Quelles difficultés rencontrez-vous le plus souvent?

Hello !

J’ignore si ce thème a déjà été abordé ou non, en tout cas j’ai cherché et je n’ai pas trouvé de sujet similaire. S’il existe, alors je m’excuse d’avance.

Comme vous avez pu le remarquer, je marque mon retour avec de nombreuses questions. Étant extrêmement curieuse de tout, j’aime partager avec autrui ce à quoi je songe et avoir des retours. La question qui me taraude ce soir est : lorsque vous écrivez, quelles sont les difficultés que vous rencontrez fréquemment ?

Personnellement, j’ai beaucoup (trop) d’idées qui me viennent en un court laps de temps. Cela rend la construction de mes écrits difficiles car je ne sais dans quel ordre mettre tout ce que j’ai dans ma tête.
L’autre problème concerne les formulations : comment décrire avec une quasi perfection ce que mon esprit est parvenu à créer ? Aucune formulation me semble suffisamment bien et alors je finis par désespérer et abandonner.

Si l’on résume, c’est sans doute ma pensée rapide et désorganisée qui ne me permet pas d’écrire comme je le voudrais (et je rencontre le même souci en dessin.) Cela est frustrant et je peux parfois me mettre à pleurer de ne pas y arriver, comme une enfant qui n’arrive pas à marcher.

Et vous ? Quelles sont les problèmes principaux qui vous freinent ?

16 J'aime

Non, je ne crois pas avoir vu ce sujet quelque part non plus. Mais c’est une question très intéressante.

Ca, pour le coup, ce n’est pas vraiment un problème pour moi dans l’écriture: un fois que j’ai un projet, j’arrive normalement à le terminer avant d’en commencer un autre, qui se situe le plus souvent dans un univers différent.

Par contre, ça, c’est vraiment quelque chose qui arrive clairement à me bloquer. Je retrouve un peu le syndrome de la pièce blanche (White Room Syndrome, pour nos amis anglophone) dans mes textes, c’est-à-dire que j’ai du mal à faire en sorte de décrire les environnements autour des personnages pour que le lecteur les imagine, ce qui fait qu’il peut sûrement se retrouver dans une situation où il n’imagine qu’une pièce blanche. Ce n’est sans doute pas aussi extrême dans ce que j’écris, j’essaie tout de même de donner des éléments de description, mais j’ai l’impression que c’est parfois le cas. En tout cas, j’ai toujours un peu de mal avec les descriptions, à trouver les mots justes pour décrire ce que je veux.

Mais peut-être aussi que cette volonté de décrire avec précision me dessert, parce qu’il vaut sans doute mieux essayer de décrire des petits éléments afin de transmettre une émotion, plutôt que de tenter de décrire un lieu, un évènement ou une situation au détail près avec une description ultra-poussée (sauf si on s’appelle Emile Zola et qu’on est naturaliste :joy:, même si ses descriptions portent plutôt sur des éléments sociologiques que sur des paysages ou autres).

Après, ce problème de la formulation ne m’arrive pas que dans des descriptions. Par exemple, je cherche aussi souvent d’autres formulations pour mes verbes de paroles ou la meilleure expression à faire dire à mon personnage pour rendre ses paroles impactantes. Mais je pense que c’est un problème universel, finalement.

Bien-sûr, outre ces problèmes de formulation, le syndrome de la page blanche n’est jamais très loin, et c’est parfois compliqué de s’en dépêtrer.

12 J'aime

Salut !!

Je crois que ce sujet n’existe pas donc, c’est bon !

La curiosité n’est pas un défaut, moi aussi, je crois que je me suis déjà posée cette question, mais pour moi, pour savoir comment avancer plus vite et si je n’en n’ai pas parlé c’est parce que je me suis posé cette questions des années avant d’arriver ici.

La plupart du temps, c’est justement le manque de temps qui m’entrave dans mon avancée. Sinon, c’est, comme toi la difficulté à coucher mes idées sur papier, j’ai tout, sauf les mots qui me vont. Ou bien, encore il y a la fainéantise dont je fais preuve trop souvent à mon gout : j’ai des idées mais je n’ai pas très envie de les écrire donc elles me sortent de l’esprit.

12 J'aime

Alors le plus souvent c’est de ne pas arriver à faire un dialogue de plus de 2 échanges. Trop souvent, je repasse à la description. Ou bien, les répliques ne font pas plus que 3 mots !
Une autre difficulté que j’ai déjà répétée plusieurs fois, c’est de ne pas arriver à formuler… Mais je pense que vous connaissez déjà la solution: ce n’est qu’une fois devant l’ordinateur que je développe certaines idées.

J’ai le même problème: je ne sais pas quelle idée mettre dans quel chapitre ! Et si jamais je choisis la solution de tout écrire dans le même, je n’ai plus aucune idée après…

Voilà, à part ça je pense que tout va bien… :relaxed:

10 J'aime

Ma difficulté principale réside dans trouver du temps pour écrire et de préférence sans me disperser. Pour le reste ça coule de source. J’ai quand-même constaté qu’en moyenne une semaine par mois je n’écris pas, les idées sont en cours de maturation et quand elles sont prêtes ça coule d’un coup et je peux enchainer 2 ou 3 chapitres sur la semaine suivante.

13 J'aime

Moi, c’est l’inverse, je fais beaucoup trop de dialogue : dans le chapitre 3 de Balafrée, les 9/10 sont un long dialogue, trop long !

9 J'aime

Eh bien, je n’arrive pas à finir mes fanfics, pas parce que je trouve pas de fins adéquates…parce que je veux commencer des nouvelles xD
Bon en terme d’écritures, la description pour moi est difficile, toujours compliquée de trouver les bons mots pour décrire un lieu. Je pense que je manque sérieusement de vocabulaires, donc je suis obligée d’utiliser le fameux dictionnaire des synonymes. En fait ça me frustre de toujours répéter les mêmes mots.
Ensuite, ce qui m’énerve, c’est le nombre de personnages présent dans une scène. J’ai horreur de laisser un personnage sur la touche, alors qu’il est présent dans la scène, c’est une galère, quand ça dépasse le nombre de deux ! Oui, oui, je considère que c’est un problème ! xD

13 J'aime

Personnellement ça dépends, parfois c’est l’envie d’écrire, il y a des jours ou j’ai envie de travaillé mon chapitre et puis au final je fais autre chose. D’autre fois, c’est le manque idée, j’ai le squelette dans les grandes lignes mais j’ai quand même le syndrome de la page blanche. Je crois que ma vrai difficulté que je rencontre souvent, j’ai les idées, je sais ce que je veux faire mais pourtant impossible de retranscrire la scène que j’ai en tête à l’écrit. Soit ça me plait pas, c’est pas que j’avais envie de faire. Donc ça me bloque.

9 J'aime

Ah malheureusement je connais ça aussi ! Je crois que c’est pour cette raison que je m’oriente vers des OS maintenant. Avec les OS, ça vient, on couche l’idée sur le papier puis hop, on passe à une histoire suivante.
J’essaie pourtant de faire des fictions longues mais après je n’arrive pas à les compléter (c’est paradoxal vu que mon rêve est d’écrire un roman !)

Encore un problème que je peux rencontrer. Pour te rassurer, je pense qu’on a tous plus ou moins recours à ces bonnes vieilles méthodes. :blush:

6 J'aime

C’est exactement pareil pour moi !

Et puis, je mets beaucoup trop d’action à la suite, sans même faire de description ou autre (pas vrai @ensorceleurisee ? 🥲) et du coup, c’est pas plaisant à lire…

En ce moment la pire difficulté c’est d’écrire, tout simplement :sweat: même si j’ai la motivation et les idées, j’y arrive pas ! Rien ne me plaît dans ce que j’écris alors j’arrête pas d’effacer, de réécrire, etc.

10 J'aime

À dire vrai, mêler action et description c’est vraiment compliqué : la première implique du mouvement, la seconde de prendre son temps. Moi ça ne me choque pas trop en fait. :wink:

11 J'aime

Actions et description ?
Quelqu’un a demandé un tuto ? :stuck_out_tongue:

En attendant, pour ceux qui voudraient lire d’autres interventions axées sur un problème plus précis, il y avait cette discussion-là :

:point_right: Avoir beaucoup d’idées et les gérer.

11 J'aime

Hum… :thinking:

En fait, mes difficultés varient en fonction des histoires que j’écris. Je veux dire par là que les problèmes que je rencontre dans mes fanfictions ne sont pas les mêmes que lorsque j’écris une fiction originale.

Dans les deux cas, je rejoins ceux qui manquent de vocabulaire. Je pense que c’est mon gros point faible en terme d’écriture, ce qui fait que j’écris souvent avec un site de synonymes ouvert à côté. J’ai aussi tendance à faire des répétitions sans m’en rendre compte sur le coup. C’est lors de ma relecture que je le remarque et que je corrige.
Il y a aussi le manque de temps, ou simplement l’envie d’écrire qui n’est pas toujours là.

Après, pour les fanfictions, une difficulté que j’ai c’est le respect des personnages canon à l’oeuvre. Ayant l’OOC en horreur, je cherche toujours à m’appliquer dans les caractères et les personnalités de ces personnages (même si c’est impossible de les respecter à 100% étant donné que je ne les ai pas crées), et c’est pas toujours évident. Encore moins quand ils sont nombreux à intervenir. :sweat_smile:
Faire en sorte d’avoir un OC (dans mon cas, j’en ai plusieurs dans une même fanfic) appréciable, crédible, cohérent avec l’univers, et qui ne sont pas « envahissants » vis à vis des personnages canons est un exercice assez compliqué aussi.

Pour les fictions originales, surtout lorsqu’elles sont longues, les difficultés sont encore pires: Création d’un univers cohérent, création de personnages intéressants, création d’un scénario captivant et qui tient la route, faire attention à ce que ça ne parte pas dans tous les sens, et j’en passe. Mais la pire difficulté que je rencontre avec ma fiction originale actuelle, c’est la gestion des personnages. Ils sont assez nombreux, avec des personnalités, des objectifs différents, et du coup jongler d’un personnage à l’autre peut-être très compliqué. Toutefois, c’est un problème qui se gère avec beaucoup de patience et de relecture. :slight_smile:

11 J'aime

Ah, ici les principaux problèmes c’est :

  • réussir à organiser le bazar qui me sert de cerveau. C’est en cours de correction, à grands renforts de tableaux, de cartes mentales, de blocs-notes et de plans scénarisés à rallonge pour caser un peu tout. (Pour la tite histoire, la Flamme de Mililian est le premier projet d’ampleur que je mène et c’est vraiment grâce à ça que j’ai réussi à aller aussi loin, sinon elle aurait rejoint la même pile que mes autres histoires : inachevées, sur la touche jusqu’à ce que je les reprenne…)
  • Certains passages me posent problème à l’écriture. Je bute, je pose une phrase, j’en efface trois, j’en réécris une demie… et à la fin je suis toujours pas satisfaite et ça m’énerve xD Ce problème-ci, j’arrive en général à passer au-dessus avec le temps et les sessions d’écriture qu’on se fait sur un serveur discord. Trente minutes à écrire, puis débrief sur l’avancée de chacun, ce qui a été ou pas, et petit (bon, ça, c’est relatif xD) extrait pour régaler les autres… et profiter de deux trois conseils si jamais y’a des trucs de vraiment bizarres/compliqués/problématiques ^^
  • Dernier truc, et non des moindres, la motivation à écrire qui fait le yoyo… et qui est systématiquement présente en période d’examens alors que je suis censée réviser et me concentrer sur le sujet ! cerveau, arrête tes bêtises, s’il te plaît.
9 J'aime

Le plus souvent quand j’écris c’est de rester concentrée. Il y a toujours passages à vide dans mes histoires alors que je ne pense qu’à une chose : écrire la grande bataille, la grande révélation, la fin dramatique… Mais non, je dois présenter tel personnage, décrire telle ambiance. Et ça, c’est pas ce qui me passionne le plus.
En plus, je suis qqn qui de nature est très inattentive. Je regarde à droite : « oh mon portable ! », à gauche « oh mon chat ! »… J’avance donc très lentement et j’oublie mes idées si j’ai le malheur de ne pas les écrire

10 J'aime

J’en aurais grandement besoin, honnêtement ! :sweat_smile:

10 J'aime

Pour ma part, ce qui me prend le plus de temps sont les recherches préliminaires à mes écrits. Lorsque j’écris une fanfiction, je passe généralement beaucoup de temps à faire des recherches poussées sur l’univers, à découvrir des détails qui pourront me servir ensuite dans mon futur récit.

Cette phase de recherche, qui me sert aussi de source d’inspiration, est assez chronophage, je dois dire ^^

Bon, en ce moment, je suis sur une fiction historique donc je passe encore plus de temps à faire des recherches. Mais, de façon générale, c’est aussi quelque chose que j’ai fait pour des fanfictions sur des fandoms d’animés ou de livres de Science Fiction principalement !

7 J'aime

Euh… Trouver un scénario :sweat_smile:
À chaque fois, je trouve une idée mais je ne sais pas l’exploiter après, c’est assez frustrant de ne pas du tout savoir écrire une intrigue (en plus j’essaye d’éviter les clichés comme la peste, c’est encore plus compliqué alors)… Je sais que c’est un peu la base pour un écrivain maiiis bon on va dire que je vais progresser ! … non ?

Signé : une grande adepte des one-shot

8 J'aime

Bizarrement, ça me parle. :smiley:
J’éprouve les pires difficultés à écrire « pour rien ».

Ce que je veux dire par là, c’est que le scénario intervient chez moi dans un dernier temps.
Le 1er temps est marqué par les questions suivantes :

  • pourquoi je veux écrire une / cette fic ?
  • qu’est-ce que je veux dire avec au fond ?
  • quel message j’ai envie de faire passer ?"

J’en veux pour preuve que j’ai souvent du mal à participer aux Défis, parce que je veux produire quelque chose qui véhicule une idée en soi, l’intrigue n’est qu’un prétexte.

Une fois que je sais pourquoi je veux écrire un texte, l’organisation derrière, c’est le comment je vais m’y prendre, quels sont mes moyens pour atteindre ce but…
Ces moyens sont : les dialogues et les idées.
Et loin derrière : le scénario :sweat_smile:
càd comment je vais faire un truc qui se tienne avec tous ces dialogues et toutes ces idées ? comment les relier dans quel ordre ? et le tout pour répondre à mon intention d’origine ?

Donc trouver un scénario, c’est difficile tant que tout ce qui vient avant pour moi n’est pas en place.

Mais j’ai déjà lu qu’on ne fait pas de bonne littérature en « voulant faire passer un message » ou défendre une cause. :stuck_out_tongue:

5 J'aime

Déjà, bon retour à toi avec un mois de retard. Mieux vaut tard que jamais comme on dit.

Je me reconnais aussi dans la plupart des problèmes évoqués ici, notamment concernant la gestion des idées. Surtout qu’elles viennent la plupart du temps dans des moments, disons, inattendus. Quand ça arrive, j’ouvre un bloc-notes sur mon téléphone et je note ça pour plus tard. Souvent, je ne sais même pas si je vais m’en servir mais si je trouve la chose intéressante, je le fais. Mais bon, faut pas que j’oublie de la regarder à nouveau sinon… je l’oublie tout bêtement.

Ensuite, et je sais que je ne suis pas le seul, il y a la motivation. J’ai eu ce gros problème surtout lors de l’époque sombre de ma vie où je préparais un concours. Bizarrement, je préfère écrire quand je me sens détendu et pas quand j’ai énormément de soucis. Maintenant que c’est passé, j’ai encore ce problème de temps en temps, mais c’est plus de la paresse pure et dure. Le truc, c’est que j’écrivais avec mon téléphone avant (sur word) et quand je suis passé sur ordinateur, j’ai acheté word. Le simple fait de savoir que moi, en tant qu’étudiant (donc avec des moyens plutôt limités), dois payer 7€ par mois pour le logiciel, motive quand même pas mal en ce qui me concerne. Il faut que je rentabilise cet argent :joy:

Je rejoins OldGirl (ou Oldie, si elle le permet) sur ce point. À chaque fois que j’écris, ça doit être pour un objectif précis, pas juste comme ça. Je sais pas si je suis assez clair ou si j’ai juste dit la même chose deux fois :sweat_smile:.

J’ai aussi du mal à écrire certaines scènes de ma fanfiction sans une musique qui colle derrière. Je sais que ça peut déconcentrer certaines personnes, mais, heureusement, je ne suis pas concerné. Je ne peux juste plus écrire des scènes de combat par exemple, sans une bonne musique épique derrière. J’ai déjà essayé.

Voilà. Je pense avoir fait le tour. J’espère en avoir pu aider certains (et ne pas trop avoir fait de hors-sujet).

Bonne journée ~

5 J'aime