subtilité bis), et passablement anachronique en plus. Le coup de la femme médecin m’a fait bondir, et l’aplomb avec lequel elle affirme dans le texte son anachronisme dans le seul but de justifier le féminisme actuel ça m’énerve. 100 ans se sont écoulés, deux guerres mondiales et plusieurs révolutions sociales, les droits des femmes ne sortent pas d’un chapeau magique. Quand on fait des études d’histoire, entendre des mensonges éhontés de réécriture fantaisiste de l’histoire est aussi stupide et violent que d’entendre que la terre est plate ou que l’humain est apparu par le créationisme. Et c’est valable pour tout le monde, que ce soit les gros réactionnaires fachos qui veulent détruire la démocratie et vomir sur les Droits de l’Homme, ou les wokistes et autres SJW, être du côté du bien ne justifie pas de cacher l’histoire sous le tapis pour raconter des trucs plus plaisants sortis de nulle-part. C’est dangereux socialement et pas sérieux scientifiquement, mais je m’égare. Enfin, c’est sans doute la seule chose qui m’a vraiment gêné dans ce film, quitte à faire un film jeunesse sur la guerre, il fallait être un peu plus pointilleux sur ces aspects, en faisant de la pédagogie évidemment, surtout que Régis Hautière a essayé de faire une BD historique bien documentée adressée aux enfants, occulté cet aspect éducatif n’est pas très judicieux.

4 « J'aime »