Question naïve : qu'est-ce qu'une "communauté"?

Cela fait quelques temps que j’essaye de répondre au débat que je trouve très intéressant Ecrire, oui. Mais partager ?, sans y parvenir… car, tout simplement, j’ai beaucoup de mal à définir ce qui forme une communauté. C’est ce dont il est question dans ce sujet, ainsi que dans celui-ci, mais… pour moi, le concept de communauté sur Internet demeure assez flou. Je vous demande donc : qu’est-ce que c’est, pour vous, une « communauté » dans le monde de la fanfiction ?

Nous sommes une communauté sur ce forum, mais lorsqu’il est question de Wattpad ou d’AO3 et de la notion de « création d’une communauté » autour d’écrits d’un même auteur, je me dis que les définitions divergent probablement… C’est ça que j’aimerais comprendre.

Etant moi-même totalement absente des réseaux sociaux (à l’exception de plateformes de fanfics : ici, ff net et AO3), je ne suis pas très familière avec ce genre de vocabulaire et j’aimerais bien avoir des explications : pour vous, que signifie « appartenir à une communauté » ou « créer une communauté » ? J’ai lu par exemple dans un des posts de ces discussions (mais je ne retrouve plus où) qu’une communauté est différente d’un « groupe ». Et je ne comprends pas la différence. :thinking:

En écrivant ce post, je me dis que ça fait un peu vieille réac de poser ce genre de questions, mais bon, c’est pas grave. J’aimerais juste fouiller un peu ce point de vocabulaire qui me semble important… Donc, si vous avez un avis sur la question / un éclaircissement à m’apporter, n’hésitez pas ! :grin:

11 J'aime

En tant que vieille réac moi-même, je ne sais pas si ma réponse sera très éclairée…

J’ai l’impression, ne serait-ce que par l’étymologie, qu’une communauté, c’est tout de même un groupe de gens qui ont quelque chose (de fort et pas « matériel ») en commun.
Mais… je dirais que ce quelque chose relève de valeurs éthiques, philosophiques, spirituelles…

Un groupe, c’est un rassemblement de gens.
Une classe, c’est un groupe d’étudiants (je ne suis pas sûre qu’on y compte vraiment le prof). Ils ont pourtant tous un objectif partagé et similaire : obtenir leur fichu diplôme, mais du diable s’ils le font ensemble en vertu d’un noble idéal !

J’allais proposer l’exemple des collègues de travail avec qui on peut avoir des valeurs très différentes selon leur niveau hiérarchique et le service où ils bossent. On est rapprochés par le fait de travailler dans une même unité de temps, de lieu et d’espace. Au mieux, on est une « troupe ». :smiley:
.
.
Mais j’ai mieux. Un exemple fandomique.
Pense à « La Communauté de l’Anneau » (en anglais « fellowship » – mais la Compagnie de l’Anneau pouvait peut-être prêter à confusion, parce que certains sont restés trop longtemps en sa compagnie, justement…).
Pourquoi ce n’est pas « le groupe de l’Anneau » ?
A la base, ils font partie d’espèces et peuples différents : hobbits, hommes, elfes, nains… Qui peuvent avoir des valeurs et idéaux différents.
Mais là… pourquoi sont-ils une « communauté » ? J’ai l’impression que c’est parce qu’ils se sentent investis d’une mission supérieure, qu’ils veulent accomplir ensemble, dans l’entraide, et au mépris de tout ce qui les sépare pourtant.
.


Les termes de « groupe » et de « communauté » sont aussi employés dans les réseaux sociaux où l’on est « community manager » ou bien créateur d’un « groupe Facebook ».
Dans la mesure où ce réseau social-là appelle « amis » des gens que tu ne connais pas, je prendrais ça avec des pincettes. :smiley:

Il me semble que le « community manager » n’est rien d’autre que le chargé de relations publiques de sa boite sur les réseaux dont il est expert… Son but est surtout de la faire connaitre et d’en augmenter la notoriété au travers de sa marque… C’est la Bouche de Sauron. :stuck_out_tongue:
Est-ce qu’on peut considérer des prospects ou des clients comme une « communauté »… Euhfff… (grosse expiration dubitative).

Pour moi un groupe Facebook, c’est comme un forum, mais en foutoir vraiment moins bien rangé. Un empilement chronologique où tu ne retrouves rien (oui il y a un peu de vécu, mais il parait que dans les réseaux, ce qui est le plus important, c’est pas de s’y retrouver, c’est de publier toujours plus de nouveaux contenus pour créer des notifications qui vont « animer » la page. :stuck_out_tongue:
.


.

Je pense qu’ici, on est passé graduellement d’un groupe de membres épars à un corps constitué.

Il n’y a pas un fournisseur de contenu qui n’aurait que des followers / suiveurs, mais un « cercle » de plusieurs permanents et semi-permanents qui assoient ce sentiment. Ils se retrouvent régulièrement pour discuter, expliquer, s’entraider, jouer ensemble, lire des rubriques tenues par les uns ou les autres, partager leurs expériences et se les commenter…

Le truc en commun : un plaisir, une passion pour l’écriture et la « fanitude », plus que sur un fandom précis (sinon on aurait des discussions sur tel ou tel film, jeu, animé…). Peut-être la défense d’une « certaine idée de la fanfiction » (injustement dénigrée alors que même si…, faut pas généraliser, il y a quand même…).

S’il n’y avait que des posts parallèles, pour faire sa promo ou dire qu’il y a un bug (j’ai connu ça) : c’est pas une « communauté », c’est un cahier de doléances :grinning:
.
Et pour créer une communauté, je ne suis pas spécialiste des réseaux. Je suis spécialiste des vieux machins has been périmés, voire obsolètes. :rofl:

7 J'aime

C’est une question piège puisqu’une communauté « internet » ne peut pas vraiment se comparer a une réel communauté. Mais dans l’absolue, sur internet, ce serait un groupe de personnes liés par un même intérêt et de mêmes valeurs.

OldGirlNoraArlani prend l’exemple de Fb. Etant Admin sur une page Fb consacrée a X-files j’ai peut être un début de réponse. Oui, c’est le foutoir ( :stuck_out_tongue: ) , oui on retrouve rien, mais au final il y a un sentiments qui se dégage de tout ça. On pourrais appeler ça l’effet « village », le terme serait plus approprié que le mot « communauté ». A force de « pratiquer » et échanger avec certains membres on a l’impression de les cerner, ou de les connaitre (dans la mesure du raisonnable, hein, on est sur internet, on n’y connais jamais vraiment les gens). On a des délires avec un tel, des débats récurrents avec machin. Parfois certains quittent le village, d’autres arrives, mais le « villages » lui reste là. Ce n’est pas une communauté au sens strict du mot, mais un endroit ou tu as de grandes chances de retrouver des « contacts », des idées et une « histoires » (encore une fois dans la mesure du raisonnable) que tu apprécies.

5 J'aime

Vive les vieux machins :wink:

3 J'aime

Tu viens littéralement de résumer mon ressenti face à notre communauté de fanfiqueurs :smiley:

Après, le terme de communauté a plein de sens selon le contexte.
Quand on parle de la communauté toxique de certains vidéastes qui n’hésitent pas à harceler et envoyer des messages haineux à leurs détracteurs parce qu’ils ont « mal parlé de leur vidéaste préféré », ça reste une communauté, bien que pas sympathique… :thinking:

4 J'aime

Merci beaucoup pour vos réponses.

… et tout particulièrement pour l’exemple parfaitement choisi !!! :grin:

La comparaison avec le village me semble également judicieuse et bienvenue. Bref, merci d’avoir pris du temps pour me répondre !

5 J'aime

Intuitivement, j’aurais tendance à dire qu’une communauté ressent une solidarité, présente un certain degré d’homogénéité, poursuit des buts largement partagés. La communauté agit dans son intérêt, au sens systémique du terme. Au contraire du groupe arbitrairement constitué, de la section administrative, etc.

Par exemple, les contributeurs fréquents du site sont-ils une communauté ?

  • Je dirais que non, puisque le but de chacun des auteurs est de promouvoir son travail. Ces buts, même s’ils s’énoncent via une formulation commune, peuvent même paraître antagonistes.
  • Par contre, le forum pourrait être considéré comme une communauté, dont les membres partagent du plaisir à échanger autour de leur passion commune.
6 J'aime