[In Arcadia] Histoires de pirate


A toi qui es assez curieux (ou désœuvré) pour lire ce post que je ne cesse de modifier sans crier gare, bienvenue.
Ce topic est mon domaine. Je n’en sors que rarement, par le biais d’invocations complexes et occultes dont les significations se sont à jamais perdues. Si tu t’égares ici, tu croiseras sans nul doute quelques morceaux de l’univers que je hante depuis l’aube des temps. Ils seront parfois livrés sans contexte, peut-être dépourvus de sens ou de logique.
Ils sont tous reliés entre eux, d’une manière ou d’une autre.


Afin d’éviter les pertes en ligne, je vais me contenter de copier/coller les liens d’archives de la discussion antérieure pour pouvoir y revenir quand j’aurai envie d’écrire sur mes cormorans-dragons (il n’y a que 4 pages, ça devrait être simple).
Page 1 / page 2 / page 3 / page 4

J’en profite également pour remettre un lien vers mon site avec une jolie bannière. Si d’aventure il m’en prend l’envie, je referai peut-être la présentation de tous les arcs de mes histoires telle qu’elle apparaît sur la première page du lien d’archive au-dessus.

bandeau_site


Sinon, j’ai fait récemment une liste de mes fics par ordre alphabétique, et je la mets à suivre de manière à pouvoir compléter mon bingo à l’occasion.
Sous balise, rassurez-vous.
Ceux qui se hasarderont à déplier le schmilblick y trouveront un panel intéressant de tous mes incipits.

Et je ne reviendrai probablement râler par ici que si mes atermoiements font plus de 280 caractères. Sachez cependant qu’en ce moment je crée des raviolis. Carnivores.

A

(Anecdotes interstellaires)

  • Au bout du chemin
    « J’accepte de partir. »
    De son empire, il ne restait rien.

  • Avant que la porte ne s’ouvre
    Elle attend. Le capitaine lui laissera le choix : rester, ou partir.

B
  • Barbotages
    Warrius Zero s’était réveillé avec un sentiment de plénitude tel qu’il n’en avait pas connu depuis le début de son cursus à l’Acastro. Peut-être parce qu’enfin, il touchait du doigt son but : sa désignation d’affectation ne devrait plus tarder et, à moins d’un retournement de situation très improbable, l’État-major lui attribuerait un commandement dès la fin de ses permissions.

  • Barbotages 2
    Les pavés blancs de la promenade, le sable blanc de la plage et les façades blanches bordant le front de mer reflétaient des milliers d’éclats de soleil. Dans une vaine tentative de se ménager un peu d’ombre, le capitaine Harlock releva le col de sa cape.

  • Belle étoile
    Simunora fixa les étoiles et retint un soupir.
    — Vous ne pensez pas qu’on pourrait rendre cette soirée un peu plus palpitante, les garçons ?

C
  • Celles que j’ai tuées
    — Capitaine !… Capitaine, non !
    Il est jeune, il est quartier-maître, il a embarqué il y a peu.
    Il crie.

  • Ces oiseaux qui ont quitté le nid
    … Il ne l’avait pas reconnue. Ses yeux brillaient d’une volonté farouche, et ses cheveux sombres coupés au carré étaient en bataille.

  • Ceux qui attendent
    Il est des histoires qui ne se racontent pas. Des histoires qu’il faut savoir garder pour soi, des histoires qu’il faut museler et enfouir au plus profond de son âme.

  • Chaque seconde de plus
    — Rendez-vous maintenant, ou je fais donner l’assaut !
    Les fugitifs s’étaient retranchés dans un des rares immeubles encore debout de la ville en ruines.

  • Charlie Quatre
    Après des heures d’inactivité éprouvantes pour les nerfs, le son strident d’une alarme troubla soudain la quiétude de la passerelle.
    — Contact au deux cent quatre-vingt par huit zéro positif !

  • Chocolarcadia
    (Chocolate bar)
    Contrairement à ce que l’on pouvait penser de prime abord, les incarnations successives du Metal Bloody Saloon n’apparaissaient pas toujours dans les quartiers les plus mal famés d’astroports perdus au milieu de nulle part.

  • Choix de vie
    L’homme regarda sa montre.
    — Encore combien de temps, mon lieutenant ?

  • Citrouilles spatiales
    — Dehors ! J’ai dit dehors !
    Miss Masu, la cuisinière, agita ses couteaux d’un air menaçant.

  • (Cocktails)
    — La même chose, Joey ! Tu mets ça sur ma note !
    Le colonel Jack O’Neill, chef de l’équipe SG-1, réputé pour son sens du leadership, sa combativité et son aptitude à se sortir vainqueur de toute situation, se rendait vaguement compte qu’il était en train de perdre la bataille en cours.

  • Comme un parfum dans l’air
    — Ça ne me concerne pas.
    — Tu l’as déjà dit. Et je t’ai déjà répondu : « oui, je sais ».

  • Consultation sans rendez-vous
    Le capitaine Harlock s’était réveillé avec la désagréable impression de ne pas avoir fermé l’œil de la nuit, ce qui était probablement assez proche de la réalité s’il en jugeait par le champ de bataille qu’était son lit. Bon sang, il avait vraiment espéré que la demi-bouteille de brandy d’hier soir aurait amélioré les choses.

  • Contre l’ennui, un seul remède
    L’Arcadia glissait entre deux systèmes planétaires. À la barre, le capitaine Harlock reprogramma la navigation pour la neuvième fois en trois heures, et parcourut les écrans d’un regard morne.

  • (Cookies)
    — Lydia ? Mais… Qu’est-ce que tu fais ?
    Il était – Harlock consulta sa montre – un peu plus de minuit. Ce n’était pas une heure à trouver des petites filles dehors.

D
  • (De l’intérêt de l’archéologie)
    — … et cette statuette que SG-5 a ramené de P8A-29C présente des similitudes avec la culture aztèque. Cependant – Daniel se hissa sur la pointe des pieds pour atteindre le haut de l’étagère et exhiba fièrement l’idole en terre cuite – le peuple de cette planète a adopté un mode de vie plus proche des coutumes chinoises que sud-américaines.

  • Des étoiles dans tes yeux
    — Vous avez demandé à me voir, capitaine ?
    — Je t’ai entendue te plaindre de l’épave qui encombrait le dock, la dernière fois que nous sommes passés par ici.

  • (Des œufs, des cloches, un lapin)
    Ils avaient été pris de court. Ce n’était pourtant pas les signes avant-coureurs qui avaient manqué. Harlock reconnaissait qu’il s’était volontairement maintenu à l’écart du débat (des broutilles, avait-il songé, ça passera tout seul), et ne s’aperçut de l’ampleur du problème que lorsque Miss Masu envahit ses quartiers après le dîner.

  • Des vies brisées
    — Il s’appelle Yama.
    L’homme avança son fauteuil gravitationnel jusqu’à l’extrême limite de la falaise et plongea son regard en contrebas.

  • Dis donc, des dindons
    Personne ne savait comment la situation avait pu dégénérer à ce point. Enfin, « personne » se résumait surtout à Tochiro et lui, corrigea Harlock in petto .

E
  • Elle s’appelait Astéria
    Elle s’appelait Astéria. Astéria Johnson, ce qu’il soupçonnait fortement n’être rien d’autre qu’un nom d’emprunt.

  • Elle souriait
    Ce n’était pas simplement « encore une de vos phases où il faut éviter de vous croiser, capitaine » : pour lui, certaines périodes de l’année étaient plus difficiles à traverser, voilà tout.
    Depuis le fauteuil de commandement, le capitaine Harlock regardait fixement l’espace devant lui, s’efforçant sans y parvenir de compter chaque étoile.

  • Et tes larmes n’y pourront rien changer
    Tu ne comprends pas.
    Même si tu affirmes le contraire, tes yeux ne peuvent mentir : tu ne comprends pas, et je lis dans tes prunelles outremer une amertume sans fond.

  • Eternal Captain
    — J’ai entendu dire que vous recrutiez ! Prenez-nous à votre bord !
    Les trois hommes étaient alignés au bas de la rampe d’embarquement, les mains bien en évidence, et jetaient des regards nerveux vers la masse sombre du vaisseau au-dessus de leurs têtes.

F
  • Feyjd
    Ce jour-là, j’aurais dû regagner directement la forteresse plutôt que de m’attarder. Mais la planète était tranquille, accueillante et, pour une fois, exempte de toute rébellion.
G
  • Grenouilles en goguette
    « Harlock. Au secours. »
    Lorsque le capitaine pirate avait reçu ce message laconique du Karyu, il avait envisagé les pires catastrophes imaginables : une panne mécanique critique, une hécatombe parmi l’équipage, un ultimatum impossible à tenir…
H
  • Haridelle de printemps
    Lorsque Warrius Zero revint de l’écurie en tenant par la bride deux montures déjà harnachées, il eut la satisfaction de voir – enfin – l’expression d’Harlock évoluer vers autre chose que son sempiternel savant mélange « sarcastique et blasé, et vous me mettrez une petite touche de suffisance dédaigneuse avec ça, merci ».

  • Harlock .0
    Quand je pense au passé, je me souviens d’un lac entouré de montagnes. Je me souviens de la forêt, de ce chemin interminable, et je me souviens du château dévoré par la végétation.

  • Hyperexponentielle facteur neuf
    Blanc.
    Un flash.
    La lumière crue, éblouissante, l’empêchait de distinguer grand-chose de la pièce dans laquelle il avait été traîné.

I
  • Ici et maintenant
    — Mimee ? Mimee, attends !
    La jeune femme tressaillit, écartant d’un geste nerveux une mèche de cheveux bleus de son visage.

  • Illusions
    La douleur le réveilla. Des élancements aigus se propageaient à partir de son poignet gauche, à l’endroit exact où elles avaient enfoncé leur sonde.

  • Illusions 2 : Le calme et la tempête
    La guerre semblait durer depuis toujours. Il avait perdu le compte des escarmouches, des traquenards, des accrochages plus ou moins violents, et même les combats contre les flottes de ligne avaient fini par perdre de leur saveur.

  • Illusions 3 : Utopies
    « Oui, je sais, moi aussi j’aimerais le voir plus souvent. Mais ce n’est pas facile pour lui, tu comprends ? »

  • Invasion
    La première vague était passée inaperçue.
    Insidieusement, l’ennemi s’était infiltré sur l’Arcadia à la faveur d’une escale prolongée sur une planète de la zone neutre.

J
  • Jamais ne reviendra
    — Sors de là et vite, sale pirate !
    À vrai dire, il ne se souvenait pas avec certitude quelles avaient été les circonstances exactes qui l’avaient conduit jusqu’ici.
K
  • Katz
    Les astronomes de l’Union Fédérale et leur imagination inexistante avaient nommé la planète « Iota Draconis Ter » – troisième planète de l’étoile Iota Draconis, dans la constellation du Dragon. Les militaires et leur amour des acronymes l’avaient abrégé en « IDT ».
L
  • L’affaire du t-shirt
    S’il avait fallu fixer un point d’origine, le commandant Warrius Zero aurait sans conteste choisi la tasse.
    L’objet avait été livré sur le Karyu via un transporteur privé.

  • L’eau de là
    C’était l’alarme que redoutaient les marins. Elle faisait ressurgir les peurs ancestrales, les souvenirs d’anciennes catastrophes et l’impuissance face aux éléments déchaînés.

  • L’ombre du héros
    La rencontre était peut-être fortuite, ou bien quelqu’un s’était amusé à donner un petit coup de pouce au destin. En définitive, c’était sans importance.

  • La curieuse cabale des crabes cannibales
    Tout avait commencé par un drame. Le mécanicien d’armes Gobert « Bertie Longs Doigts » était sorti en plein espace avec Cas, son adjoint, pour une opération banale de maintenance corrective, et il en était revenu seul.

  • La légende
    Il était mort au moment même où le générateur de matière noire libéra toute sa puissance.
    Il ne pouvait en être autrement, songea-t-il.

  • La liberté
    La première fois qu’il s’était retrouvé face à lui, il avait compris qu’il avait eu tort de le sous-estimer. Il faisait partie de ces hommes qui dégageaient un charisme incontesté et que l’on devinait, dès le premier abord, prédestinés à commander.

  • La marche à suivre
    La nuit s’annonçait rude. Ce n’étaient pas tant la météo capricieuse, les chemins inégaux, la carte imprécise ou les innombrables kilomètres restant encore à parcourir jusqu’au point de ralliement qui gênaient le plus Warrius Zero.

  • Là où j’attendrai
    J’ai assisté au décollage. J’ai admiré cet oiseau de fer, son profil menaçant, son emblème – celui pour lequel tu te battais, et qui n’appartenait qu’à toi ; celui que je t’avais offert.

  • La solitude du voyageur
    — Maetel, tu ne peux pas partir avec Tetsuro. Il rentre chez lui, où il va faire sa vie, alors que toi et moi sommes des voyageuses. Nous sommes comme le temps que rien ne peut arrêter.

  • La vérité
    Qui suis-je ?
    Vertige. La cape sur mes épaules semble soudain doublée de plomb.

  • Le fantôme d’une rose
    Le gouverneur leur avait donné rendez-vous dans les jardins de son palais.
    … un jardin de roses. Les roses le mettaient toujours mal à l’aise.

  • (Leçon de conduite)
    Les chroniques de Stargate Arcadia
    Jack O’Neill se demandait s’il n’aurait pas mieux fait de rester au SG-C préparer la mission du lendemain. Il se demandait également s’il rentrerait entier chez lui ce soir.

  • Les étoiles et toi
    La lumière décline déjà.
    Comme chaque soir de la semaine, tu rentres de ta journée de travail.

  • Les sirènes d’Yblane
    La station de ravitaillement orbitait autour d’une étoile effondrée, à quelques parsecs à peine de la frontière primaire de la Fédération. Au-delà s’étendaient les limites floues de la Bordure Intérieure, qui s’étirait vers le centre de la galaxie sur plus de dix mille années-lumière.

L bis (fics du barman)
  • Le barman, le pirate et le fusil à mammouth
    Bob l’Octodian est normalement barman et propriétaire d’un « Metal Bloody Saloon », mais lorsqu’il a besoin d’argent il consent à accepter d’autres emplois en parallèle.
    On peut généralement trouver le capitaine Harlock à l’épicentre de la bataille spatiale la plus dévastatrice du quadrant, et presque systématiquement à l’intérieur de son vaisseau, l’Arcadia.

  • Le barman, le pirate et le phénix
    Bob est Octodian, ce qui signifie qu’il possède, entre autres caractéristiques physiques pittoresques, un nombre de bras suffisant et une taille décourageante. Il ne s’appelle pas vraiment Bob, mais peu arrivent à prononcer le borborygme qui lui sert de patronyme.

  • Le barman, le pirate et le pingouin
    Octo est la huitième planète d’un petit système camouflé derrière une nébuleuse isolée. Elle a doté ses habitants d’une grande taille et de beaucoup de bras, et a été découverte durant la grande période des colonisations humaines sans toutefois beaucoup intéresser le gouvernement terrien : pauvre en ressources, son unique continent est de plus – inconvénient non négligeable – déjà fortement urbanisé par les autochtones.

  • Le barman, le pirate et les salamandres
    Le Metal Bloody Saloon vivait ses derniers instants. Lentement, le vaisseau de démolition se positionna à l’aplomb du dôme qui abritait le bâtiment, avant d’activer son rayon tracteur et d’entraîner l’ensemble vers le fleuve de lave, quelques dizaines de mètres en contrebas.

  • Le barman, le pirate et un char d’assaut
    Cela avait commencé par la rixe au fond de la salle. Deux ivrognes en étaient venus aux mains après un échange de propos imagés au sujet de dés truqués ou d’un quelconque autre jeu de hasard qui n’en était pas un.

  • Le barman, le pirate et un frigo
    Le Metal Bloody Saloon n’était surveillé que depuis une journée lorsque le barman s’était décidé à agir. Il s’avéra pourtant qu’il avait trop tardé.

  • Le barman, le pirate et une petite explosion
    — Il a fait quoi ?
    Le barman répondit d’une moue résignée.

  • Le barman, le pirate, l’ordinateur et les melons
    — Non, c’est stupide.
    Le barman se pencha en avant et ponctua sa phrase en posant toutes ses mains à plat sur la table.

  • Le barman, les pirates, des armes radioactives et la barbe à papa
    — Qu’est-ce que c’est que ce b*rdel ?
    Harlock avait franchi les portes du Metal Bloody Saloon en trombe et d’humeur massacrante, s’était planté devant le comptoir et avait foudroyé du regard le propriétaire des lieux comme s’il était l’unique responsable de ses ennuis.

  • Le barman, les pirates et la bouteille de brandy
    Les pirates étaient arrivés en début de soirée, avant même que le bar n’ait commencé à se remplir. Les clients déjà installés s’étaient soudain souvenus qu’ils avaient autre chose à faire – n’importe quoi pourvu que ce soit ailleurs ; ceux qui étaient entrés après avaient parfois osé venir commander une consommation au bar avant de déguerpir, mais la plupart avaient tourné les talons sitôt la porte passée, avec une expression de panique sur le visage

  • Le barman, les pirates et un abordage en passant
    L’Aranui n’était pas ce qu’on pouvait appeler « un croiseur de luxe », mais il offrait tout de même à ses passagers des prestations bien au delà de ce que pouvaient proposer les lignes régulières bon marché. Il avait de plus l’avantage de faire escale sur des planètes qui n’étaient que très peu, voire pas du tout desservies par les lignes de chemins de fer spatiaux, et cela convenait parfaitement à son barman.

  • Le barman, les pirates et un bol de chocolat chaud
    La quatrième planète du système Y-Ursa n’est pas ce que l’on peut appeler une planète « à risques ». On y trouve principalement de grandes exploitations d’élevage, et si les villes sont assez animées lors des grandes foires bisannuelles, les autochtones ne sont en général pas adeptes de distractions violentes.

  • Le barman, les pirates et un coin de paradis
    Dans un grondement, le dernier vaisseau s’arracha à l’atmosphère artificielle du planétoïde. Le barman leva la tête juste à temps pour apercevoir la nacelle fuselée être happée par le bouclier à injection d’ozone puis disparaître dans le vide spatial.

  • Le barman, les pirates et un marécage, la nuit
    Il était une fois… une planète. Un spatioport, plus exactement. Et un « Metal Bloody Saloon », le dernier en date.

  • Le barman, les pirates et un ours en peluche
    Le sol tremblait. Les bombardements s’étaient succédé sans interruption depuis deux jours.

  • Le chemin des étoiles
    Le problème avec les néo-humains, c’était qu’ils étaient généralement dangereux. Oh, évidemment, n’importe qui armé d’un pistolaser bon marché était dangereux, et il y avait longtemps que le barman ne se faisait plus aucune illusion sur la respectabilité de ses clients, lesquels devaient tous posséder un arsenal plus puissant qu’un petit pistolaser.

(Le vent de la liberté)

M
  • Mazones électriques
    [Initialisation programme]
    L’horloge digitale affiche 12.00. Les coursives sont agitées d’un frisson d’air.

  • (Mission de routine)
    — Vous voulez bien me passer le pinceau, Jack ?
    Le colonel Jack O’Neill fit mine de ne pas entendre.

  • Monter. Redescendre.
    — Tu es pénible avec tes hobbies antédiluviens, Warrius.
    Harlock râlait depuis qu’il était entré dans la cuisine pour prendre son petit-déjeuner.

  • My Little Arcadia : Piracy Is Magic - Épisode 1 : Cosmo-Dragon
    — Lydia ! Lydia, il faut rentrer maintenant !
    — Oh non ! Attends encore un peu, capitaine !

N
  • Neuf minutes
    Une minute.
    Sur l’esplanade désertée, un souffle souleva soudain un tourbillon de poussière, entraînant une poignée de feuilles mortes dans une danse paresseuse.

  • (Noir comme noctambule)
    L’Arcadia ne s’endormait jamais vraiment tout à fait. Les senseurs aux aguets, le vaisseau pirate scrutait l’espace autour de lui, attentif à la moindre anomalie susceptible de lui nuire.

O
  • Oh, une otarie
    — J’espère que vous avez une bonne explication.
    Depuis les profondeurs de son fauteuil de commandement, Harlock toisa lentement ses interlocuteurs de son meilleur regard de capitaine pirate implacable.
P
  • Par-delà les montagnes
    C’était un simple lac cerné de sommets enneigés. Nulle construction ne venait troubler l’harmonie de ses rives, aucune route ne traversait la vallée.

  • Points de vue
    Le Consortium Marchand des Planètes Unies regroupait une petite dizaine de systèmes solaires que les hasards astronomiques avaient généreusement pourvus en ressources naturelles, champs d’astéroïdes miniers et planètes propices à la terraformation.

  • Pony Express
    Le cavalier dégaina son colt au sommet du col. En contrebas, deux pieds-tendres se disputaient autour du cadavre d’un cheval.

  • (Pour une poignée de chocolat)
    Le « Metal Bloody Saloon » nouvellement ouvert sur cette planète se situait au fond d’une ruelle sordide. L’entrée en était presque invisible, en bas d’une volée de marches qui donnaient sur une porte en bois miteuse.

Q
  • Quand lama fâché
    Le système planétaire Hépa-Vitt Mg 031, plus communément appelé H31, se situait à la croisée des routes galactiques qui reliaient la Terre, la Ceinture des Pléiades et le Consortium Marchand. Il était constitué de dix-sept planètes et d’une myriade de satellites, pour la plupart sans intérêt.

  • Que vienne le temps
    Le trajet en hyperespace avait côtoyé l’enfer.
    Lorsqu’elle avait commencé, rien ne prédisposait pourtant cette journée, tout comme les précédentes, à égrener ses heures autrement que dans une morne monotonie.

R
  • Regarde le monde s’effondrer
    Rouge.
    L’espace était rouge.

  • Rendez-vous parmi les étoiles
    Le ciel était dégagé et, malgré les bourrasques qui agitaient la navette, le trajet depuis le spatioport se déroula sans encombres.

S
  • Sa définition du bonheur
    Ce devait être ce soir. Ce soir ou jamais.
    L’homme accoudé au comptoir renifla, un pli amer au coin des lèvres, puis vida son gin d’une traite.

  • Simple curiosité scientifique
    Ce qui était certain en tout cas, c’était qu’ils avaient trop bu. Ou du moins, il faisait de son mieux pour s’en persuader étant donné la teneur de leur conversation actuelle.

  • Space Garou (Eternal Captain 2)
    L’astroport désert était écrasé de soleil. Çà et là, des conteneurs éventrés, des débris dispersés et des cratères encore fumants témoignaient de récents et violents combats.

  • Stargate Arcadia 1 – Toutes les étoiles
    — Déviez toute la puissance disponible vers les boucliers ! Branchez les générateurs auxiliaires ! Attention, ça va secouer !

  • Stargate Arcadia 2 – Shadows
    — Nous n’aurions pas dû revenir ici.
    Daniel arracha une ronce qui s’obstinait à s’accrocher à son sac à dos et se rapprocha en rampant de son coéquipier.

  • Stroboscopie
    — Croiseurs ennemis en approche !
    Les vaisseaux, jusque là dissimulés dans l’ombre d’un gros satellite, venaient de se dévoiler aux radars.

  • Sur la falaise
    En contrebas, les vagues éclataient sur les rochers avec fracas. La grève, noyée de gerbes d’écume, disparaissait dans une mousse blanchâtre. À l’horizon, l’océan s’étendait à l’infini pour rejoindre le ciel.

T
  • Terminus Andromède
    Il pleuvait. Les belligérants, trempés, s’étaient retranchés dans leurs abris en attendant l’accalmie.

  • Tortu( r )e en famille
    « Ça ne pouvait pas tomber plus mal, capitaine. Tout était planifié depuis des semaines, mais avec ce qui est arrivé ce matin, je suis bloqué ici pour la journée. »

  • Toucher les étoiles
    Il se demanderait toujours comment il avait pu en arriver là. Il avait travaillé dur, passé les tests de présélection, s’était entraîné pendant des mois ; il galérait pour se maintenir à niveau mais il estimait tout de même avoir obtenu des résultats acceptables.

  • Tout conte fait
    Il était une fois un royaume paisible, gouverné par un roi juste et bon.
    Le problème avec les guerres, c’était qu’on ne pouvait pas être plongé dans la fureur des combats tous les jours.

  • Tous les arbres que je peux voir
    Le long du quai, la locomotive expira un nuage de vapeur blanche, et les freins se turent enfin dans un dernier hurlement d’animal à l’agonie. Maetel n’avait pas attendu.

U

(Un jour comme les autres)

  • Un officier si prometteur
    — Par ici, commandant. En cas de problème, deux droïdes de neutralisation seront parés à intervenir.

  • Une belle journée
    Alvin était un stagiaire heureux. Après avoir validé son année en école de commerce, il avait obtenu sans difficulté aucune une place au sein du groupe Netisney Galaxy Resort & Co.

V
  • (Valentine)
    Le capitaine Harlock était face à un dilemme.
    Il était forcé de l’admettre, il avait commis une erreur.
W
  • Wanderlust
    Le dernier méandre du chemin révélait un îlot de verdure oublié.
    Sur les versants escarpés, les mélèzes montaient à l’assaut des cimes.
X

(Xénobiologie nocturne)

Y
Z
  • Zérac
    Minuit trente.
    Au-delà des vitres de la passerelle, les étoiles disputent âprement leur place aux nuages qui obscurcissent le ciel. À l’intérieur, rien ne trouble le silence.

  • Zibelines et papillons
    Les réceptions chez l’ambassadeur étaient réputées pour le bon goût du maître de maison. Leur faste et leur notoriété attiraient tout le gratin du système Kassion-Rès et drainaient même, pour les célébrations les plus prestigieuses, la fine fleur de l’ensemble du quadrant Ô.

  • Zweisamkeit (le truc avec l’arbre)
    L’odeur du sang. C’est la première sensation qui m’assaille lorsque je reprends conscience.

2 J'aimes

Heu AuBe…

Ton lien d’archive là, il est copié ailleurs que sur l’ancien forum ? :sweat_smile: sur un serveur indépendant ?
Parce que Tehem va le démonter d’ici quelques semaines… donc si ça pointe sur l’ancien, couic

Ça a dû te sembler super calme en effet. Un peu comme un encéphalogramme plat. Ou pas trop ? :joy_cat:

PS : rien avec un x ou un y ?!

  1. Oui bien sûr, j’ai fait un coup de Wayback Machine. Pour les 4 pages. Le forum peut tomber, le texte est archivé. Normalement (je n’ai besoin que du texte, de toute façon).

  2. Non mais j’ai 3 Z.

Hello all.
Tandis que “Zweisamkeit” progresse, je reviens par ici car mon monologue du soir est trop gros pour twitter.
Point 1 : après 20k mots, je confirme que j’ai horreur de ce genre d’histoires où jamais rien ne tourne bien, et que j’ai également horreur de les écrire (mais bon, je le savais avant de commencer, pff).
Point 2 : ces 20k mots établis me permettent de commencer la planification de mon livre de l’année avec de l’avance.
Point 3 : je prévois de compiler “Zweisamkeit” et les trois “Illusions”, mais aussi par voie de conséquence “Ici et maintenant”, “Rendez-vous parmi les étoiles”, “Au bout du chemin” et “Celles que j’ai tuées”, avec les problèmes techniques suivants :

  • si je les ordonne par ordre chronologique, je vais être embêtée avec “Ici et maintenant” qui possède un gouffre temporel entre ses deux chapitres ;
  • j’ai deux “Kiss me” dans le tas, ce qui me pose des soucis d’ordre stylistique que je peux difficilement contourner ;
  • “Ici et maintenant” ne se raccroche pleinement au schmilblick qu’en considérant “Eternal Captain” ;
  • et donc, qu’est-ce que je fais de “Eternal Captain” ? (une question qui n’en est pas une, en réalité : je dois finir le tome 2 et récupérer son titre pour en faire un tome 1,5 avec la bonne histoire cette fois-ci).
    Et enfin :
  • si je crée la couverture en me basant sur “Zweisamkeit”, est-ce que je ne risque pas une confusion avec le premier des “Illusions” ?

Edit : c’est intéressant, le forum semble trouver ce que je raconte “inapproprié”.
On va dire que je vais aller le raconter ailleurs, alors.

Princesse et moi sommes toujours en formation sur ce forum qui contrairement à l’ancien décide des trucs tout seul et “fait des remarques” comme un Jarvis mais récalcitrant. :smiley:
J’ai trouvé comment reafficher ton message que le système s’entetait à griser malgré deux acceptations successives de modo. :thinking:

Pas plus tard qu’hier il m’a suggéré de ne pas répondre à un message dans une branche ou il estimait que j’étais “un peu trop intervenue” ce qu’il analyse (peut-être à raison ?) comme une monopolisation dommageable de l’espace de discussion. Je vais donc attendre que d’autres parlent pour ‘diluer’ mon quota :smiley:

Il me dit aussi en permanence que mes messages se ressemblent trop dans la rubrique Défi. (Il ne sait donc pas ce qu’est une rubrique). Ou il colle en suspicieux des MP que l’on m’adresse quand je règle des questions de prélecture avec les auteurs…

Ne le prends pas personnellement, ce n’est qu’un programme dont l’intelligence des situations est limitée à des paramètres abstraits qu’il applique sans se poser de question. :smiley: Enfin implicitement il les pose aux modos mais encore faut il qu’on pige ce qu’il veut bien dire par là…
Mais on va finir par le mater.

1 J'aime

Ne t’inquiète pas, si je l’avais pris personnellement j’aurais écrit “les gens du forum” et non pas “le forum”. Même si le forum a tenté de me faire croire que ça ne venait pas de lui mais “de la communauté” (mais on ne me berne pas comme ça, haha !).

Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé comment clore mon épilogue (ce qui me permet de bien raccrocher Zweisamkeit à Illusions, c’est formidable), j’ai déterminé que le chapitre 2 de Ici et Maintenant se situait entre Illusions 2 et Illusions 3, et j’envisage désormais de rajouter “Des étoiles dans tes yeux” juste après Illusions 2 (et avant Ici et Maintenant 2, donc).
Par ailleurs, j’ai décidé de placer Au bout du chemin en épilogue au lieu de Celles que j’ai tuées, de manière à avoir une correspondance avec Rendez-vous parmi les étoiles, qui sera donc en prologue.
Bien sûr, je dois encore trouver ce que je vais faire de tous mes Kiss me (d’autant que Des étoiles dans tes yeux en est un aussi), mais je suis confiante.

Histoire de me détendre un peu, je compte maintenant me lancer dans un “Albator apprend à nager”, dans la lignée de “Albator fait du cheval” et “Albator fait du vélo” (oui, comme Martine, tout à fait). Bon au départ j’avais prévu un nouveau barman dont le titre aurait été “Le barman, le pirate et l’andine cornue”, mais je ne visualise pas assez bien le scénario.
Du coup je vais titrer ça “Barbotages”, et je mettrai l’andine cornue dedans.

Oh et sinon, pour le titre du recueil de l’année, je songe à “Xénobiologie”.

J’avais pleinement confiance dans ta capacité, mondialement reconnue, et sans cesse mise à l’épreuve, de résolution de problèmes de cet ordre. Je n’étais pas du tout inquiète.
Tu ne résistes jamais très longtemps aux challenges de ce genre. :slight_smile:

Pour le forum, c’est simple, il s’appelle “system” et c’est “system” qui “flague” à tout va. Je vais le rebaptiser le tonton flagueur…
En tant que Modo, on voit de qui émanent les dénonciations. :smiley: J’ai fait un tour sur le site produit (Discourse) : le marketing est bien fait, ils disent que c’est pour passer moins de temps à modérer, ils nous collent un suppléant zélé. Je comprends dix fois mieux la blague “ce n’est pas un bug, c’est une fonctionnalité” :smiley:

Bonsoir, voici le point du soir (oui j’aurais pu le mettre sur twitter, mais 1) je l’ai déjà fait, et 2) je biaise pour ne pas écrire mon chapitre).

  • 2000 mots. C’est ce qu’il me reste à écrire pour conclure. J’ouvre une porte, palabres, action, résolution. Ça va le faire.
  • voici une aquarelle, réalisée après mon repassage et avant de me remettre à écrire. Oui je cherche n’importe quoi à faire plutôt que de reprendre mon chapitre. Rassurez-vous, c’est habituel.

4 J'aimes

Hello all.
Aujourd’hui, j’ai compilé « Xénobiologie », qui s’oriente donc, une fois le premier formatage effectué, vers un recueil de 80k mots pour un peu moins de 300 pages.
Avec dans l’ordre (chronologique) :

Ouverture

A mountain man’s a lonely man / And he leaves a life behind

  • Rendez-vous parmi les étoiles
Premier interlude

Vulnerant omnes

  • Ici et maintenant 1
Acte I

It ought to have been different, but oftimes you will find / That the story doesn’t always go that way you had in mind.

  • Zweisamkeit
Acte II

The way that you wander / Is the way that you choose

  • Illusions
  • Illusions 2
Deuxième interlude

Ultima necat

  • Des étoiles dans tes yeux
  • Ici et maintenant 2
Acte III

The day that you tarry / Is the day that you lose

  • Illusions 3
Final

Sunshine or thunder, a man will always wonder / Where the fair wind blows.

  • Au bout du chemin
Rideau

Et in Arcadia ego

  • Celles que j’ai tuées

Je n’ai plus qu’à trouver comment appeler les différentes parties. Surtout les deux conclusions.
Mais avant, je vais m’occuper de la couverture.

Edit : par ailleurs et en attendant que me reprenne l’envie d’écrire, voilà mon occupation de la soirée :

Edit2 : je profite de ce post pour tester les noms des parties, et je pense que je reviendrai tester des petites phrases d’accroche ici aussi (c’est plus pratique pour avoir une vision d’ensemble et, oui, j’ai la flemme de créer un fichier sommaire dédié étant donné que le listing existe déjà ici)

Edit3 : bon je peux quasi mettre la totalité de la chanson, en fait. Quand je pense que je ne l’ai entendue qu’une seule fois, et traduite…

Edit4 : je vais profiter de la liste pour garder en mémoire la progression de ma relecture (ça m’évitera de recorriger deux fois de suite le même texte, tant qu’à faire j’aimerais bien avancer).

Edit5 : liste à jour. Il me reste les grosses fics à relire et je n’ai pas envie. Je vais plutôt poursuivre mon dessin.

Edit6 : je hais ces grosses fics.

Edit7 : yeah, tous les tomes d’Illusions sont relus !

Edit8 : ben j’avais pas mis à jour, dis donc. Voilà qui est fait.

3 J'aimes

Avant-dernière étape : couverture.

  1. ça m’paraît pas mal
  2. j’avais plutôt prévu de mettre le titre en bas, mais j’hésite
  3. le fond, nom de Zeus.

Prochaine étape : le résumé. Le résumé m’embête.

Edit : bon, voilà. Pour la suite je vais attendre d’avoir le gabarit.
Edit2 : tests de titre. Je ne sais pas trop où le mettre. J’hésite pour la couleur, aussi.

2 J'aimes

Avec le truc bleu et l’esquisse de fond, c’est mieux. :slight_smile:
Je serai toujours triste de ne pas savoir dessiner (ou de ne jamais avoir passé le même temps sur l’écrit que sur le dessin plutôt).

Du coup, ça aurait été moi, il y aurait eu une pauvre couverture avec une sylvidre même pas réaliste et en plus, dont j’aurais pas eu les droits…

bon celle la le héros est flou (mais on voit très bien la sylvidre)

et j’ai ça et avec un bon recadrage, j’aurais fait un truc de ça, quitte à détourer et à mettre dans un autre décor (je sais pas dessiner mais je sais photoshoper) :smiley:

3 J'aimes
  1. Ben j’espère bien que c’est mieux après avoir ajouté les ombres, c’est censé donner du volume, quand même ^^
  2. Ce petit bijou est pour Noël. 2020. Il coûte un rein, accessoirement.
  3. Pourquoi je ne peux plus modifier mon premier post ? J’ai un titre en “B” à ajouter à mon bingo !
    Edit : bon ben je n’ai pas trouvé de réglages cachés, et je n’ai donc plus la main sur mon propre sujet. Ce forum est peut-être “joli”, mais il est pénible.
    Edit2 : identification du problème : ok. Rapport de bug : fait. Degré de frustration : élevé.
    Je vais plutôt me trouver n’importe quelle occupation qui ne soit pas la relecture/correction des textes de mon bouquin que je n’ai pas du tout envie de relire.
1 J'aime

Bonjour à tous.
Point “édition”, parce que je suis monomaniaque au niveau ultime et que, in fine, ce n’est clairement pas un comportement d’avenir dans la fanfiction :

  • aujourd’hui j’ai édité pour la dernière fois le post de progression de Xénobiologie, et ce même si ma relecture n’est pas terminée - mais je tenais à harmoniser ma liste avant d’arriver à la date limite de modification du post.
  • aujourd’hui j’ai harmonisé la liste de mon premier post, et ce bien que la date limite de modification soit hélas dépassée : j’ai supprimé l’histoire surnuméraire du site.

Sur ce, je vais planifier une exfiltration de scientifiques sous menace zombie-garou.
Et j’ai toujours un bombardement orbital à démarrer.

Coucou
Je voudrais pas avoir l’air de me mêler de ce qui ne me regarde pas (c’est faux) mais tu es sûre pour le titre ton sur ton, au milieu ?

Tu ne préférerais pas une couleur qui contraste davantage afin de le rendre directement captable par l’oeil ? Ou de le décaler sur une zone plus neutre en haut ou en bas où il ne gênerait pas la lisibilité du dessin que tu as pris soin de faire ? :thinking:

Pour les couleurs, j’ai des exigences très simples : c’est blanc ou noir. Ça permet d’éviter les surprises de rendu à l’impression. Plutôt blanc ici, du coup, en particulier parce que mon pseudo ressort mieux, mais l’inverse fonctionne également.
Pour le positionnement je l’avais esquissé titre en bas/nom d’auteur en haut, mais finalement je préfère l’inverse.
Dans tous les cas j’arrêterai mon choix quand j’aurai le gabarit.

ha ha, oui c’est vrai, vous les profanes, vous n’avez pas accès à un épreuvage de contrôle certifié, ni au bonheur de travailler avec des écrans calibrés sur lesquels on peut simuler le rendu de la sortie papier, en fonction du papier et du mode d’impression, par application d’un profil ICC ? :stuck_out_tongue:

Mais comment faites-vous pour supporter tant… d’approximation ? :grin:

Je te félicite donc pour ton pragmatisme monochromatique qui reste l’option la plus logique et la plus efficace pour limiter la casse, et la frustration face aux trucs qui dépendent pas de toi et tout ça… :stuck_out_tongue:

Je supporte l’approximation parce que la fanfiction ce n’est pas légal, et que je n’ai pas envie d’aller en prison parce que je me suis payée un circuit de production pro.
Quant à mon pragmatisme, il me conduit à quitter le site, Oldie…

Oh, mais tu ne seras pas la première. Quitter le site, ce n’est pas grave. Laisser tomber l’écriture, c’est plus chagrinant.
As-tu déjà trouvé le pays où tu es devenue prophète ?

1 J'aime

J’avoue que je ne comprends pas trop la question…
Mais je poste en multi-sites, et il me reste encore assez d’occurrences pour que je sois sereine quant au risque d’un crash serveur.

Sachant que :

  • j’utilise toujours le même antagoniste depuis le début ;
  • aucun des ennemis génériques du canon ne présente d’intérêt dans mon montage de fic actuel ;
  • je ne possède qu’un nombre limité d’OC que je réemploie au gré de mes besoins ;
  • il est préférable de générer quelques péripéties pour contenter le lecteur ;
  • j’ai un scientifique à introduire ;

… les questions suivantes se posent :

  • que peut bien aller faire un ingénieur astronaval sur une planète pleine de zombie-garous ?
  • comment cette planète s’est-elle retrouvée pleine de zombie-garous, et pourquoi n’a-t-elle pas déjà été vitrifiée par bombardement orbital ?
  • et d’ailleurs, pourquoi tous ces zombie-garous sont-ils agglutinés autour de cet avant-poste scientifique, et comment se fait-il que personne ne les ait remarqués avant d’atterrir (deux fois) ?
  • quelle est la probabilité pour qu’un vaisseau pirate repère un patrouilleur en orbite basse, et ne serait-ce pas plus logique que ce soit l’inverse ?
  • et enfin (et c’est le plus important), comment faire pour que cette péripétie « zombie-garou » ne soit pas une redite stricte de Stargate Arcadia 2 ?

En attendant, je gère toujours aussi bizarrement mes mises en couleurs.
Mais j’avais envie d’un vaisseau.
Ça faisait longtemps.

Edit : test d’éditage, après activation d’une fonction dont je me fiche comme de ma première chemise (mais bon, s’il faut cliquer sur un cœur pour pouvoir bidouiller tranquillement ses posts…). Si j’écris ces lignes, c’est que ça semble bon.
Je vais peut-être pouvoir modifier mon bingo, finalement.

Edit2 : si ma planète se nomme Yblaned, et mon avant-poste scientifique Mabrus (Mabrus-B, pour être exact), alors :

  • les zombies-garous sont-ils organisés ou s’agit-il de zombie-garoutage sauvage ?
  • est-il préférable de partir sur de la guérilla urbaine ou champêtre ?
  • quelle est la probabilité que je finisse par écrire sur mes cormorans-dragons à la première personne ?
  • et d’ailleurs, est-ce une bonne idée d’avoir planifié des cormorans-dragons à la première personne ?
  • quoi qu’il en soit, j’ai dessiné un beau vaisseau.
1 J'aime