[TUTO] L'art du portrait

Salut à tous,

Ce petit topo est titré d’un précédent Défi et je vous le replace ici afin de nourrir un peu la branche de méthodologie - toujours bienvenue pour les débutants qui doutent…

Extrait est tiré du forum d’un site de recommandations de fics, concernant le PORTRAIT , et rédigé par Mimichan.

Les exemples de portraits littéraires donnés dans ce lien sont parfois assez indigestes aussi je ne les répercute pas ici pour éviter de vous épouvanter. :smiley:

OldGirl


I) Le but du portrait : Présenter le personnage

La première rencontre entre le lecteur et votre protagoniste est importante. Pourquoi ? Elle va servir de référence au lecteur quant à l’évolution future de votre héros.
Il faut donc toujours avoir cette idée dans un coin de la tête avant de se lancer.
Voici une liste de questions de base à se poser sur votre personnage :

  1. Quel est son nom ?

  2. Comment est-il physiquement ?

  3. Comment est-il habillé ?

  4. Quel est son principal trait de caractère ?

  5. Que fait-il dans la vie ?

  6. Où est-il ?

  7. Quelle est sa situation actuelle ?

  8. Quel est son état d’esprit à ce moment précis ?

  9. Quel est son but ?

Avec ces questions, vous avez de quoi vous lancer dans un portrait assez simple. Vous pouvez vous en poser bien plus ou ne pas répondre à certaines d’entre elles tout de suite. Soyez aussi curieux que votre futur lecteur et rendez-le curieux de votre personnage.

II) Méthodologie

Plusieurs classifications des portraits sont envisageables en raison de la variété de ceux-ci. Seulement il n’y a que deux méthodes possibles pour présenter vos personnages.
Il existe donc deux grands types de portrait :

- Statique : La personne est présentée de manière figée. Les verbes d’état (être, sembler, paraître, etc.) sont souvent utilisés dans ces portraits.
Exemple : Il est grand aux yeux bruns et il semble toujours avoir le sourire aux lèvres.

- Dynamique : La personne est présentée en mouvement. Les verbes d’actions sont favorisés.
Exemple : Avec le sourire aux lèvres, il installe son bras autour de mes épaules tandis que ses yeux bruns balayent l’assistance.

Le personnage était le même dans les deux exemples. Chaque auteur a une préférence pour l’un ou l’autre de ces deux types.

[…]

III) Différents aspects du portrait

Dans la première partie, je vous ai donné une petite liste de questions concernant le personnage. L’auteur peut se concentrer sur le physique, sur la psychologie, sur le comportement, sur la situation, sur les sentiments ou sur les motivations du personnage. Il n’y a pas de règles bien établies pour le portrait, le tout étant pour l’auteur d’en être satisfait et le lecteur intéressé.

Selon le point de vue abordé, la description de votre protagoniste peut-être très différente. Pensez au pire ennemi et au meilleur ami de votre héros, ils n’ont sûrement pas la même vision de celui-ci.

En portrait dynamique, le personnage peut être présenté seul ou être présenté avec ses petits camarades. L’interaction de cette personne avec d’autres acteurs de votre histoire peut être également intéressant. Des doubles portraits sont souvent utilisés pour décrire deux amis, deux amants ou deux rivaux.

Les types statique et dynamique peuvent se croiser également.

Selon le genre du récit (humoristique, érotisme, fantasy, etc.), les mêmes éléments du physique ou du caractère d’une personne vont être décrits différemment. […]

9 « J'aime »

Salut à tous

Dans la catégorie “je développe mes compétences en matière de descriptions de personnages et de peinture visible de ce qu’ils ressentent”, je vous ai trouvé un petit truc en anglais (évidemment ?) – que je vais vous traduire – intitulé :

12 éléments de langage corporel traduisant l’embarras… à l’exception de rougir

L’auteur de ce mémo indique simplement “parce que certains fanfiqueurs en ont vraiment besoin !” :smiley:

  • reculer de quelques pas

  • se cacher le visage dans les mains

  • jeter des coups d’oeil à droite et à gauche

  • écarquiller les yeux

  • se croiser les bras

  • adopter une posture défensive

  • léger bégaiement (à utiliser juste une fois)

  • se gratter l’arrière de la tête

  • faire passer le poids du corps d’un pied sur l’autre, alternativement

  • mouvements exagérés des mains (incluant les gestes vagues)

  • tics nerveux (se toucher les cheveux, le lobe de l’oreille, réajuster un détail de sa tenue qui n’en a pas besoin)

  • tourner la tête de côté / regarder par terre ou ailleurs en évitant surtout le “droit dans les yeux”

Qu’est-ce que vous en dites ? Info ou intox ?
Connaître des informations sur le langage du corps peut-il vous aider à écrire de meilleurs personnages même si vous n’êtes pas fan de “Lie to me” ?

7 « J'aime »

Oui oui oui, y en a marre de lire que le personnage rougit quand il est embarrassé :wink:
Mais croiser les bras quand on est embarrassé, j’ai du mal à comprendre :thinking:

1 « J'aime »

En réalité, j’aime bien décoder les petits secrets des gens donc ça fait longtemps que je m’intéresse au langage corporel et ce qu’il “trahit”.

Je pense que dans le petit topic que j’ai trouvé “embarras” est un terme assez large pour “ce qui nous met mal à l’aise”.

En général, reculer d’un pas sert à se “distancer” de ce qu’on vient de nous dire littéralement on “cherche à prendre du recul” ou à se gagner du temps (de réaction).

Se croiser les bras montre moins l’embarras qu’une forme d’opposition nette. Chaque personne qui le fait devant vous (sans avoir conscience qu’elle le fait bien sûr) vient de vous signifier qu’en réalité “elle n’est pas d’accord avec vous/votre propos” : c’est donc à la fois une protection et une distanciation, elle “bloque” en se servant des bras croisés comme d’une armure ou d’un bouclier.

De là vient aussi la formule “adopter une posture un peu défensive” à comprendre comme la manifestation physique “d’être sur la défensive”, cela peut vouloir dire “s’attendre à une attaque” (qu’elle soit métaphorique ou verbale ne change rien à l’instinct) : genoux souples, poings plus serrés, corps légèrement de biais paré pour “l’esquive” d’un coup direct.

J’ai vu par contre plusieurs acteurs (masculins) en interview non pas se “gratter l’arrière de la tête” (pourquoi pas faire une grosse goutte au niveau du front aussi ?), mais bien se pincer le lobe de l’oreille. C’est une marque nette d’embarras doublée d’une crainte de se mettre à rougir (que je trouve donc toujours touchante puisque je le sais). Mais elle est issue du “truc” qui circule voulant que si on se pince l’oreille assez fort on “détournera le sang des joues” et on ne rougira pas (rougir est embarrassant, montrer qu’on n’est pas à l’aise au lieu de “cool” est embarrassant).

Les filles qui ont le trac vont triturer leurs cheveux (jouer avec une mèche c’est toujours mieux que montrer qu’on a les mains qui tremblent), se mordre la lèvre pour l’empêcher de tremblotter. Etc.

Giles nettoie ses lunettes quand il “préfère ne pas voir quelque chose qui l’embarrasse”.
Lucifer rajuste ses boutons de manchettes ou élimine un faux-pli invisible (ou une bouloche).
Tous ces gestes rentrent dans la catégorie : je contrôle les mouvements nerveux de mes mains en “faisant un truc qui n’a pas l’air suspicieux”.

La liste ci-dessus mélange les parades et les réactions instinctives.

6 « J'aime »

Alors,

je farfouille, je farfouille… On a un autre topic sur la création de personnage, mais la description, je trouve ça bien aussi pour transmettre au passage, une impression qui va au-delà du physique et laisse déjà des indices sur le caractère…

Je pense que l’exemple ci-dessous se classe dans la catégorie portrait statique (voir ci-dessus) mais il est loin d’être ennuyeux car il pioche pas mal dans la métaphore pittoresque.

C’est est tiré du roman Wyld (de Nicolas Eames). Que je n’ai pas lu. Ce paragraphe est également l’incipit (du chapitre et du roman).

Si vous en avez d’autres, ça peut inspirer à sortir des sentiers battus… :slight_smile:

3 « J'aime »

En voilà deux autres, tirés d’un article sur aproposdecriture.

Je fais partie des auteurs qui sont un peu allergiques aux portraits, personnellement (alors que d’un autre côté, j’adore les longues descriptions, allez comprendre) et je trouve toujours que « pas assez » est beaucoup mieux que « trop » dans la plupart des cas. Mais en y réfléchissant un peu, je pense que ce qui est le plus important dans un portrait et dans une description en général, c’est de ne pas simplement décrire pour décrire, mais aussi y insuffler quelque chose de pertinent par rapport au texte, de montrer comment le personnage narrateur ressent ce qu’il voit et que ce soit utilisé pour poser une ambiance. Trop de portraits se contentent de dire que « Jean-Eudes avait les yeux bleus, les cheveux blonds et la mâchoire carrée » en restant purement dans le factuel, dans le « voilà, c’est à ça que ça ressemble » sans penser à le moduler pour que ça dise vraiment quelque chose du personnage (est-ce qu’il en est fier ? est-ce qu’il en a honte ? quel effet ça produit sur les gens qui l’entourent ? etc.). Avec ces éléments-là, le plus statique des portraits peut devenir intéressant, mais c’est une étape qui est trop souvent oubliée.

3 « J'aime »

Dans le jargon, on appelle ça des réactions de prestance et de contenance :slight_smile:

4 « J'aime »