Le genre Mary-Sue et les fictions dites Nanar

par FanficSaiyuki27, le 29 octobre 2018 à 10:25:05

Bonjour à tous ^^

Voilà, j’aimerais avoir votre avis.
Est-ce que vous pensez qu’écrire avec le style MariSue veut dire que la fiction sera forcément un Nanard ?

Personnellement je pense que non.
Je pense que tout le monde, lorsqu’il est “fanatique” mais genre vraiment “fanatique” d’un fandom, a envie de s’introduire lui même dans l’histoire. Moi la première… !
J’avoue que malgré mon “grand” âge, j’ai encore le coeur d’une vraie midinette et je ne peux m’empêcher d’être “amoureuse” de certain personnages de manga… (Garçon de préférence même s’il faut avouer que les filles dans les mangas sont aussi trop magnifique.:stuck_out_tongue: Mais là n’est pas la question…). :roll_eyes:

J’aimerais savoir ce qu’est pour vous un Nanard exactement ? Les fautes d’orthographe ? Une mauvaise syntaxe ? Le côté romanesque et très “culcul la praline” ?
D’ailleurs y-a-t-il des personnes qui utilise/ont utilisé le genre MarieSue ?

Si vous voulez échanger sur ce sujet n’hésitez pas. :grinning:

Bonne journée à tous

PS : J’ai moi-même un projet MarieSuisé ^^ Reste juste à savoir si je vais partir dans le Nanard ou non… !

par OldGirl, le 29 octobre 2018 à 15:06:06

Hello FanficSaiyuki,

Nanar, Mary-Sue, Self-insert… c’est du jargon de la fanfiction. J’en profite pour rappeler qu’il y a un lexique dans la rubrique d’Aide du site.

“MariSue” n’est pas un style. La “Mary-Sue” est un type de personnage. D’après le lexique du site Fanfictions.fr :

La Mary-Sue

Le syndrome de ‘Mary-Sue’ ou ‘Gary-Stu’ pour les garçons (bien que le deuxième soit moins employé), est un ‘Self-insert’ exagéré.
Non seulement l’auteur s’insère dans l’histoire, mais son alter-ego se révèle incroyablement fort, talentueux et charismatique, souvent doté d’une caractéristique physique inhabituelle (couleur des yeux par exemple), et entretenant des liens privilégiés (familiaux, d’amitié, d’amour) avec un ou plusieurs des personnages principaux. Il n’est pas rare de le voir accomplir des coups d’éclat, sauvant l’humanité ou des personnages principaux de l’histoire.
Les fanfictions avec ce type de personnage sont rarement intéressantes car l’auteur n’envisage son histoire qu’au travers de sa ‘Mary-Sue’, cherchant moins à faire progresser le scénario qu’à créer des situations de faire-valoir à cet alter-ego, qui en vient à perdre toute notion de mesure par rapport à l’univers.

Le succès des Mary-Sue – brillant comme des joyaux au cœur des nanars (attention, on peut avoir des nanars avec des personnages fidèles et propres au canon) – vient de… la nature humaine peu charitable qui aime se moquer des ratages.

Toutefois écrire ce genre de chose, sans se rendre compte de ce que l’on fait (et pas dans le but déclaré d’amuser) est seulement le signe qu’on est à une certaine étape de son processus d’apprentissage, que ce soit en tant qu’humain ou en tant que conteur d’histoires.

J’ai lu récemment le commentaire d’une très jeune fille de 12 ans qui expliquait qu’elle trouvait les critiques trop dures envers les productions de fangirls et ce qui leur plait à un moment donné.
Je pense qu’elle a raison. :face_with_raised_eyebrow:

Le nanar

Comme la Mary-Sue est un personnage inventé, mal construit par un auteur débutant et qui comporte certains “défauts” par rapport à un idéal de personnage “bien construit”, le nanar est une fiction mal foutue qui ne coche pas les cases par rapport à ce que serait une bonne histoire.

Le nanar est à la fic (et au cinéma) ce que la croûte est à la toile de maître, la piquette au bon vin : du mauvais qui te fait faire la grimace quand t’as connu mieux.
Le nanar a cela de plus que c’est à tel point, qu’on peut finalement en rire.

Si une histoire a seulement une mauvaise orthographe, ce n’est pas un nanar.
Si elle est romanesque et cucul, non plus, si elle a une mauvaise syntaxe, ce n’est pas un nanar (juste un auteur inexpérimenté).

Mais si une histoire cumule toutes les tares : mauvaise orthographe, mauvaise syntaxe, personnages mal construits (ou OOC càd mal reproduits par rapport au canon), avec une intrigue naze (là encore il faudrait détailler ce qui rend une intrigue ratée, disons quand l’auteur fait des promesses qu’il n’est en réalité pas capable de tenir), alors il y a des chance qu’elle puisse être étiquetée nanar !

Demander ce que sont Nanar et Mary-Sue exigerait, en fait, qu’on sache / définisse / travaille à la base sur ce que sont de bons personnages et de bonnes histoires car ces deux termes y font une référence implicite.

Mais dans tous les cas, il faudrait faire la distinction : le nanar ou le personnage de type Mary-Sue sont-ils exécutés consciemment et délibérément par l’auteur, dans un but de satire ou de parodie ? Ou bien l’auteur le fait-il sans réaliser qu’il produit de la daube ?


Pour en savoir plus

Bien qu’il soit rattaché à un fandom particulier, il y avait aussi le Test Mary Sue Non-Officiel qui permettait de se faire une idée.

Sinon, je ne peux que te conseiller la page Wikipedia de la Mary-Sue qui est assez complète et te dit tout ce qu’il y a à comprendre sur le sujet.


par Saiyuki, le 29 octobre 2018 à 17:06:14

Ok ok. Je ne savais pas trop quel terme choisir. Je pensais que c’était un un style voir un genre d’écriture vu que quand on publie une fanfiction, il est dans la liste des genres (il me semble) donc du coup je ne le voyais pas comme ça.

Donc si je dis que j’écris un texte avec une Mary-Sue, je devrais plutôt dire un self/insert exagéré ?

Je comprend ton point de vue. En gros un Nanar, par définition ne peut pas être bien écrit…

Par contre je pense que le personnage de Mary-Sue peut être réussis, mais comme c’est “soi-même”, ça reste un point de vue subjectif… tout dépend du point de vue de la personne qui lit…

Tu m’as en tout cas bien éclairé sur le sujet ^^

Ce qui m’a fait me poser cette question c’est un commentaire laissé sur le défi “Bienvenu à Nanarland”: C’est pas mal mais trop bien écris pour un Nanar

D’autres avis peut-être ?

Comme le dit Saiyuki, les Mary-Sue qui ne sont là que pour réaliser le fantasme des auteurs, du genre " le type mystérieux qui vient casser la gueule de tous les vilains de Harry Potter "(cc @snakeBZH :wink:) ou créer une histoire souvent romantique avec un personnage que l’on a toujours rêvé de rencontrer en vrai (et là ça commence à chauffer, et c’est souvent pas terrible terrible …).

En fait c’est souvent difficile, en tant que lecteur, de réussir à se plonger dans l’histoire, de comprendre les “délires” de l’auteur…

Je pense que la Mary-Sue est la cerise sur le gâteau d’un nanar (pour moi, un nanar, c’est un scénario bancal et généralement grotesque et le top du top ce sont les histoires qui me font saigner des yeux). Par défaut, je ne suis pas très sympa avec les Mary-Sue. Mais trouvez-moi de bons “Mary-Sue” et je serai peut-être plus sympa avec ce type de fanfiction.

2 Likes

Ravi d’avoir ton avis ^^

Désolé mais je n’en ai pas encore trouvé… :sweat_smile::rofl: mais je te ferais signe volontier si jamais :grin:

Donc on est d’accord qu’un Nanard c’est basé sur l’histoire et pas forcément sur la Syntaxe ou les fautes d’orthographes ?

1 Like

Encore des doutes ? :smiley:

  • Des Mary Sue et Gary Stu, il y en a plein les fandoms officiels. Mais, parce que les créateurs sont moins amateurs que nous, l’irrealisme de leurs persos devient cool car ces derniers sont travaillés et sont les héros prévus comme tels dès la création du fandom.
    Or la Mary Sue du fanfiqueur tape l’incruste et vole la vedette en tirant la couverture à elle. Alors qu’on la connaît pas et qu’on s’en fiche d’elle… (Sauf l’auteur, bien sûr).

  • La Mary Sue n’est pas forcément un self insert. Cependant ça arrive vraiment souvent dans les faits.

  • Ces appellations concernent des personnages pas réellement des “genres” d’intrigue de fics. Mais comme le vocabulaire de la fanfic est compliqué et que tout le monde veut aller vite, Mary Sue, dans l’esprit de beaucoup, peut devenir un genre exactement comme “film de super héros”.

Un super héros c’est un type de personnage. Mais tout le monde fait comme si utiliser tel ou tel type de personnage obligeait à écrire une histoire stéréotypée, en plus… (un malheur n’arrivant jamais seul).

Si un type de perso génère le même genre d’intrigue alors Thor et Superman, c’est pareil. Princes aliens, volent avec une cape, tombent amoureux d’une humaine…
Ou Batman et Iron man, c’est pareil. Millionnaires, double vie, aiment se pavaner dans des costumes sur mesure bourrés de technologie…
C’est dans ce sens qu’on peut voir un type de personnage finir comme un ‘‘genre’’ d’histoire.

Le nanar, c’est une tellement mauvaise fic qu’elle devient drôle… mais c’était pas le but de l’auteur. :smiley: Un Nanar c’est un accident nourri par l’inexpérience. L’auteur veut faire une bonne fic, sauf qu’il ne sait pas…

En tant que genre, le nanar n’est pas listé dans les options offertes, car c’est souvent plutôt une opinion de lecteur que le but avoué de l’auteur.
Personne ne peut nourrir son ego en se contentant de taguer sa fic ‘‘pourave, bâclée, mal écrite’’.

Nanar est un qualificatif de lecteur /spectateur. Or c’est un auteur qui tague la fic. Il va pas se saborder tout seul !

Si Mary Sue figure dans la liste des genres du site – alors que c’est aussi un qualificatif de lecteur – c’est probablement dû à la roublardise du webmaster… ou à son influençabilité. :stuck_out_tongue:

1 Like

heu… je suis pris d’un très gros doute concernant ma fanfic et j’ai peur d’en avoir écrit une dans ce style sans m’en rendre comte. est-ce le cas?

Une fic comment Linksword ?
Avec un sefl-insert, avec une Mary-Sue ou Gary Stu ou ce que d’autres pourraient qualifier de nanar ?

Dans tous les cas, il ne faut pas que ça t’inquiète, dans le sens où ça n’est absolument pas interdit d’écrire ce type d’histoire.

En plus, tu as bien précisé que c’était ta toute première fanfiction ! On ne peut pas s’attendre à ce que tu saches comment écrire une nouvelle parfaite du premier coup !

Comme je l’ai dit plus haut dans la discussion, il y a beaucoup de fans qui écrivent des histoires pour s’amuser ou pour fantasmer, pour se faire plaisir, pour essayer de voir si c’est une activité qui leur plaît, sans trop se soucier tout de suite des autres, simplement parce que ce sont de tous premiers essais. :slightly_smiling_face:
C’est une étape. Et si tu veux écrire une histoire de ce genre parce que ça te plait et que ça te motive, vas-y.

La difficulté de ce type de personnage évident pour l’auteur c’est d’arriver à le faire accepter à des lecteurs fans.
Si c’est un self-insert “honnête”, et bah les gens ordinaires sont souvent moins intéressants que des héros qui doivent avoir valeur d’exemple. A-t-on envie à priori de lire une histoire avec quelqu’un de moyen qui n’a rien de spécial ?

Et si c’est un self-insert “malhonnête” (un avatar de soi qui a tout en mieux : le courage qu’on n’a pas, la beauté qu’on a pas, l’intelligence qu’on n’a pas…) au total, ce n’est pas vraiment nous, si finalement il n’a ni la même apparence, ni le même caractère…
Les lecteurs le lisent comme un personnage original (OC) et le jugeront comme tel.
Est-ce qu’il est bien construit, est-ce qu’il a un passé suffisamment développé pour qu’on comprenne d’où il vient et ce qu’il veut ? Est-ce qu’il est plausible ? Est-ce qu’il a suffisamment de charisme ? Est-ce que le fait de l’insérer change le caractère et le comportement habituel des personnages officiels ?

L’avantage du self-insert pour un débutant, c’est que l’auteur se sent automatiquement concerné par lui puisqu’il s’y projette à fond. Ce personnage va donc être une formidable source de motivation pour continuer à écrire sans abandonner (ou moins vite).
C’est la reprise du vieux concept des “histoires dont vous êtes le héros”.

2 Likes

merci pour la réponse :grinning:. en faite, pour le perso que j’ai crée, c’est un peu compliqué. si vous avez lu ma fanfic, vous avez vue qu’il était un peu craqué comme guerrier et comme utilisateur de la magie. après, je ne considère pas comme une extension de moi. j’essaie juste de faire en sorte que mon histoire se passe comme un film ou en jeux vidéo: qu’on soit surpris et qu’on ressente les différente émotion que le perso ressent. j’essaie de ne rien laisser au hasard: les pouvoirs, le relationnel avec les autres personnages, la vision qu’on les autres de lui et de ces action… en gros,j’essaie de faire une bonne histoire que tous le monde apprécie. et bon dieu que c’est pas facile :expressionless:

1 Like

Hello

Je viens de vous dégoter un autre

test ultra exhaustif de Mary Sue / Gary Stu

Vous pourriez même le trouver trop long ! Mais il a le mérite de ne rien laisser passer.

https://www.baran-tiefenbrunner.com/2014/07/30/test-de-marie-sue-ou-comment-savoir-si-au-lieu-de-ladorer-vos-lecteurs-ne-risquent-pas-detre-ulceres-par-votre-personnage/

Mauvaise nouvelle : Lucifer Morningstar coche trop de cases ! :smiley:


Blague à part, il y a un article intéressant dans Contrepoints qui montre que les personnages type Mary Sue / Gary Stu (irréalistes) sont de plus en plus nombreux au cinéma.

Des noms comme Tara Duncan, Rey, Captain Marvel, Bella et Edward sont avancés
(non, ça ne va pas du tout énerver les fans qui ne sont pas du tout protecteurs) :smiley:
pour dire que la proposition de héros qui ne connaissent pas vraiment les efforts ni les échecs (je ne parle pas du jeu) car tout leur est facile, n’est pas vraiment un service qu’on rend aux plus jeunes pour les aider à se construire (si vous ne le saviez pas, c’est à cela que sert un héros en fait, sauver la planète ne vient qu’en second) ! :smiley:

Il manque peut-être des conseils pour créer un bon personnage.

2 Likes

Comme dit un de mes collègues, Captain Marvel est un personnage très “cheaté”. C’est vrai qu’avec elle, tout est facile … C’est l’équivalent de Superman.
Mais, comme tu le dis plus haut :

:woman_shrugging:

1 Like