Ils ont écrit

Victor Hugo

(dommage pour ceux qui ne l’aiment pas trop).

La présentation le gomme, mais ce sont deux vers d’alexandrins, ce qui explique la rythmique galopante sur deux fois 6 temps.
1 2 3, 4 5 6
1 2 3, 4 5 6

Je décompose :

Car le mot, qu’on le sache – (lire « sach’ »)
est un être vivant. – (lire ê-tre vivant)
La main du songeur vibre - (vibr)
Et tremble en l’écrivant (trembl’en)

9 J'aime

Quelle bonne idée !

Un passage de ma pièce de théâtre préférée :

Acte V, Scène VI

Oui, ma vie
Ce fut d’être celui qui souffle, - et qu’on oublie!
Vous souvient-il du soir où Christian vous parla
Sous le balcon? Eh bien! toute ma vie est là:
Pendant que je restais en bas, dans l’ombre noire,
D’autres montaient cueillir le baiser de la gloire!
C’est justice, et j’approuve au seuil de mon tombeau:
Molière a du génie et Christian était beau!

Par: Edmond Rostand
Extrait de: Cyrano de Bergerac (1897)

https://www.chuchotements.org/citations/oeuvre/17

9 J'aime

Un fil de CITATIONS ??? O joie, ô bonheur, ô félicité sans pareille !!! (Les citations sont une de mes grandes passions dans la vie. Attendez-vous à être submergés ! :smile:)

@drumthis : Cyrano est incontestablement la meilleure pièce de théâtre de toute l’histoire du théâtre français et même international. Non non non je ne suis pas du tout partiale. :face_with_hand_over_mouth:

Puisqu’on est dans la poésie… Je choisis cette strophe mais tout le poème est magnifique :

J’étais celui qui sait simplement être contre
Celui qui sur le noir parie à tout moment
Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois dormant
Que serais-je sans toi que ce balbutiement

Louis Aragon, Le roman inachevé, « Prose du bonheur et d’Elsa »

7 J'aime

Ah Cyrano !
Ma pièce préférée que j’ai dû lire une bonne centaine de fois !
Le roi de la punchline avant l’heure !^^

Kenavo.

2 J'aime

J’avais regroupé des citations avec thème « héros » pour m’inspirer il y a quelques années.

C’est le sort d’un héros d’être persécuté.
Voltaire.

Le rêve du héros, c’est d’être grand partout et petit chez son père.
Victor Hugo

Un héros c’est un homme qui accomplit avec dévouement et détermination, courage et compétence, les tâches que son époque impose à tous.
Bruno Samson.

Fanatique - Héros qui, pour le triomphe de ses préjugés, est prêt à faire le sacrifice de votre vie.
Albert Brie.

Le vrai héros est celui qui livre bataille avec l’esprit ouvert et sans partialité et qui pourtant mène une vie de paix et de liberté.
Swâmi Râmdâs

Le masque tombe, l’homme reste, et le héros s’évanouit.
Serge Gainsbourg

L’innocence elle-même a parfois besoin d’un masque.
Thomas Fuller

C’est à ce signe qu’on distingue les vrais héros : ils ne se plaignent jamais de leur sort.
Yvan Audouard

Les héros doivent mourir jeunes, les grandes passions aussi, sinon le temps les corrompt, comme il corrompt tout ce qu’il touche. Paradoxalement, c’est par la mort qu’ils atteignent l’immortalité.
Jacques Filion .

4 J'aime

Evidemment, ma citation préférée est celle de Victor Hugo…
Justement, toujours de Hugo, je propose : « Ce qui fait la nuit en nous peut laisser en nous les étoiles. » (Quatre-vingt-treize)

Un peu de Dumas (Les trois mousquetaires) car je lui garde toujours une infinie tendresse (et je trouve cette citation très vraie, pour l’avoir souvent expérimentée dans la « vraie vie ») :
« Athos était pour qu’on laissât à chacun son libre arbitre. Il ne donnait jamais de conseils qu’on ne lui en demandât ; encore fallait-il les lui demander deux fois.
— En général, on ne demande de conseils, disait-il, que pour ne pas les suivre, ou, si on les a suivis, que pour avoir quelqu’un à qui l’on puisse faire le reproche de les avoir donnés. »

Et, à mon sens, une des plus belles citations (et dédicaces) du monde, placée au début du plus magnifique livre du monde (à part ça, je ne suis pas du tout partiale), Le petit prince de Saint-Exupéry :
« A LÉON WERTH.
Je demande pardon aux enfants d’avoir dédié ce livre à une grande personne. J’ai une excuse sérieuse : cette grande personne est le meilleur ami que j’ai au monde. J’ai une autre excuse : cette grande personne peut tout comprendre, même les livres pour enfants. […] Si toutes ces excuses ne suffisent pas, je veux bien dédier ce livre à l’enfant qu’a été autrefois cette grande personne. Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. (Mais peu d’entre elles s’en souviennent.)
Je corrige donc ma dédicace :
A LÉON WERTH, QUAND IL ÉTAIT PETIT GARÇON »

6 J'aime

J’étais, pour ma part, plongée dans ma découverte et lecture de Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, et hier soir je l’ai enfin fini. J’ai été particulièrement touchée par cet extrait :

« Chacun doit laisser quelque chose derrière soi à sa mort, disait mon grand-père. Un enfant, un livre, un tableau, une maison, un mur que l’on a construit ou une paire de chaussures que l’on s’est fabriquée. Ou un jardin que l’on a aménagé. Quelque chose que la main a touché d’une façon ou d’une autre pour que l’âme ait un endroit où aller après la mort ; comme ça, quand les gens regardent l’arbre ou la fleur que vous avez plantés, vous êtes là. Peu importe ce que tu fais, disait-il, tant que tu changes une chose en une autre, différente de ce qu’elle était avant que tu la touches, une chose qui te ressemble une fois que tu en as fini avec elle. La différence entre l’homme qui ne fait que tondre le gazon et un vrai jardinier réside dans le toucher, disait-il. L’homme qui tond pourrait tout aussi bien n’avoir jamais existé ; le jardinier, lui, existera toute sa vie dans son oeuvre. »

Ou encore, un peu plus tôt dans cette partie du roman :

« Je n’étais encore qu’un gamin quand mon grand-père est mort. Il était sculpteur. C’était aussi un très brave homme qui avait une masse d’amour à donner au monde. Il a contribué à supprimer les taudis dans notre ville ; il nous fabriquait des jouets, et il a fait un million de choses au cours de son existence ; ses mains étaient toujours occupées. Et quand il est mort, je me suis aperçu que ce n’était pas lui que je pleurais, mais les choses qu’il faisait. J’ai pleuré parce qu’il ne les referait jamais ; jamais plus il ne sculpterait de morceaux de bois, ni ne nous aiderait à élever des tourterelles et des pigeons dans l’arrière-cour, ni ne nous raconterait des blague. Il faisait partie de nous, et quand il est mort, tout ça est mort avec lui sans qu’il y ait personne pour le remplacer. »

Ce sont des extraits assez longs, mais je les trouve quand même très puissants ; tout ce roman m’a envoûtée, notamment parce que la traduction de Jacques Chambon et Henri Robillot est particulièrement poétique à mon goût.

5 J'aime

« C’était logique que les oreillers soient remplis de plumes d’anges. C’était de là que venaient les rêves - les souvenirs des anges qui s’immisçaient dans votre esprit pendant votre sommeil. »

R.J. Ellory « Seul le silence. »

6 J'aime

Oh… :heart_eyes: :heart_eyes:

" Ce qui fait la nuit en nous, peut laisser en nous les étoiles"
Victor Hugo
« Le souvenir, c’est la présence invisible »
Victor Hugo
« Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le revivre »
Victor Hugo

6 J'aime

Tellement vrai, comme citation je trouve.

2 J'aime

Rhaaa j’aime tellement Victor Hugo :heart_eyes::heart_eyes:

2 J'aime

Vous aimez Victor Hugo ?.. ha ha !
Attendez que je re-dégaine, le célébrissime dernier vers, partout repeint sur les cartes de ce pauvre Valentin…

guill
Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer

Acte III, Scène X
Par: Edmond Rostand
Extrait de: Cyrano de Bergerac (1897)

.
Prenez des notes, les jeunes. :smiley:

8 J'aime

Je crois que je pourrais citer ici TOUT Cyrano, mais à quelques jours de la Saint-Valentin, je vais laisser la parole à Rosemonde Gérard, beaucoup moins connue qu’Edmond Rostand qu’elle épousa. Elle écrivit, entre autres, un très beau poème intitulé « L’éternelle chanson » (allez la lire, pour ceux qui font le défi, il y a de fausses épanadiploses : les deux derniers vers de chaque strophes reprennent les deux premiers avec des changements minimes). Deux vers en sont très connus :

« Car vois-tu chaque jour je t’aime davantage,
Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain. »

Pour ma part, je préfère :

« Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs. »

Oui, parce que, comme Perceval, j’aime les vieux. C’est vachement mystérieux. :smile:

6 J'aime

Il ne faut pas me parler de citation « mode saint-valentin » … :star_struck:
Alors… Du très cher Victor Hugo…
"Je t’estime autant que je t’aime. Je sais que c’est une vieille rouerie des amours vulgaires qu’il faut cacher la moitié de ce que l’on éprouve. Je pense précisément le contraire, et je le fais comme je le pense. L’amour est une puissance, il ne peut rien craindre; l’amour est une loyauté, il ne doit rien cacher "
ou encore…
" Je t’aime éperdument, et je te le dis, et je te le répète, et mes paroles te l’expriment, et mes baisers te le prouvent, et quand j’ai fini… je recommence. Je voudrais recommencer ainsi pendant l’éternité, et chaque soir, je regrette la nuit qui va s’écouler sans toi, et chaque matin, j’en veux au soleil de briller, comme aujourd’hui, quand tu n’es pas dans mes bras "

Et… je vais m’arrêter la ou je vais vous sortir tout un dictionnaire :slightly_smiling_face:

8 J'aime

Je voudrais mettre plusieurs cœurs, mais je ne peux pas… :smile: Ce sont des extraits de ses lettres à Juliette Drouet ?

4 J'aime

Oui!!! Je les connais toutes par cœur… Elles sont super :sweat_smile:

4 J'aime

BEAUCOUP plus récentes, ces paroles me serrent le cœur à chaque fois… et pourtant je ne suis pas fleur bleue :

Comment faire pour te donner la preuve
Puisqu’un amour ça ressemble à rien
Dessiner quoi? Écrire des mots fleuves?
Moi, j’ai mon cœur qui bat pour le tien
Juste ce cœur qui est sous ta main
Puisqu’un amour, ça ressemble à rien, à rien

Laurent Voulzy - Le Cantique Mécanique

8 J'aime

Moi aussi je voudrais mettre plusieurs coeurs à toutes ces citations ! Les voici :heart: :heart: :heart: :heart: .

Magnifiques ces extraits de lettres de Victor.

4 J'aime

Puisqu’on parle « guimauve » dans un autre sujet… Quelques extraits de ce qui est et restera toujours pour moi une des plus belles chansons d’amour (mais bon, je suis partiale, j’ai été élevée avec Brel, Brassens, Barbara et Ferré en fond sonore quasi constant) :

Bien sûr nous eûmes des orages
Vingt ans d’amour c’est l’amour fol
Mille fois tu pris ton bagage
Mille fois je pris mon envol
[…]
Moi je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m’as gardé de piège en piège
Je t’ai perdue de temps en temps
[…]
Mais finalement finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adulte
[…]
Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
[…]
O mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore tu sais

(Jacques Brel, « Les vieux amants »)

Pour moi, c’est tout sauf de la guimauve (il y a le « encore » qui vient ajouter un petit quelque chose très émouvant, à mon sens, au « je t’aime ») malgré le côté indéniablement sentimental de la chanson… Bref, je trouve ça beau et je voulais le partager avec vous.

6 J'aime

Ma préférée de Brel est « Mathilde », ma préférée de Piaf « Mylord »…un faible pour les messieurs abandonnés donc … qu’est-ce que ça cache, docteur ? :grinning:

2 J'aime