[Fiction Originale] Les Cendres d'Iyashir

J’ai VRAIMENT hésité à en parler ici, vu qu’on est quand même sur un site de fanfictions à la base.

Mais bon. Quand faut y aller faut y aller.

Alors. Depuis mai de cette année, je travaille sur une fiction originale qui s’appelle Les Cendres d’Iyashir. C’est le premier tome d’une trilogie.

Vous vous êtes déjà demandé.e ce que ça fait si on laisse un.e fan de TES de 18 ans écrire ce qui lui passe par la tête pendant de longues nuits d’insomnie entre deux révisions de droit privé ? Non ? Bah vous allez savoir quand même.

DONC, cette fiction raconte les mille turpitudes des Alfes pourpres, une race que j’ai inventée (comme la totalité du monde de l’histoire).

Les Alfes pourpres sont des… HMMMM gros c*nnards. C’est le terme scientifique. De gros c#nnards à la peau violette (parfois bleutée ou rose barbie) et aux yeux rouges.

Déjà, leur société est matriarcale, sinon c’est pas fun. Et xénophobe.

Zeshyir, la sympathique antagoniste de cette histoire (et la madame sur mon image de profil), est à la tête d’un Clan basé sur la côte Est de Dajathir, la patrie des Alfes pourpres.

Elle déteste les humains parce qu’elle a fait la guerre contre eux, guerre dans laquelle elle a perdu plein de proches. Moins normal, mais compréhensible.

Et elle est là depuis mille ans. Pas normal du tout. Un Alfe, ça vit quatre cents ans grand max. Bien, bien. Et tout le monde s’en lustre l’aubergine.

BREF, en ayant vécu mille ans, ça fait qu’elle a eu le temps de se marier trois fois et d’avoir six moutards, eux aussi immortels, et de tranches d’âges très différentes.

Les deux plus jeunes, Tarismat et Misharis, sont jumeaux. Et le problème, c’est que leur père était un Alfe noir. Et ça se voit. Ils sont gris, quoi.

Misharis s’en sort à peu près correctement du fait d’être une femme. En revanche, Tarismat, lui, il cumule « père étranger » + « homme ». Ça commence à faire beaucoup pour une seule personne.

Et pourtant, pour une raison obscure, sa mère lui a dit « va, mon fils, prends la tête des mages du Clan » et Tarismat, il a dit voui.

Le problème, c’est que Zeshyir, elle a un autre fils, qui s’appelle Zarash. Et Zarash, elle le traite beaucoup moins gentiment que Tarismat. Et du coup, Zarash est énervé contre Tarismat. Et il veut ruiner sa vie pour prendre sa place.

Et, quelle aubaine, quel heureux évènement pour Zarash, il se trouve que Tarismat est marié à une femme très peu respectable. En effet, elle passe sa vie à l’insulter voire pire. Du coup, Tarismat est allé chercher le réconfort dans les bras de Mizarath, une femme qui semble tremper dans des business assez louches (imaginez un voleur qui raterait tous ses jets mais aurait le score maximal en chance). Quand Zarash apprend ça, il fait une petite danse de la joie et se dit qu’il va essayer de se servir de ça pour mettre la mer(credi) dans la vie de Tarismat.

Pendant ce temps, le volcan situé bien évidemment tout près de la capitale se dit « tiens, si j’entrais en éruption ». Et Tarismat commence à faire des rêves engageant un débat sur son éventuelle consommation d’herbes de Provence. Ces deux évènements ne semblent avoir strictement aucun rapport, et pourtant je vais pas spoiler, mais vous verrez que si.

Fiche signalétique

Titre : L’Héritage du Dieu Rouge - Livre 1 : Les Cendres d’Iyashir
Type : Livres/nouvelles
Genre : Euhhhh… Dark Fantasy mystico-drame familial ?
Personnages principaux : Tarismat, Mizarath
Rating : M pour la plupart, à mon avis y a des trucs qui vont aller en MA.
Présentation :

Tarismat n’a jamais quitté Dajathir. Il en connaît tout ou presque. Jusqu’à la haine qu’ont les gens pour lui, parce que son père était un Alfe noir. Depuis quelques temps, des rêves étranges lui montrent un avenir glorieux. L’apparition de ces songes coïncide avec les premières fumées qu’ait craché le Mont des Roches Noires, qui domine l’archipel et dont l’humeur variable engendre craintes et superstitions. Une éruption se prépare. Et les sept dieux-volcans demandent un sacrifice…

Lien : ICI ^^

2 « J'aime »