Avoir beaucoup d'idées et les gérer

Le fait d’avoir beaucoup d’idées pour vous est ce un frein à l’écriture ou pas du tout ?
Je m’explique, je suis un peu dans les extrèmes à ce niveau là, soit je déborde d’idées soit je n’en est aucune. Mais comment faire face à se débordement d’idées souvent contradictoire ? Abandonner pour un temps la fanfiction en question pour en commencer d’autres en prenant le risque de n’en terminer aucune ? Ajouter d’autres intrigues quitte à ce que se soit " de trop " ?
En clair comment gérer vous vos idées ?

2 J'aimes

Hey !
Comme en dessin, c’est bien d’avoir plusieurs projets sous la main (deux-trois) et le reste, tu notes tes idées. J’ai commencer la même chose en écriture. Parfois, sur la même fiction, j’écris mes idées pour de futurs chapitre proche ou lointain. Si jamais, tu aperçois qu’il y a des incohérences, peut-être utiliser cette idée pour une autre histoire.
Le but n’étant pas d’abandonner, mais de faire une pause sur le projet et prendre du recul quand tu te remettras dessus ^^

3 J'aimes

J’ai un carnet à proximité en permanence. Toute idée est la bienvenue et finira sans doute par servir un jour.
Je supprime au fur et à mesure celles qui m’ont déjà servi afin de ne pas devoir relire mes notes en vain.
À ceux qui ont trop d’idées, je déconseille Pinterest, à ceux qui en manquent, allez-y, vous allez en trouver à la pelle… au point de vous retrouver dans le clan de ceux qui en ont de trop :joy:
Tapez simplement « écrire » dans la fenêtre de recherche et préparez-vous à la bombance !!!

4 J'aimes

ça n’a jamais été un problème pour moi, d’avoir trop d’idées, enfin je crois. x) Mais ayant de nombreuses fanfics non-finis, et bien, je suis un mauvais exemple à suivre. Cependant, si je fais cela, c’est pour moi, pour poser mes idées qui m’encombrent, de peur de les perdre en cours de route si je me concentre sur une seule. Je suis trop attaché à mes idées, pour en délaisser quelques uns.

Tout à fait d’accord. C’est ce que je fais très souvent.

4 J'aimes

Il faudrait vraiment que je me fasse une place pour ça dans un de mes carnets.

2 J'aimes

C’est vrai qu’il faudrait que je fasse des pauses, j’ai la fâcheuse tendance à tous vouloir écrire en une fois ( et à ensuite faire des chapitres du coup ).

1 J'aime

Dès que j’ai une nouvelle idée, j’ai tendance à laisser de côté la précèdente, jusqu’à ce qu’une autre idée germe dans ma tête ect. ect. ( cercle sans fin… ).

Ben écris des histoires différentes en même temps. (C’est ce qui m’arrive là, mdrrrr). xD

2 J'aimes

J’ai jamais testé , mais du coup je vais m’y mettre ^^

Pour moi écrire = véritable bazar (oui je voulais utiliser la version plus grossière), j’ai des feuilles qui traînent partout puisque je les attrape au vol quand j’ai des idées sauvages, beaucoup de mon inspiration vient de mes cauchemars donc en plus j’ai un carnet qui reste sur ma table de chevet. Quand j’écris j’ai des idées pour bien plus tard, celles-là je les écris dans des documents Word… Donc au final seule moi peut m’y retrouver.
Mais je suis un peu comme toi @18.eleven.17 je vis aussi ces deux extrêmes, et même si j’ai prends pleins de notes quand je déborde d’idées, je n’arrive pas à la mettre en forme lorsque j’ai aucune inspiration. Alors je ne force pas et dans ce genre moment je ne fais que de la correction.

Je crois que c’est quelque chose que beaucoup d’esprits littéraires connaissent : ce bazar qui mène à la création.

4 J'aimes

C’est vrai que cela est parfois bénéfique mais le plus souvent ce bazar me frustre et je rêve alors d’un peu plus d’organisation.

1 J'aime

Alors, en somme, non, aucunement. Au contraire, c’est assez gratifiant de voir que notre esprit est fécond et trouve toujours plein de nouvelles idées. Le problème est de les gérer…

Je suis un peu pareil. Je peux avoir de longues périodes de vide, et d’autres où les idées pullulent. Et selon les périodes, ma réaction peut différer.

  • a) abandonner tous les projets en cours pour me consacrer au nouveau : c’est ce que j’ai fait quand j’ai travaillé sur ma fic Digne de vie ; j’avais eu l’idée le lundi matin au réveil (forcément, elle m’est venue d’un rêve) et comme elle m’a hantée toute la journée j’ai écrit la scène finale, dont j’ai rêvé, le soit-même. Le lendemain, le mardi, donc, je commençais à sérieusement réfléchir aux événements, personnages etc. Et pendant un peu moins de deux semaines, non-stop, chaque jour j’écrivais comme une forcenée là-dessus, délaissant complètement mes autres projets puisque je m’en étais complètement désintéressée. Il faut dire que ce projet accaparait toutes mes pensées et aspirait toute mon énergie vitale…
  • b) jongler avec les projets selon l’envie : c’est ce que je fais à présent (plus ou moins puisque je songe beaucoup à ma contribution pour le défi de février/mars, donc retour à l’étape a)) puisque j’ai deux projets et demi en cours (deux sont en publication en même temps que je les écrits ; pour le troisième je l’écrirai d’une traite avant de commencer à le publier). Donc c’est selon les idées que j’ai (est-ce que je suis suffisamment avancée dans l’écriture pour écrire ce passage que j’ai en tête ? Oui : je l’écris ; non : je le note pour plus tard) et selon la motivation (est-ce que je suis plus partante pour bosser sur le projet A ou le projet B ?).
  • c) laisser tomber et faire une pause : ça c’est pour les fois où je suis surchargée, où côté mental je suis à bout. Je laisse tout tomber et j’attends de revenir à l’étape a) ou b). :smiley:

Mon rythme d’écriture est un mouvement perpétuel entre ces trois états, ce qui fait que l’une de mes fics, Quand Sonne le Glas traîne depuis plusieurs années alors que j’ai les idées majeures ; c’est ce qu’il y a entre qui me gêne. Donc je me suis fait violence et ai enclenché la vitesse supérieure : si je n’ai plus de quoi broder, alors j’accélère les événements et passe aux choses sérieuses. Pour le moment je ne suis pas trop lancée vraiment dessus, donc je ne peux pas dire si cette décision a un quelconque effet, mais bon. :man_shrugging:

Et enfin, comme j’ai très souvent plein de nouvelles idées grâce aux musiques/chansons que j’écoute, aux films/séries que je regarde, aux livres/BD que je lis, et même grâce aux discussions que je peux avoir ou rêves que je peux faire, je prends le temps de les noter. Sur une feuille, une note dans mon téléphone, n’importe où, tant que je sais où la retrouver. C’est pour ça que j’ai des applications comme mindly (que j’ai découverte grâce au forum), ou avec la suite Office, le logiciel OneNote. Je fais des dossiers, des sous-dossiers, et je note toutes les idées. Ca peut être des références littéraires, à d’autres fics, des idées de dialogues, de scènes, un peu de tout à vrai dire. Mais je note ça, comme ça je sais que si besoin je peux le retrouver quelque part.
C’est un peu comme ça que m’est venu le titre de Digne de vie ; j’écoutais une chanson (intiulée Inochi ni fusawashii, qu’on traduit par Digne de vie) et je me suis dit « tiens, ça ferait un bon titre de fic ça ! » alors je l’ai noté. Sur ce document intitulé « idées diverses » j’ai aussi noté quelque chose du genre « OS Fujitaka/Tomosato » (qui est du coup l’idée que j’ai développée pour la contribusion ; ce sont les noms des deux personnages). Comme j’avais ces idées de notées sur ce fichier, j’ai pu retomber dessus et me dire : « il y a matière à développer » en y revenant plus tard.

En somme, j’essaie d’être la plus organisée possible, pour mes fics comme pour mon travail à faire pour la fac (j’ai diverses traductions et lectures à faire pour des cours et le mémoire, et je suis contente de me faire ma « to do list » habituelle). Mais comme mon esprit est un véritable chantier en construction, totalement en friche, ce n’est pas toujours simple d’y mettre de l’ordre ! Alors ajouter à ça toutes les tâches que je dois faire pour la fac… :unamused:

1 J'aime

Je manque vraiment d’organisation c’est une catastrophe…

J’irai pas jusqu’à dire que je m’en désintéresse, ce n’est même jamais le cas, mais les idées manquent d’autres fusent pour une autre fic’ et après gérer tous ça ( quant de base nous ne sommes pas organisé ) c’est l’horreur.

1 J'aime