De la fanfiction au roman

Bonjour,

Je sais que le sujet a déjà été abordé de manière brève dans un topic - je ne peux plus citer duquel il s’agit - et j’avoue que depuis cela reste ancré dans mon esprit.

Je vais vous poser une question simple : que pensez-vous du fait de changer une fanfiction en romans, tels que certains auteurs l’ont déjà fait?
Ma seconde question serait : seriez-vous, vous-mêmes, capables de faire d’une de vos fanfictions un roman, et pourquoi?

C’est sans doute de la curiosité mais je pense que ce serait intéressant de savoir vos avis. Car personnellement, je vois de plus en plus d’auteurs de fanfictions, les transformer en romans juste en changeant le nom de certains personnages voire même certaines descriptions. J’avoue que cette idée me plaît, car ma fanfiction la plus récente est celle qui m’inspire le plus et qui est un marqueur important de mon identité.
Néanmoins, je me demande si, dans ces cas-là, l’auteur.e cache la vérité : j’entends par-là qu’elle Omet volontairement d’expliciter que son œuvre est, à l’origine, une fanfiction.

Bref, n’hésitez pas à partager vos avis! ^^

3 J'aime

C’est une idée à laquelle je suis pas mal opposée par principe, personnellement, parce que ça contrevient à un aspect qui me paraît fondamental en fanfiction, qui est que la fanfiction, c’est un acte gratuit. Quand on écrit une fanfiction, on va écrire pour écrire, pour le plaisir du geste et jamais pour un quelconque intérêt financier. En transposant pour en faire une histoire originale, on perd ce côté gratuit. Après, je ne suis pas contre le fait de s’inspirer du scénario d’une de ses fanfictions pour créer une histoire originale, mais se contenter de changer les noms et les lieux pour donner l’illusion, je dois avouer que ça me met mal à l’aise (d’autant plus que c’est pas toujours les meilleurs qui s’adonnent à cette pratique toussetousseCinquanteNuancesdeGreytoussetousse

Reste aussi la question du respect du fandom. Si en changeant juste les noms des personnages, on se retrouve sur une histoire qui n’a plus rien à voir avec l’oeuvre originale, à quel point la fanfiction était de base proche du canon ? J’ai tendance à penser que toutes les fanfictions de type UA où les personnages sont barista dans un café/tatoueur et fleuriste/ce genre de choses sont finalement assez loin de l’esprit de base de la fanfiction (bien que ça reste globalement sympa à lire) et serait plus pertinent en histoire originale et c’est un peu pareil pour toutes ces fanfics transposées en original à mon sens. Si la transposition est si facile que ça, c’est que l’histoire de base n’était pas une fanfiction au sens strict du terme.

Bref, tout ça pour dire : s’inspirer, oui, transposer, non.

5 J'aime

Pareil que Harley.

Sauf que moi je ne vois même pas où est le problème avec 50 nuances. C’est pas du Twilight.
Ce n’est que bien après la sortie du 1er film que j’ai su qu’à la base ça avait été une UA où les noms étaient Edward et Bella… Et j’ai écarquillé, quoi.

Il n’y a rien de surnaturel. Les personnages sont OOC, leurs interactions n’ont rien à voir avec l’oeuvre originale (je crois), ils n’ont pas le même âge. Le mec n’est même pas « végétarien » :smiley: Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il ne brille pas…

.
Je le fais dans mes propres fanfics : trouver des têtes qui m’inspirent (en plus ça me permet de donner des détails de description qui font vrai) et leur faire tenir un rôle dans ce que j’écris. Qui le sait, si je ne le dis pas ? C’est ma petite cuisine mentale.

.
Si c’est pour vendre sa fanfic en la rendant publiable, parce qu’on trouve son intrigue valable, cela demande en réalité un gros boulot si on est proche du fandom.
Faut tout renommer : les gens, les lieux, changer les concepts, les artefacts emblématiques s’il y en a… Pour rendre ça méconnaissable et inattaquable.

On a moins de travail sur une UA.

5 J'aime

Je suis d’accord avec vous.

J’ignore si cela vient de moi ou non, mais je trouve que le phénomène - de transformer ses fics en roman - est progressif, il ne cesse d’accroître. De plus en plus d’auteurs, jeunes ou non, décident de faire de leurs fics un roman à part entière, et parfois ils utilisent même l’autoédition.

Honnêtement, pendant un temps et encore aujourd’hui, je me pose moi-même cette question qu’est de transformer ma fic en roman. D’un côté je me dis que ce sera juste un gain de temps (déjà que je galère à écrire, par peur d’être confrontée à un échec ou de décevoir). Mais d’un autre, je commence à songer qu’écrire sa propre histoire doit être plus simple, car nous inventons notre univers, nous n’avons pas la nécessité de nous référer sans cesse à un fandom pour ne pas se tromper.

Après, je ne juge personne, et chaque personne est libre de faire ses choix. Simplement, c’est que je trouve que c’est une façon de se faire connaître et de se faire publier qui est de plus en plus usité, et je ne peux pas nier ne pas y avoir pensé.

3 J'aime

Bon alors… J’ai pris le temps de prendre une photo, donc voilà…

Quand on me demande ce que je fais, je réponds « j’écris des romans », dans le sens « je suis capable de produire des textes qui racontent une histoire avec un début, une fin et un certain nombre de mots ». Parce que bon, figurez-vous qu’en dehors d’un cercle restreint d’initiés, absolument personne ne se préoccupe de la fanfiction. En revanche tout le monde sait ce qu’est un roman.

Du coup à la question « que pensez-vous de changer une fanfiction en roman ? », je réponds « non c’est trop chronophage au vu de mes activités actuelles, je préfère me cantonner à de la novella ».

Bien sûr, j’ai tout à fait compris que ce n’était pas le sens initial du topic.

Donc à la question « en fait je parlais d’un vrai livre », je réponds que je ne vois pas vraiment où est le problème.

A la question « oui mais non je pensais à un vrai livre que d’autres gens vont lire », je répondrai qu’il y a plus d’exemplaires de ces objets en circulation qu’une des pièces en édition limitée de ma collection, ce qui me satisfait pleinement.

Et à la question « tu n’y es pas il faut comprendre un vrai livre vraiment vrai », ben dans ce cas c’est le deuxième en partant de la gauche. Qui a entre autre été réalisé pour des questions de propriété intellectuelle. Et qui, accessoirement, est la suite directe de « Xénobiologie ». Qui, lui, est canon.
Et, non, je n’y vois aucun problème particulier.

En revanche, pour la question qui sous-tend tout ceci « est-ce bien de vouloir devenir riche et célèbre à partir d’une fanfiction », je dois dire que je ne peux pas répondre : ça ne m’intéresse pas d’être célèbre.

9 J'aime

Tiens, je profite du fait que mon dîner cuit tout seul (et qu’il n’a pas encore fait bip) pour vous partager cet article qui ne répond pas tout à fait à la question mais un petit peu quand même (oui, j’ai déjà procédé de la sorte. Avec le même blog).

3 J'aime

Pour ma part, ma réponse sera la même que j’ai développé dans plusieurs articles : non, tout simplement parce qu’on écrit pas une fanfiction comme on écrit un roman.

La fanfiction est une littérature de codes partagés par des communautés, par définition, elle ne s’adapte pas ou très mal à des communautés extérieures, et donc à un grand public. J’ai vu le cas de 50 nuances de Grey au-dessus, mais c’est la même chose pour After, ce sont avant tout des romans. Le côté fanfiction a entièrement été gommé lors des réécritures pour partir une base originale où les marques qui faisaient qu’ils s’agissaient de fanfictions ont entièrement été supprimées.

C’est quelque chose qui a été énormément reproché à ces deux autrices par ailleurs, leurs communautés respectives s’étant senties trahies (plus pour Anna Todd d’ailleurs, qui est vraiment la première à s’être lancée dans ça) par le fait qu’on retire tout simplement tout ce qui donnait le charme à ces fanfictions : le fandom. After, c’est ni plus ni moins une histoire de romance basique comme il y en a des milliers d’autres, si elle a eu du succès, c’est uniquement parce qu’elle vient de Wattpad et que c’était une ancienne fanfiction. Vraiment.

Pour ma part, je pense que transformer une fanfiction en roman est un jeu dangereux parce que vous risquez d’y perdre votre communauté (parce que les lecteurs de fanfictions ont prouvé avoir plus de mal à lire de l’original), mais en plus, bah vous vous tirez une balle dans le pied en retravaillant un texte déjà connu potentiellement par vos lecteurs habituels qui ne vous soutiendront donc pas dessus, alors que lorsqu’on se lance dans l’écriture originale, bah ces lecteurs là sont limite indispensables pour en trouver d’autres ensuite.

A cela s’ajoute le fait, comme dit plus haut, que les méthodes de travail ne sont pas les mêmes. Ecrire pour un large public demande des codes et une rigueur à acquérir différents. Reprendre une fanfiction pour la transformer en texte original, c’est reprendre une histoire de A à Z.

6 J'aime

Je suis d’accord avec toi. Après je connais une personne qui a parfaitement réussi à transformer une de ses fics en roman, sans que ses lecteurs ne se doutent de quelque chose. Seules d’anciennes fans de sa fic originelle (comme moi) sont au courant de ce petit secret. J’ai d’ailleurs reçu la première version de son roman, et j’étais ravie de l’avoir, de le lire et j’ai été complètement absorbée dans son univers. Au début c’était relativement compliqué de passer outre la fanfiction, mais au cours de la lecture, j’ai peu à peu oublié les véritables personnages dont elle s’inspirait.

Je suppose que pour changer sa fanfiction en roman, il faut être tout particulièrement habile avec l’écriture, avoir une « certaine expérience » dans le domaine. Les erreurs peuvent être facilement visibles (oubli de changer un nom, par exemple, un détail ou que sais-je?) et cela peut être préjudiciable à l’auteur en question. Ensuite, l’auteur.e doit, comme dit dans ton message, revoir son texte de A à Z, afin d’inventer son propre univers au lieu de rester dans l’inspiration pure provenant d’une autre œuvre. C’est pour cela que je trouve que cette question est plus intéressante à débattre, à détailler, car chacun a une perception différente sur le sujet.

D’un point de vue personnel, je commence à songer à écrire un véritable roman, alors qu’à la base je voulais rester sur une fanfiction basique. Mais j’ai simplement envie d’inventer mon propre univers, tout en développant celui de ma fanfiction (mais je crains de me mélanger les pinceaux, à force que le temps passe.)

2 J'aime

Personnellement, je ne m’étais jamais posée la question parce que pour moi, il y a une véritable barrière entre la fanfiction et le roman. Selon moi, un roman est quelque chose de personnel, dans le sens où on le crée du début à la fin (personnages, lieux, scénario, structure, genre, etc…). Et c’est justement la magie d’un roman. On maîtrise tout de A à Z.

Par contre, utiliser une fanfiction comme base pour un roman, c’est assez réducteur. Pour moi, c’est quelque chose qui cloisonne l’auteur et qui ne met pas en avant de quoi il est réellement capable. Même si les éléments principaux sont changés, je suis d’avis que les lecteurs connaissant l’œuvre d’origine pourraient la comparer avec la fanfiction, même inconsciemment (personnellement, c’est ce que je ferai, à moins que ce soit totalement novateur). De plus, même si on change tous les éléments visibles dès le premier regard, l’auteur n’est jamais à l’abri d’être « influencé » par le style d’écriture de l’œuvre originale, même inconsciemment encore une fois.

On peut s’inspirer d’éléments provenant d’une œuvre originale, mais s’y appuyer totalement pour en faire un roman, je ne suis pas convaincue :thinking: .

6 J'aime

Salut! Désolée pour le déterrage de topic mais vu que tu as à priori édité tes fanfics peut-être pourrais-tu assouvir ma curiosité:
Combien de mots font chacun de tes livres ?

Ma fanfic fait un peu moins de 55 000 mots (ce qui n’était vraiment pas prévu, je pensais faire court, quand j’ai atteint les 40000 et que j’ai réalisé que j’avais franchi « le mur du roman » j’ai halluciné) et je suis vraiment curieuse de savoir à quelle « épaisseur » de bouquin ça correspondrait .

(Malheureusement le lore et les easter eggs sont trop omniprésents pour convertir ça en quelque-chose de vendable)

3 J'aime

Alors, désolé pour l’acte de nécromancie que je m’apprête à commettre, vu l’ancienneté du topic.

Je ne vais probablement pas me faire que des amis là-dessus. Mais je désavoue totalement la pratique consistant à transformer une fanfiction en fiction originale.

Déjà parce que, comme dit plusieurs fois plus haut, ce n’est absolument pas la même méthode de travail : la fanfiction, cela requiert avant tout de l’esprit d’analyse, pour restituer l’Univers sans en être l’auteurice et pour cerner le caractère des personnages. Le roman, en revanche, demande du travail de création pure, en partant de rien. Il en va de même pour la lecture de ces deux genres : il faudra fournir moins de travail d’imagination pour visualiser une fanfic, car en général, l’oeuvre de base possède une adaptation et/ou une représentation visuelle. Ce ne sont tout simplement pas les mêmes compétences qui sont exercées, et ça ne met pas en jeu les mêmes zones du cerveau.

Ensuite, parce qu’une fanfic ne construira pas la même communauté qu’une fiction originale. La fanfiction, avant de se focaliser sur l’écriture en elle-même, se focalise sur le fandom et il y a donc une série de codes propres à chaque fandom que les gens apprécieront de retrouver dans une fanfic. Un roman part de quelques codes vagues que partagent toutes les formes d’écriture, mais en-dehors de ça, il va devoir construire les siens.

Ce sont deux choses tout à fait différentes, qui n’attirent pas le même lectorat, qui ne sont pas destinées aux mêmes publics. Si je montre ma vieille fanfiction-parodique TES à quelqu’un qui n’a jamais joué à aucun des jeux, je vais m’attirer des regards circonspects et peut-être même effrayés. En revanche, si je montre une de mes fictions originales de fantasy à quelqu’un qui n’en a qu’une très faible connaissance, eh bien iel pourra quand même rompre l’os et sucer la substantifique moelle, parce que j’aurais construit mon univers avec ses codes bien à lui.

Du fait de tout cela, je trouve un peu malhonnête de prétendre pouvoir changer quelques élements d’une histoire pour qu’elle passe de fanifiction à fiction originale.

6 J'aime