POV : l'orthographe, c'est pas important

Bien,

J’ai parfaitement conscience que c’est un sujet délicat méritant considération, attention, et des arguments dépassionnés.

Je viens de valider encore un com s’insurgeant contre la pratique consistant à faire remarquer qu’il y a des fautes dans un chapitre.

Voici l’exemple qui me motive :

Je veux pas m’énerver mais je vois pas l’intérêt de faire remarquer les fautes d’orthographe tant que l’histoire est bonne. Voilà c’est mon point de vu et j’adore ce que tu fais

C’est sûr qu’on retrouve, de com en com, les deux écoles : c’est pas bien / c’est pas grave.

Mais en toute curiosité, j’aimerais savoir s’il existe des arguments défendables, au delà de la simple opinion ou des préférences personnelles, justifiant de ce que « l’orthographe ce n’est pas important du moment que l’histoire est bonne ».

Je ne veux pas faire ma sophiste (trop taaard) mais cette formule, dans son sens strict, ne signifie-t-elle pas que l’orthographe, ça devient important quand l’histoire est mauvaise ? :smiley:

Non ?
Non.

Moi je voudrais bien comprendre, intellectuellement, comment fonctionne le plaisir de lecture dans ce cas.

Pour vous qui lisez et ce post et volontiers des fanfictions où l’orthographe-grammaire laissent à désirer, comment en faites-vous abstraction, si besoin de faire abstraction ? Comment restez-vous accrochés à l’histoire ? Sur combien de chapitres ?

.
Quand je parle d’arguments positifs, je veux dire par exemple :

« Ce peut-être un encouragement pour l’auteur de ne pas lui signaler les fautes, ainsi il pourrait avoir envie de continuer à écrire, cela ne le castre pas dans son élan ».

En voyez-vous d’autres, en faveur de ce concept tout à fait tolérant ?

(Essayez de rester modérés dans vos réponses)


:arrow_right: A lire aussi : Prélecture ou correction, quelle différence ?

9 « J'aime »

Adepte des fautes d’orthographes, conjugaison, etc… je comprends parfaitement que ça ne soit pas très agréable, moi la première quand ces dernières sont flagrantes. J’ai mal aux yeux en relisant mes chapitres :rofl:
Et je peux comprendre la frustration des autres quand on pointe du doigt toujours les mêmes erreurs.
MAIS il faut savoir prendre du recul. Comme en dessin, on stagne et tout ne se débloque pas en un claquement de doigt.
Non, l’idéal serait peut-être d’aiguiller la personne ayant des lacunes et les inviter sur les topics dédiés sur le forum en plus des remarques habituelles ? :thinking:

7 « J'aime »

Le titre du sujet est provocant à souhait :laughing:
Je ne peux pas m’empêcher de râler quand il y a une coquille…

Je ne peux pas et j’attends avec impatience les réponses de ceux qui y arrivent !

9 « J'aime »

Est-ce vraiment encourageant de ne pas signaler à un auteur les fautes qu’il fait ?
Pour moi, si tu signales à un auteur des fautes (sans le descendre dans le commentaire évidemment), je trouve ça plus encourageant dans le sens où ça peut l’aider à progresser.
Evidemment je peux comprendre que c’est démotivant mais il y a aussi la manière de le dire.

J’ai énormément de mal à lire des fanfictions longues avec beaucoup de chapitres et énormément de fautes.
Ca m’est arrivé quelques fois de lire des OS mais je trouve que s’il y a trop de fautes, la compréhension est aussi plus compliquée, et rentrer totalement dans l’intrigue est difficile.

Mais il faut aussi différencier « faire quelques fautes » de « faire 3 fautes par mots ». Je n’aurais pas de problème à lire des écrits où je vais trouver une faute de temps en temps.

10 « J'aime »

Je dirais que s’il y a deux trois fautes/coquilles par-ci par-là, c’est effectivement pas bien grave. Moi-même qui me débrouille plutôt pas mal en orthographe, il m’arrive régulièrement d’en laisser, et de m’en rendre compte après, en relisant mes chapitres des mois plus tard. Bon, c’est une petite inattention qui est passé au travers de ma relecture orthographique, mais je dirais que c’est pas une catastrophe. Quand je vois un « s » au lieu d’un « t » en terminaison qui se balade au milieu d’un paragraphe dans une fic que je lis, ça ne me dérange pas spécialement. Je vais peut-être tiquer dessus vite fait, mais l’un dans l’autre, ça ne va pas m’empêcher d’apprécier le texte. Je pars du principe qu’on fait avant tout du travail d’amateur dans un contexte assez « artisanal » dans le sens où on fait la majeure partie du boulot tout seul (parfois avec une beta lecture mais encore une fois, c’est fait par un amateur).

Là où ça va plus me déranger, c’est quand, comme dit plus haut, il y a trois fautes par ligne. D’autant plus que le problème dans ces cas-là, pour moi, c’est pas tant l’orthographe mais le fait que le style est à peu près équivalent au niveau en ortho dans ces cas-là. On adore nous sortir des arguments à base de « ouais, c’est que de l’orthographe, c’est pas grave, moi je connais plein de gens qui font plein de fautes mais qui ont un très bon style ». Alors, ces auteurs-là, il va falloir me les montrer, parce que j’en ai jamais vu un seul. Ce que les fervents défenseurs du laxisme orthographique ont du mal à admettre, c’est que ça :

« Longtanp, je me suit coucher de bonnes heures. Par foi, à peine ma boujie héteintes, mes yeux se fermé si vite que je n’avez pa le tant de me dirent : « Je m’endore. » Et, 1/2 heures après, la penser qu’il été tant de cherché le sommeille m’éveillé ; je voulez posé le volumes que je croyez avoire encor dans les main et soufflait ma lumières ; je n’avé pas sesser en dorment de fer dés réflection sur se que je venez de lirent, mais ses réflection avez prit un tourent un peux particuliers ; il me semblé que j’été moi-mêmes ce dons parlé l’ouvrages : une églisent, un quatuors, la rivaliter de Françoi Ier et de charles quint.

Ca n’existe pas (et je tiens à m’excuser platement auprès de Marcel Proust pour ce que je viens de faire). Quand l’orthographe est déplorable (donc pas trois quatre erreurs d’inattention parce que t’as eu un pet de cerveau à la relecture, le niveau de l’extrait que je viens de vous mettre), il y a 99,9% de chances pour que le style le soit aussi. Ca ne veut pas dire que quelqu’un avec une bonne orthographe aura forcément un bon style, simplement que quelqu’un qui ne maîtrise pas certaines bases de la langue française va aussi pêcher dans tout ce qui est syntaxe, figures de style, descriptions, etc, parce que le tout fait partie d’un package. Tu peux être moyen en orthographe et avoir un bon style, pas de problème, mais quand on en arrive à une faute à quasi tous les mots, c’est mauvais signe.

Ce que je trouve particulièrement rhédibitoire, d’ailleurs, et qui me fera me détourner d’une fic à la vitesse de la lumière, c’est une faute dans le résumé ou pire, dans le titre. Des fautes dans le corps de texte ? Allez, c’est dense, tu peux être dyslexique, on est plus coulant. Mais dans le titre ou le résumé, je considère juste que l’auteur n’en a rien à carrer et nous présente un texte à demi-torché, donc je ne vois pas pourquoi je m’y attarderais quand je peux lire quelque chose de bien plus travaillé à la place.

12 « J'aime »

J’ai vu le commentaire en surfant sur le site au gré d’une pause. Intriguée, je suis allée voir de quelle fic il retournait. Amusée, j’ai vu que c’était une fic que j’avais moi-même commentée. Agacée, j’ai vu que l’auteur (e ?) du commentaire faisait référence au mien dans lequel je soulignais le fait qu’il y avait des fautes, bien que l’histoire soit intéressante.
Du coup j’ai ravalé mon agacement, d’autant plus que je devais retourner travailler, et ai laissé couler. Puis j’ai vu ce topic, qui en découlait et oh boy j’ai trouvé ça intéressant de rebondir dessus !

Je vais répéter ce qui a déjà été dit, mais les cas où j’ai continué ma lecture malgré les fautes énormes sont rares : il n’y en a eu qu’un.

Je pars du principe que tout le monde n’a pas les mêmes « capacités ». Certains ont des troubles/maladies qui les gênent (dislexie, disorthographie etc.) et d’autres n’ont juste pas les bases. J’ai moi-même été une piètre élève lorsque j’ai commencé à écrire au passé simple, à confondre les terminaisons, et encore plus quand j’ai commencé à utiliser le subjonctif imparfait ! Mais j’ai appris de mes erreurs, notamment parce qu’on me l’a fait comprendre, que je me trompais.
Et je relève presque systématiquement quand je vois des fautes (parfois je les détaille une à une, parfois je dis juste « oh, il y a quelques fautes, mais rien qu’une relecture ne saurait éradiquer ! »), mais je me dis qu’en faisant ça, je peux aider l’auteur. Dans le sens où je suis moi-même passée par là, et où ça m’a aidée qu’on me dise « attention, tu as écris au futur simple alors que c’est du conditionnel » ou inversement, j’ai aujourd’hui encore du mal avec ces deux-là.

Bref.

Quand je vois une faute dans le synopsis ou dans le titre, je fronce les sourcils. « Allons voir l’intérieur, ça peut valoir le coup. » Et le plus souvent le contenu du chapitre m’effraie de par ses quantités astronomiques de fautes.
J’essaie de passer outre, mais il faut vraiment que l’intrigue me prenne.
Ce commentaire concerne une fic sur La Guerre des Clans : le scénario est classique, mais on sent que l’auteur a voulu bien faire pour inventer une histoire originale tout en reprenant les codes de la série de base. Donc je me suis accrochée. Bon, la vie a fait que j’ai décroché, mais j’y pense et cherche le courage de rattraper mon retard !
Le seul exemple de fic que j’ai intégralement lue malgré les fautes très grandes, c’est une séquelle de Code Lyoko. Bon, la fic date de au moins cinq ans, alors je me dis que l’auteur a probablement évolué depuis, mais l’intrigue m’a énormément plu, et ça m’a donné envie d’en lire plus. Pour le moment je me suis arrêtée qu’au premier tome, et il y en a un deuxième terminé, et un troisième en cours, mais il reste dans un coin de ma tête !

Dans ces deux cas, je trouve un point commun : la madeleine. Code Lyoko et La Guerre des Clans sont deux séries qui m’ont énormément bercée plus jeune, et voir qu’aujourd’hui encore des gens font vivre ces fandoms avec des idées très sympa m’a énormément plu.
Je ne pense pas, cependant, m’accrocher autant à une fic sur un fandom qui ne m’attire pas autant.

Et pour conclure ce pavé, j’ajouterai que l’orthographe, la grammaire et tout ça, ça importe toujours, à l’oral comme à l’écrit, quand bien même l’histoire que vous racontez ou montrez est fascinante.

Je fais la belle avec des beaux mots et des belles tournures, mais à l’oral je suis toujours la première à faire des fautes. :man_shrugging:

7 « J'aime »

Je voudrais apporter un témoignage de lecteur.

  • Peut-être dois-je d’abord préciser le genre de lecteur : pas très à cheval sur le canon des fanfictions, ni dans le respect des événements de la série, ni dans la conformité au caractère des personnages. Lorsqu’une fiction m’embarque, elle peut bien faire un pied de nez à l’œuvre d’origine, cela m’est égal, pourvu qu’il y ait « quelque chose ».
  • Ce « quelque chose » peut être un ton original, ironique ou mélancolique ou que sais-je, un point de vue propre, une peinture inhabituelle, etc. Pourvu qu’il y ait une émotion portée par le couple contenu-contenant. J’ai du mal à distinguer contenu et contenant. Les qualités de l’un sont magnifiées par les subtilités de l’autre.
  • Les fautes de grammaire ou d’orthographe me font l’effet d’un croche pied. Ou si vous préférez, d’un granule de sel dans un cocktail dosant subtilement l’accord alcool-saveur sucrée. Ou bien un sous-vêtement douteux sur un joli brin de qui-vous-voulez. Vous voyez ce que je veux dire ?
  • Lorsque des aspects de l’œuvre lue me plaisent, j’éprouve du plaisir à lire. Un effort m’est nécessaire pour faire abstraction de ces croche-pieds. Le plaisir de lecture en est entaché, et la densité de fautes a parfois raison de mon envie de continuer.
  • Je dois reconnaître que je me lâche dans les commentaires en cas de faute dans le titre ou le résumé. J’ai l’impression qu’on se paye ma tête !
  • Nos fanfictions constituent aussi un travail, un effort, même si nous sommes tous amateurs et effectuons cela par plaisir, comme un loisir. Je crains qu’il y aura toujours une composante moins plaisante pour obtenir un bon résultat. Ces aspects moins agréables diffèrent pour chacun : s’efforcer de laisser reposer la pâte pour relire efficacement, se contraindre tout bonnement à une relecture, ou s’efforcer de vérifier tous les passés simples, ou … etc.

Ma petite conclusion égoïste : L’orthographe et la grammaire, est-ce important ? Si l’auteur souhaite laisser un bon souvenir, une dose de travail me semble une composante nécessaire. Ce n’est pas grave qu’il reste quelques fautes ; l’important, c’est de se placer quelques minutes à la place du lecteur pour qui on fait l’effort de partager un plaisir.

9 « J'aime »

Comme beaucoup ici j’ai du mal à prendre autant de plaisir à lire quand il y a des fautes que quand il n’y en a pas. Les fautes de temps j’ai tendance à les corriger mentalement à la lecture mais c’est vite fastidieux… Pourtant je m’accroche volontiers quand l’histoire me plaît… Mais j’ai tendance à faire un retour à l’auteur (en MP maintenant que j’ai appris à les utiliser à bon escient :sweat_smile:)

5 « J'aime »

Pauvre Marcel, sa madeleine a dû lui rester en travers de la gorge ! :smiley:

Oui le titre de cette branche était provocateur, il a permis de faire remonter des avis sur la question.

Sur le plan purement argumentaire, je relève donc que signaler des fautes est une meilleure chose à faire, plutôt que de ne pas le signaler.
La démotivation que cela peut susciter chez un auteur débutant, n’entre pas vraiment en ligne de compte, dans la mesure où le signalement est fait… gentiment.

Je relève aussi qu’une forte motivation du lecteur (pour un fandom très aimé) peut permettre de continuer lecture et de s’accrocher, là où tout le monde
ou presque reconnaît qu’en tant que lecteur, cela brouille la compréhension et c’est la fatigue de la correction mentale qui fait abandonner.

Toutefois, il semble exister un point de bascule sur la quantité ou le nombre de fautes (par mot, par ligne ou par chapitre…).

Trop de fautes ? Pas de signalement.
Quelques fautes ? Hop, ça vaut le coup de le dire. Derrière cela, réside l’idée qu’il peut s’agir d’inattention (réparable par plus d’attention), de difficultés spécifique de dyslexie (suscitant compréhension et empathie).

A part, l’argument – recevable selon moi – que notre activité est amateur et ne peut pas avoir la qualité d’un travail professionnel, il ne semble pas y avoir de véritables arguments en faveur du silence.

Encore que vous vous leurriez si vous pensez que tous les professionnels de l’écriture ne font aucune faute. Car il faut distinguer l’écriture de la correction. Ce sont les professionnels du français qui corrigent les professionnels de l’écriture ! Et parmi eux, il n’y a pas que des romanciers. Je pense que pour cumuler la parfaite maîtrise des deux, il faut être Académicien ! :smiley:

Pour reprendre le titre de cette branche, les fautes peu nombreuses, c’est pas grave parce que ça se soigne !
Les fautes trop nombreuses, c’est incurable. Tout signalement serait « cautère sur une jambe de bois ». Il faudrait que l’auteur (ré)apprenne les bases depuis le début. Et là… C’est du ressort des professionnels de l’apprentissage ! :smiley:

.

En tant qu’auteur possédant une orthographe correcte, je fais des fautes :smiley: :smiley: et j’ai envie d’ajouter une nuance dont personne n’a parlé : les fautes qui nous dérangent vraiment dans ce que l’on lit… sont celles que l’on voit !

Et oui. La plupart de vous faites une relecture, plus ou moins à froid, et vous voyez une partie de vos fautes, après coup. Et vous les corrigez tout seuls.

La tolérance aux fautes moyennement nombreuses (les peu nombreuses ne sont pas vues comme un problème) ne serait-elle pas favorisée par notre propre ignorance des règles (d’accords, de conjugaison) ? On ne saurait signaler ce qui passe sous nos radars…


Évidemment, il n’y a pas que cela qui peut rebuter un lecteur et lui donner envie d’intervenir.
Certains signalent que « la phrase est bizarre » et « qu’on ne comprend pas bien (ou pas trop) ce que tu as voulu dire ».
D’autres, également secourables, signalent aussi quand un mot est confondu avec un autre, ce qui change le sens.


Ce sont des points de vue de lecteurs qui sont donnés. Mais basculons de l’autre côté du miroir.
En tant qu’auteur… vos fautes sont-elles tout aussi gênantes à la lecture ou, soudain, l’histoire que vous vous échinez à écrire devient-elle ce qu’il y a de plus important à considérer ? :smiley:

.

Un peu en parallèle sur le sujet des signalements à faire ou ne pas faire.

J’ai validé il n’y a pas si longtemps un com s’adressant en réponse au mien, signalant qu’il y avait des incohérences de fandom (pas des fautes) ou des choix de vocabulaire que je n’aurais pas fait moi-même mais mon com se voulait enthousiaste car j’étais heureuse de voir un scénario ambitieux mais où résidaient des « anicroches ».

La réaction – alors même que je ne parlais pas de la forme – a été vive et… déçue. L’auteur exprimait qu’il savait que ses textes n’étaient pas « parfaits » mais qu’il n’était pas ici pour être « noté, s’améliorer ou passer un concours » mais simplement pour partager sa passion. Et qu’il n’avait pas l’intention d’en écrire d’autres, celle ci le rendant fier telle qu’elle était parce qu’il y avait mis toute sa passion.

Certains auteurs réagissent en se protégeant de tout ce qu’on pourrait « signaler », c’est particulièrement le cas il me semble, lorsqu’il y a une fanfiction longue, où l’auteur y a mis ses tripes, pendant des mois.

Alors, orthographe, petites erreurs de canon, formules un peu malhabiles, tout ça recule à l’arrière-plan du superflu et confine à de la pinaillerie sans intérêt…
Rien n’est si grave ou important, à part ce qu’on y a mis de soi.

7 « J'aime »

Alors si tu m’avais posé la question, il y a 8 ans quand je commençais à lire des fanfics et à écrire, je t’aurai répondu que cela ne me gênait pas, car le plus important était l’histoire, mais plus j’écris, plus je faisais attention à ce que je lis et aujourd’hui, mon discours a changé. Lire une fanfic avec des fautes, pour moi est impossible, je ne suis pas venue lire une fanfic pour décrypter. Je pense que j’ai tellement été habitué à faire attention à mes propres fautes que je ne supporte donc plus celles des autres.

Dans le cas où je trouve que l’histoire est intéressante, que le sujet m’intéresse parce que rare, évidemment que je prends sur moi et que je fais passer outre…Mais mon commentaire sera tout de même porté sur les fautes. Par contre, j’aurai toujours ce sentiment de frustration car la fanfic n’est pas « parfaite » (pour moi une fanfic parfaite, c’est bonne histoire avec pas ou peu de fautes).

Alors quand il y a trop fautes, je ne reste pas accrochée, je parle surtout des fanfics où il y a des fautes tous les lignes. Je suis sur que vous connaissez ça xD. Il m’arrive d’être hypé par la fanfic grâce aux résumés, mais si le premier chapitre, il y a trois fautes à chaque ligne, je zappe. ça me fatigue en faite. Je suis pas venue pour souffrir, ok ? xD

S’il y a peu de fautes et que c’est supportable, je reste jusqu’au bout. Évidemment pour les grosses fautes, je vais le signaler à l’auteur (exemple récent, le nom commun" conseiller" revenait souvent dans la fanfic et l’auteur ne cessait de l’écrire « conseillé », c’est bête comme faute, mais ça revenait tout le temps).

Après ça arrive des fautes d’inattention, moi-même d’ailleurs j’en fais. Et quand je me relis trois jours après et je revois mes fautes.

Voilà exactement, d’ailleurs parfois, quand je lis ce genre de choses, le « trop de fautes » est en lien avec la manière dont l’auteur dit les choses, c’est mal dit, voire mal écrit, on ne sait pas trop ce qu’il ou elle veut dire et la cohérence est bancale. On essaie de comprendre ce que l’auteur veut dire, donc on ne rentre plus dans l’histoire.
Il m’est arrivé d’être bloqué sur deux lignes pendant dix minutes parce que je ne les comprenais pas. Et dans ces cas là, j’abandonne malheureusement.

Et j’ai envie de dire, si on publiait les fanfics comme des livres avec des éditeurs et tout ça…Pensez vous réellement qu’ils laisseront les fautes ? J’ai envie de dire, si ce n’était pas important pourquoi le rôle du correcteur et des relecteurs sont aujourd’hui derrière les livres publiés ?
Pourquoi les fanfics, ce ne serait pas important ? Je vais exagérée…mais est ce parce que ce n’est pas de la « bonne lecture » ?

Je considère que c’est important car si on veut entrer dans le monde de l’auteur, il faut la surface de son monde soit plus ou moins propre, soit son écriture. Si on est obligé de dépoussiérer et d’éternuer, je ne peux pas apprécier pleinement une fanfic. Je ne demande pas des fanfics sans aucune faute, mais des fanfics lisibles, sans trop de fautes à tout va (et à ce que je lis précédemment, beaucoup sont d’accord).

9 « J'aime »

Je rebondis là-dessus parce que ça me paraît être la bonne chose à faire, effectivement. Si la faute revient plusieurs fois, voire systématiquement, c’est qu’il y a de grandes chances pour que l’auteur ne connaisse pas la règle ou ait du mal à l’appliquer. Dans ces cas-là, le signaler et pourquoi pas lui donner un petit moyen mnémotechnique pour s’en souvenir, ça sera sans doute constructif.

En fait, pour rester sur le sujet de « Est-ce qu’on le dit en commentaire ou pas ? », je pense que à part le cas ci-dessus, on va avoir deux cas majeurs :

  • Le cas où il y a quelques petites fautes éparpillées par-ci, par-là : pour moi, pas la peine de le signaler. Si on est vraiment du style Captain Orthographe Vengeur de la Conjugaison, on peut se permettre un petit : « J’ai remarqué quelques fautes d’inattention comme (exemple) ou (exemple) mais rien de grave »
  • Le cas où c’est abominable, ça pique les yeux, on a limite l’impression de faire de la paléographie : Là, pareil, pour moi, le tout tient en une phrase « L’orthographe est trop mauvaise, améliore-toi et/ou fais appel à un beta lecteur » (on peut ajuster le niveau de tact, évidemment :p). Et ce pour la simple et bonne raison qu’il y a de grandes chances pour que ça ne soit que la cerise de pourri sur le gateau au vomi et que je trouve plus constructif dans un commentaire sur ce genre d’histoire de relever tout ce qui aura trait au style bancal, au scénario au mieux convenu au pire… pire (histoire de rester polie), aux personnages qui ressemblent à des silhouettes en carton, etc.

Ce qui par contre est très irritant, je vais me faire l’avocat du diable, c’est quand Jean-Michel Grammar Nazi ne met pour seul commentaire qu’un relevé de toutes les petites coquilles que tu as pu laisser sans rien épargner même pas la pauvre espace que tu aurais laissée trainer avant une virgule ou les accents circonflexes sacrifiés à la réforme de 90, Ô barbare illettré que tu es. C’est d’autant plus agaçant sur un site comme celui-ci qui ne permet pas les annotations (contrairement à Wattpad ou Scribay, par exemple, où ça reste ■■■■■■ mais quand même moins) et où si tu veux faire un relevé exact des fautes, tu es obligé de le tartiner tout à la suite dans un seul commentaire. Pour moi, une remarque sur l’orthographe, ça doit tenir en une ou deux phrases, grand max.

6 « J'aime »

Et dire que cette conversation a vu le jour pendant que j’étais éloignée du forum à cause de mon ordi !!! :cry:

@harleyawarren : L’incipit de Proust était juste GENIAL. Merci pour ce morceau d’anthologie. :rofl: :rofl: :rofl:

Je n’arrive pas à faire totalement abstraction des fautes de grammaire et d’orthographe mais il y a certains cas où je poursuis ma lecture malgré des erreurs répétées (je ne parle pas des coquilles « normales » pour tout texte tapé à l’ordinateur et relu sur l’ordinateur). Notamment lorsque l’histoire va correspondre à mes obsessions personnelles (entendez : du H/C sans romance dans les fandoms que j’aime, ce qui est très très très très très rare :roll_eyes:). Ou bien lorsque l’intrigue est vraiment prenante (ça m’est déjà arrivé pour quelques fics policières très bien menées). Mais cela demeure l’exception.

Cependant, j’ai toujours beaucoup de mal à faire remarquer les erreurs des auteurs dans les commentaires. J’ai toujours l’impression que ça ne servira à rien, car au pire l’auteur(e) se sentira agressé(e), et au mieux s’en moquera. Comme disait Choderlos de Laclos, « on acquiert rarement les qualités dont on peut se passer ». Quand il y a « trop » de fautes, à quoi bon les signaler ? Il faudrait tout reprendre à zéro et ce n’est pas possible. En revanche, lorsque je lis une histoire qui me plaît avec quelques fautes, je peux les faire remarquer car je me dis que le niveau d’écriture est assez élevé / exigent pour que l’auteur(e) puisse avoir envie de s’améliorer.

… … … Et là tu as des envies de meurtre. Tu te dis « chouette, un commentaire », et en fait… non. Juste une grosse baffe. :sob:

7 « J'aime »

Jean-Michel Grammar Nazi. On m’interpelle ? :rofl:

Je ne fais aucun commentaire sur les fautes en général.
Ce qui amène souvent aucun commentaire sur la fic non plus ! Si je signale les fautes, le nombre que je relève est vexant, je passe pour pédante et condescendante (parce que oui, la typographie et les espaces ça compte). Si je ne les signale pas, je me sens hypocrite de laisser un com alors que j’ai soufflé et tiqué en m’énervant…

Je ne sais pas comment quantifier, il faudrait que j’ouvre une fic à succès, avec de nombreux commentaires et où les fautes m’énervaient. :smiley: Le « trop » vient un peu vite, chez moi.

Je ne sais pas comment vous expliquer, c’est comme une sorte de compulsion.

C’est l’étiquette – triomphale et proéminente – qui ressort dans le dos ! :crazy_face:
Comment laisser ça comme ça ? Mhh ? ça démange, je ne vois rien d’autre, et on peut me raconter ce qu’on veut à côté, je ne l’entends pas.
C’est de cet ordre. Et je ne me soigne pas.

Mais j’ai ri pour le circonflexe… Pour info, il m’est arrivé de dire à @ChiaraCadrich qu’il les avait passés à la trappe…
Je ne l’ai pas traité d’ignare ou de barbare, j’ai juste souligné que ça m’étonnait de le voir prendre fait et cause pour la nouvelle orthographe simplifiée, étant donné son niveau de langue « ordinaire »…

#jesuiscirconflexe. Si je dis : « je ne me sens pas très en forme, je me ferais bien un petit jeûne, ça ira mieux après », oubliez le minuscule circonflexe : tout change… :smiley: ).

L’orthographe, c’est peut-être pas important, mais les circonflexes et les virgules, par contre… ! :smiley:

3 « J'aime »

ça dépend. Le petit jeune peut être minuscule ou circonflexe… Honni soit qui mal y pense :smiling_imp:

Complément de témoignage,
En tant que rédacteur : je prends – en grommelant – toutes les remarques : esthétiques, sémantiques, orthographiques, cosmétiques, accentuées, grammaticales, syntaxiques, ponctuées, stylistiques, pour les remâcher un moment avant d’ajuster - si nécessaire.

Une foi trouvée la parade, alors seulement je remercie. Et là le sourire est sincère ! :smile:

En tant que lecteur : je laisse un commentaire général et je tente une revue en MP - genre revue de packetage, un peu fouillée - pour voir si ça intéresse le quidam. La suite est selon la réaction. Je reconnais que c’est un peu risqué.

Je trouve que vous avez raison, même en cas de déluge de fautes, il faut être gentil si on peut.

3 « J'aime »

Et c’est bien pour ça que c’est un accent qu’on garde malgré tout. Entre « jeune » et « jeûne », le circonflexe permet de discriminer un sens d’un autre, donc c’est un mot qui n’est pas du tout concerné par la réforme. Comme « du » et « dû », « mur »/« mûr », « sur »/« sûr ». Les accents qui sont facultatifs maintenant, ce sont ceux où on ne risque aucune polysémie bizarre, comme pour « bûche » par exemple, qu’on peut tout à fait écrire « buche » sans que ce soit « faux ». Personnellement, je mets toujours des circonflexes partout, mais c’est plus parce que j’ai l’habitude qu’autre chose.

De façon tout à fait personnelle, je préfère aucun commentaire plutôt qu’un commentaire qui relèverait uniquement les fautes. Que ce soit un point parmi d’autres dans le commentaire, oui, ça ne me dérange absolument pas (surtout que je suis vraiment pas douée pour voir mes propres fautes donc ça m’arrange quand on me les montre), autant, si c’est un commentaire du style : « Coucou, je me suis permis de relever les quatre fautes dans ton texte de 5000 mots, les voilà hihihi j’ai rien d’autre à dire, au revoir », je pense que le commentateur aurait les oreilles qui sifflent pendant un moment. Ca me donnerait l’impression que mon texte n’a rien su insuffler d’autre au lecteur qu’un Bescherelle qui démange et je crois que limite, je préfèrerais un commentaire vraiment insultant pour le coup.

Après, tout dépend la façon dont c’est fait aussi. Si c’est une remarque du type : « J’ai remarqué que tu te trompais beaucoup dans les terminaisons : [exemple], [exemple] et que tu oublies souvent de mettre des espaces après tes virgules et tes points », je trouve ça assez constructif et c’est le genre de remarque que je peux faire assez souvent. Par contre, si c’est des commentaires de type : "Alors : Avait -> Avais, train -> trains, une espace après la virgule après jour à la ligne 3, hésitit -> hésita, dis-il -> dit-il… etc etc sur quinze lignes le tout conclu d’un « voilà ;) » ", là j’aurais plutôt tendance à aller dire au commentateur d’aller déguster ses grands morts avec de la sauce samouraï.

3 « J'aime »

@neurchidesesgrandsmorts bonjour !

En vrai je vois tous vos petits mots et je panique. Je crois que j’ai fait partie de cette catégorie de gens qui commentent en s’attardant plus sur les fautes que sur le texte en lui-même… :shushing_face:
Bon, on va dire que le premier pas vers la guérison est la prise de conscience !

2 « J'aime »

ça me rappelle récemment sur Wattpad, j’étais tombé sur une fanfic dans un fandom assez rare (surtout sur Wattpad !). Il y avait trop de fautes ! Niveau scénario, c’était…horrible. Il n’y avait rien de cohérents qui tenait la route, même les dialogues (c’était des adultes qui parlaient, on aurait dit des adolescents de 11 ans). Bref, tout ça pour en revenir à ce que j’ai laissé comme commentaire. Personnellement moi qui aime beaucoup ce fandom, je me suis sentie obligée de signaler à l’auteur les fautes. Comment dire un compliment face à ce genre de textes ? La seule chose que je lui dis de positive c’était que son résumé était alléchant (mais même le résumé était bourré de fautes ;-;). Alors la question est : aurais-je donc du ne pas laisser de commentaires ? On a échangé du coup par la suite et au final, elle a supprimé sa fanfic. (en me disant qu’elle retravaillerait sur les points que j’avais énoncés). Quel était le bon comportement à adopter ?

3 « J'aime »

Ca, je dirais, c’est toi qui voit. Je disais que personnellement, je détesterais ça mais ça ne veut pas dire que c’est la même pour tout le monde. D’autant plus que Wattpad est un cas un peu à part, grâce aux annontations. Dans le cas de ce site, c’est beaucoup plus simple de signaler les fautes en annotations et ensuite de faire un commentaire en fin de chapitre qui justement reprend tout ce qui n’est pas l’orthographe. Comme tu l’as dit toi-même, le scénario était horrible et les dialogues abominables. Pour moi, c’est beaucoup plus important de s’attarder sur ces points-là, et de simplement signaler les fautes soit en annotations soit vraiment vite fait dans le corps du commentaire mais sans non plus relever TOUTES les fautes sinon on en a pour des heures.

Bref, je ne dis pas qu’il ne faut pas signaler les fautes, parce qu’effectivement, ça peut aider, mais juste qu’il faut éviter de ne prendre que ça en compte, parce que très trèèèès souvent (tout le temps en fait), quand l’orthographe est nulle au point qu’on puisse faire tartine sur tartine de relevé de corrections, il y a d’abord et avant tout des points bien plus essentiels à soulever. L’orthographe, c’est vraiment ce qui est le plus simple à corriger : avec une bonne relecture ou un beta lecteur, on a tout ce qu’il faut. La règle, c’est la règle, on l’applique et basta. Alors que c’est bien plus délicat de corriger quelque chose comme des personnages mal fichus, un scénario bancal, un style digne des plus belles rédactions de CE2 ou les milliers de trucs qui vont habituellement avec une orthographe qui pique les yeux.

2 « J'aime »

Je vais être assez brève : ma lecture s’arrête sur-le-champ quand je trouve trois fautes graves (je ne parle pas de coquilles) dans le premier paragraphe. Je regrette, je ne peux pas.
Je ne maîtrise aucun instrument de musique, je m’abstiens d’en jouer, par respect de la musique et de ceux qui pourraient entendre ma piètre prestation.
Écrire une fiction truffée de fautes, c’est comme inviter des amis à un souper spaghetti pour les leur servir sans aucune sauce, ou encore tourner un film avec de mauvais acteurs, ou jouer du Chopin sur un piano complètement désaccordé.
Même Stephen King avec tout son talent pour créer personnages et suspense ne parviendrait pas à me captiver si je trouvais dans le texte des fautes du niveau d’école primaire.
En plus du respect de la langue, il faut tout de même aussi faire preuve d’un minimum d’amour-propre et se donner les moyens de ses ambitions, non ?

2 « J'aime »

C’est un point de vue qui se tient. Je me rends compte que je suis beaucoup plus tolérante finalement parce que, si je relève volontiers les fautes, je me contente généralement de traduire les énormités mentalement pour passer au dessus si l’histoire me plaît :sweat_smile:

2 « J'aime »