Ambiance, ton, style... ? Du pareil au même?

Salut à tous,

C’est dimanche, et au lieu de vous dire que vous feriez mieux de vous lever et de bosser vos fics, vous avez encore envie de chercher « du contenu » sur Instagram.

Eh bien j’ai un compromis : rester sur internet pour lire des articles d’auteurs qui évoquent différents aspects de l’écriture.

J’écris ça uniquement pour les nouveaux, les autres auront déjà deviné que je vais leur proposer une analyse de :

Ex : « Cet auteur au style vif mitonne des intrigues au ton sarcastique et mordant qui parvient, à la longue, à instiller un malaise diffus. »

Cette phrase fait-elle sens ?

On touche encore à de subtiles mais éclairantes distinctions de cuisine stylistique.

N’ayez pas peur, on ne vous mettra pas ça en Niveau 2 du prochain défi.

Si vous lisez l’article vous apprendrez que : le ton appartient à l’auteur et signe une intention délibérée de sa part, son attitude par rapport à ce qu’il écrit ; l’ambiance est davantage une impression subie par le lecteur, la résonnance émotionnelle du texte.

(Bonus, vous apprendrez aussi ce qu’est la voix d’un auteur et le style d’un texte…)

.

J.H. explique bien que ce serait un peu trop facile si l’utilisation d’un ton effrayant pouvait susciter immanquablement l’effroi chez le lecteur.
(Ou larmoyant → la tristesse).

Il avance que souvent en effet, il y a plus ou moins :smile:adéquation entre l’intention de l’auteur lorsqu’il utilise un ton particulier et l’impression que le lecteur en recueillera.

Que peut-il se passer si rien n’est correctement maîtrisé ? Je pense à des exemples comme :
un ton grandiloquent et dramatique déclenche le rire ;
un ton léger suscite l’ennui…

J.H. en parle dans le cas spécifique très classique des films d’horreur de type maison hantée.
La lala la la, :notes: (la petite famille s’installe) oh comme on va être heureux ici, et puis c’est grand et si calme près des bois… Chéri, cette porte ne veut plus s’ouvrir tu peux faire quelque chose ? Pas de problème mon sucre d’orge, j’ai mis les outils à la cave…

(Avec un peu de chance, là, vous avez souri en coin)

Il n’y a pas de bon ton ou de mauvais ton, il y a le ton qui va servir votre intention.

9 « J'aime »