Tu veux te battre?

Salut à tous,

Il y a toujours un moment dans nos fics où on aimerait bien que ça castagne. Avec du beau combat bien stylé mais… on sait pas comment faire. :sweat_smile:

Il y en a qui disent « mais si c’est facile, y a qu’à raccourcir les phrases, raccourcir les mots et les choisir… … punchy, qui claquent, qui percutent pour imiter les coups ».

Et vous êtes bien avancés. :slight_smile:

Je vous conseille donc la lecture enchaînée des 2 articles de J. Hirt suivants. Ils sont truffés de notions importantes pour comprendre ce qu’on fait, ainsi que de conseils qui vont vous faire tomber de votre chaise.

L’un d’entre eux, au hasard : oubliez les combats que vous avez vus au cinéma. A l’écrit, les règles sont différentes…

.

.

Personne par la guerre ne devient grand ?

Je vous spoile un peu les questions abordées dans le 1er article (au cas où vous n’auriez pas tellement envie de cliquer).

  • En écrire un ou pas : tous les combats sont-ils bons à décrire ? Distinguer l’essentiel du purement accessoire.

  • Sur quoi faut-il vraiment insister pour écrire une telle scène ? (pas ce que vous croyez). :smiley: Est-ce important de connaître du vocabulaire spécifique relatif à l’utilisation de telle ou telle arme ? Comment faire pour que le lecteur tremble pour les protagonistes au lieu de juste essayer de les imaginer bouger ?

  • Donner des détails visuels ou faire comprendre les enjeux ?

  • Étudier le terrain / géospatialisation : où les personnages se battent-ils ? Qu’est-ce qui les avantage / défavorise ? Autour d’eux qu’est-ce qui peut leur servir ? Y a-t-il des observateurs à ce combat ? Quel rôle jouent-ils ? (neutralité, assistance, hostilité). Qu’est-ce qui peut interrompre l’action hors de la volonté des parties en présence ?

  • Faut-il adapter son style ? Est-ce opportun ? Les variations de rythme (ou l’art du yoyo émotionnel). Comment utiliser la relecture pour rendre le combat plus vif et percutant ? taillez dans les estocades…

.

En garde !

En ce qui concerne l’article sur le combat rapproché, il implique forcément une lutte aux poings, ou avec une arme blanche.
Voici tout ce à quoi vous feriez bien de penser avant de vous lancer bille-en-tête :

  • Le combat n’est pas juste se foncer dedans. La danse du combat : défense, offensive et riposte.
  • Escrime et art martiaux : jargon ou pas jargon ?
  • Les enjeux, les enjeux, les enjeux :smiley:
  • Les irruptions d’imprévus dans le déroulement du combat
  • Les spécificités déterminantes des armes blanches : dégats, portée et taille de l’arme, poids et maniabilité, capacité à parer
  • La gestion de l’énergie physique, les plaies
  • La fin et l’issue, le sort du vaincu (KO ? reddition ? mort ?) et les conséquences pour le personnage et l’intrigue.

Les règles du combat à distance (impliquant des armes à feu par exemple) ou en bataillon seront un peu différentes.

.
Voilà, n’hésitez pas à donner des extraits et des exemples de bastons qui vous semblent illustrer les conseils donnés dans les articles.

13 J'aime

" Imaginons que le personnage principal de votre roman de fantasy se batte avec une arme originale, la Langue de Feu, une sorte de tentacule vivant constitué de lave. Au début du roman, il sera nécessaire d’en faire comprendre le fonctionnement au lecteur, d’en détailler les avantages et les inconvénients et la manière dont elle peut être utilisée en combat, et interagir avec les armes des adversaires. Mais une fois que c’est fait, plus la peine d’y revenir : concentrez-vous sur les enjeux du combat, sur ce que vivent vos personnages, sur les conséquences de leurs actes, et laissez de côté les descriptions techniques, qui vont barber tout le monde. "

Ce passage-là du premier article me rappelle un passage de Dune, de Franck Herbert, qui est construit de cette manière : C’est une scène où le personnage, Paul Atréide, fils d’un duc, s’entraine au combat à l’aide de son maitre d’arme. Son adversaire est un automate ■■■çu pour l’affronter, avec une difficulté augmentée à mesure que le combat dure. C’est l’occasion de décrire les technologies et les règles de l’univers, comme les boucliers électromagnétiques qui revêtent une grande importance dans la suite du récit : Les boucliers font ricocher les projectiles arrivant à grande vitesse mais laisse passer les objets frappant leur surface à vélocité réduite. Ce paramètre modifie les techniques d’escrimes puisqu’il nécessite d’approcher sa lame doucement de l’adversaire pour franchir le bouclier. C’est peut être aussi à ce moment (même si je ne m’en rappelle plus avec certitude) qu’est expliqué que projeter un laser sur un bouclier annihile les deux de manière excessivement violente. Donc dans ce futur, on découvre grâce à ce passage que la technologie du bouclier électromagnétique a forcé pour la guerre l’utilisation d’armes de mêlées et de lanceurs de projectiles lents, comme des dards et des fléchettes au détriment des armes à feux. ( les armes de destructions massives existent aussi. La détention d’armes atomiques est légale par les grandes familles aristocratiques, mais leur usage est interdit sur des êtres vivants sous peine de lourdes représailles)

La scène sert donc d’exposition pour le personnage : son éducation, notamment martiale, fait l’objet d’attentions, on voit ses capacités dans l’action dans un cadre « pour du beurre », les relations avec ses mentors… en plus que l’univers est développé par l’explication des règles et technologies qui forgent le visage des combats. Tout cela est ensuite utilisé en condition réelle dans la suite du récit, où les explications techniques sont effectivement allégées puisqu’elles sont connues par le lecteur.

6 J'aime

Trop intéressant, merci Oldie !!! Je vais relire avec attention ces deux articles car la scène de combat est un gros problème pour moi. J’ai laissé tomber la fic qui me motivait le plus (Lucy in the sky) après plusieurs heures passées sur un chapitre de combat qui me posait vraiment problème. Je vais peut-être me repencher dessus…

Je ne me souvenais plus de cela, je vais refeuilleter Dune, lu il y a trop longtemps et trop rapidement pour que j’en aie gardé un souvenir bien précis… Mais c’est super intéressant de voir que cette scène de combat a un autre but !

5 J'aime

J’ai eu peur avec le titre du sujet !

Merci infiniment, OldGirl ! J’aurai bien besoin de tout ça :slight_smile:

5 J'aime

Bah, je le trouvais cool ce titre. Et puis bien dans le ton. :smiley:
En même temps, je l’ai piqué à quelqu’un…

7 J'aime

Gemmell est considéré comme bon dans la descriptions des combats.
Il est du style « épique » ce qui va bien avec le style fantasy (marcherais moins bien dans un polar contemporain).

Je copie ici une partie du combat entre Olek et Decado:

« Jianna regarda les deux épéistes se déplacer en cercles. Olek tenait ses lames à la façon naashanite, celle de la main droite pointée vers le bas, et la gauche à travers la poitrine. Quand Decado chercha une ouverture, Olek intervertit soudain les lames, la gauche dirigée vers le bas et la droite en position défensive devant sa poitrine. C’était une technique que Malanek, son maître d’armes, lui avait apprise des siècles plus tôt. La lame baissée servait à la riposte. Les combattants totalement ambidextres, comme Olek, pouvaient inverser la position en permanence, empêchant l’adversaire de deviner d’où viendrait l’attaque. Decado bondit et l’Épée du Sang jaillit vers la poitrine d’Olek. Il para aisément et riposta. Decado bloqua le coup avec l’Épée du Feu. Puis les lames se rejoignirent, et les coups et les ripostes se firent de plus en plus rapides. Jianna était fascinée par la vitesse et l’habileté des deux hommes. Elle avait déjà vu Olek combattre, mais jamais contre un homme de la classe de Decado. Ils bougeaient comme des danseurs, comme si chaque coup avait été chorégraphié. Parfois, les lames allaient si vite que Jianna n’arrivait pas à en suivre le mouvement. Puis du sang frais apparut sur le bras de Decado. Elle n’avait pas eu le temps de voir qu’il avait été touché. Cette allure frénétique ne pouvait pas durer longtemps… »

Ce combat est l’un des combats les plus importants du livre, il n’y a ici qu’une partie de ce dernier (pour éviter tout spoil :wink: ).

Mais cela montre bien ce qui est efficace selon moi chez Gemmell.
C’est très cinématographique comme description à mon sens.

On trouve le côté punchy avec des phrases courtes et un enchainement très soutenu.

Mais, un point important, à mon sens.
C’est que la description des actions ne sont qu’une partie du texte.

Une part importante du texte est comment le combat est vu par la spectatrice et les explications techniques.
Mais l’une des forces, c’est que cela ne coupe absolument pas le rythme du récit.
On ne sort pas du combat.

D’ailleurs, on remarque, qu’il fait des ellipses dans le combat.
On « ne voit » pas Decado être blessé. On nous l’apprend.
Par ailleurs, on remarquera qu’il n’y a que très peu de termes techniques et tous très simples.

Voilà pour un premier jet.
J’essayerais de venir compléter, entre autre pour les batailles qui sont un autre style mais tout aussi important.

5 J'aime