Le temps de repos d'une pâte à crêpes - euh, d'un chapitre

J’ai à peine tapé le titre du sujet que le forum me dit que mon sujet est similaire à celui-ci qui parle du mode Prélecture sur le site ! :sweat_smile:

Ça y est, vous avez tapé le point final du chapitre. Quel soulagement, vous allez enfin pouvoir le publier sur toutes les plateformes du net, youhou ! :clap:

Quoique … Et si on se relisait avant de publier ? Et si on se laissait un peu de temps pour peaufiner tout ça ?

Alors, vous êtes du genre à :

  1. Publier dès que vous avez une connexion internet, sans laisser la pâte se reposer, hop là, il est tout frais mon chapitre !

  2. Vous laisser quelques heures, jours … pour relire, réécrire, et ensuite vous publiez … Enfin débarrassé.e de cette prise de tête/corvée/…

  3. L’envoyer aussitôt à votre bêta/correcteur (bah oui, quand même, c’est la personne qui a le droit à l’avant-première !) sans même le relire, bah, il/elle corrigera les fautes hein ! (ça c’est pas très sympa, surtout quand vous faites aucun effort sur l’orthographe) Et publier la version corrigée :slight_smile:

  4. Envoyer le chapitre en prélecture/correction, ne pas attendre le Go de votre bêta et publier. Ça c’est pas très sympa non plus …

  5. Publier tant que c’est frais mais corriger de temps à autre le chapitre et republier, ça fera plus de vues…

A votre avis, c’est quoi le mieux ? Publier tant que c’est frais, ou attendre un peu ?
Edit : ajout des options 4&5 suite à la remarque très pertinente d’Oldie :blush:

2 J'aimes

Hey !

Je n’ai pas encore fait la demande pour un bêta/correcteur, par contre, je suis bien capable de réécrire un chapitre deux à trois fois de suite. Ce que je fais pour le troisième chapitre actuellement.

Dans tous les cas, je passe obligatoirement par Scriben pour vérifier les grosses erreurs d’orthographes et de grammaire, avant de faire la mise en page et de survoler rapidement mon texte.

Par contre, comme en dessin, il m’arrive de ne pas savoir faire de pause et de prendre du recul, et je remarque les erreurs qu’à la fin, et cela prend pas mal de temps à tout corriger.

Il ne faut pas hésiter à écrire ce qui se passe par la tête au moment venu, avec nos propres mots, mais ne pas se précipiter à publier directement le chapitre sans relecture.

Voilà mon avis :upside_down_face:

1 J'aime

Il y a des options que t’as pas indiquées, Princesse :

  1. être du genre à ne pas pouvoir attendre très longtemps le retour du texte de la prélecture :sweat_smile: et donc publier avant le Go définitif.

  2. être du genre à corriger (plusieurs fois) APRÈS la mise en ligne. :smiley: (# pas de pitié pour les followers, # toute façon ça va remonter au carrousel et je vais gratter trois vues comme ça)

3 J'aimes

Hello la Compagnie !

Avant j’étais du genre à publier directement après une relecture sommaire, mais je ne laissais pas assez de temps à la pâte de reposer. Je rectifiais mes erreurs au fur et à mesure, et j’avoue que ce n’était confortable ni pour moi ni pour les autres. Il y a quelques temps j’ai été obligé de laisser reposer une histoire terminée pendant plusieurs mois. Et quelle surprise quand je l’ai reprise ! J’étais beaucoup plus à même de relever les erreurs et les incohérences de mon texte, beaucoup plus efficace dans la réécriture aussi, mon esprit ayant eut le temps nécessaire pour se “reposer de l’histoire”.
Je viens de terminer le bouquin “Ecriture” de Stephen King. Dans son bouquin, il conseille de laisser passer 6 semaines entre la première écriture et la première relecture. Ça peut sembler long, mais je pense que ça vaut le coup d’être patient. Après bien sûr, pour des défis mensuels par exemple, il faut revoir le temps à la baisse :wink:

5 J'aimes

Proposition complémentaire :
6. Condamné/e à la relecture perpétuellement insatisfaite.

Perso, il me faut au moins deux ou trois jours pour évacuer la posture “qui écrit” au profit de l’état d’esprit “qui reçoit”. Et je crains que cela ne s’arrange pas… En étant cynique, ma pâte à crêpes a le temps de moisir avant que d’avoir monté… :roll_eyes:

3 J'aimes

Ta muse de la non inspiration ne serait elle pas Autophlagele ? Ou Komparite ?
On dit qu’elles sont les Causes de la page blanche, il faudrait dire “de la non parution de texte” (d’un point de vue de lecteur, c’est du pareil au même).

Il y a des auteurs qui suppriment même leurs textes après quelques temps, préférant tout virer au lieu d’avoir à tout corriger ou réécrire. D’autres publient une version 2.0 en laissant l’ancienne car ils ont eu une idée légèrement différente (pour le scenario).

Ce sont des choses qui arrivent quand l’écriture est impulsive et soumise à des à-coups qui sont appelés “rares moments de disponibilité”. :smiley:

1 J'aime

Personnellement, après avoir fini un chapitre, je le relis toujours au moins une fois avant de l’envoyer à un “correcteur/prélecteur qui de toute façon n’est absolument pas objectif mais qui veut quand même mes écrits en avant-première” pour avoir ses impressions :smile:

Ensuite je le relis une ou deux fois avant de publier (et j’essaye toujours d’avoir un peu avancé le chapitre suivant avant une publication) et, quand je mets le chapitre en ligne et que je peaufine la mise en page, je le relis une dernière fois (malgré tout, je suis quasiment certaine que j’oublie quand même des fautes :sweat_smile:)

Donc en conclusion, je dirais que je laisse la pâte reposer au moins deux-trois jours minimum avant de publier

2 J'aimes

Attendre ? Ôtez-moi tout de suite ce mot du vocabulaire !
Comme la majorité des scorpions, je ne suis pas très patiente.
Comme Leonardo (mon héros) ce que j’écris aujourd’hui devrait être en ligne depuis hier et le chapitre suivant me chatouille déjà la plume.
Oui, je relis, quatre fois puisque je poste aussi sur AO3, mais il ne faut pas m’en demander plus :grinning:

Il y a 4 ans, je faisais plus de fautes qu’aujourd’hui (je crois que j’en fais plus trop, sauf quand j’écris trop vite, je me mélange les pinceaux avec les -é/ées/és/er/ais/ait/ez :joy:) mais cela étant du à mon impatience d’écrire. Du coup, j’avais trouvé une bêta, sauf que l’expérience s’est avérée très mauvaise personnellement. Attention, la bêta était super cool, super sympa, j’aimais ses conseils, sauf que elle « jugeait » mon écriture (Ex : pourquoi ce personnage fait ceci ? ou cela ? ça sert à rien, etc…), je n’écris jamais « pour rien », du coup, ça m’a énormément perturbé, j’étais toujours réticent à lui envoyer mes écrits et au final, j’ai arrêté de vouloir me faire corriger par quelqu’un. Je ne suis pas mauvais en grammaire ou en orthographe, c’est surtout par flemme que je ne corrige pas (oh grossière erreur). Je considère que ce que j’écris, moi seul devrais corriger, quitte à faire des erreurs de français que je corrigerai plus tard. Au final, aujourd’hui, voici ce que ça donne :

  1. Écriture instinctive
  2. Relecture, correction et rajout de description
  3. Mise en site et en page + relecture sur site
  4. Publication sur site
  5. Relecture de la publication
  6. Correction
  7. Republication
  8. Si des commentaires remarquent des fautes (généralement j’oublie des mots mdrrr), correction de nouveau et republication
6 J'aimes

ah bah pareil pour moi.
sauf que l’étape 2 est répétée pendant trois ou quatre jours. :smiley:
Ce qui n’exclue nullement que Chiara continue à me trouver des boulettes.

2 J'aimes

J’admire toutes celles et ceux qui arrivent à ne pas poster leur chapitre sitôt terminé, qui patientent, relisent, laissent reposer, relisent encore et livres une version définitive plusieurs jours, voire semaines, après avoir terminé leur chapitre…

De mon côté, je n’y arrive pas. J’essaye mais… non. Je procède par relectures successives, par « couches », mais une fois que mon chapitre est terminé, je le poste dans l’heure, voire dans la minute. Je rédige mon premier jet en plusieurs fois (généralement une session d’écriture = à peu près 1000 mots) et à chaque fois que je le reprends, je relis et corrige le début. Ca donne donc un truc du genre (très schématisé bien sûr) :

  1. J’écris 1000 mots ;
  2. Je relis les 1000 premiers mots, je les corrige, et j’écris 1000 mots ;
  3. Je relis les 2000 premiers mots, je les corrige, et j’écris 1000 mots ;
  4. Je relis les 3000 premiers mots, je les corrige, et j’écris 1000 mots ;
  5. Je relis le tout, je le corrige, et je poste ! (en admettant que le chapitre fasse 4000 mots, bien sûr)

J’ai donc toujours l’impression que mes débuts de chapitres sont meilleurs que la fin. Normal, ils ont subi plusieurs relectures successives, alors que la fin n’aura été relue et corrigée qu’une seule fois…

2 J'aimes

Hi hi ! Je fais ça aussi ! Pas pour une nouvelle, mais pour un travail plus long - c’est une mauvaise habitude, je sais, mais je crois que ça vient de la façon dont j’étudiais, à l’école :
Copie d’un paragraphe,
Copie du deuxième,
Copie du premier ajouté au deuxième,
Copie du 3
Copie des 1, 2 et 3…
Ça prenait des plombes, mais ça marchait si bien que j’ai très peu souvent fait autrement :smile:

2 J'aimes

Le problème avec moi c’est qui si je corrige aussi longtemps un chapitre pendant des jours/semaines, je perds le fil de ma fanfic, mes idées s’envolent et passent à autres choses. x) Donc je préfère battre le fer tant qu’il est chaud. :stuck_out_tongue:

2 J'aimes

Personnellement j’écris dans mon smartphone, chapitre par chapitre. Je me relis au fur et a mesure, je relis quand je corrige la mise en forme pour pouvoir faire mon copier-coller dans perdre mes tirets en route et je relis encore après publication. J’ai 4 chapitres sous le coude, j’en ai démarré un 5e (pour 8 déjà en ligne). En fait j’écris dès que j’ai 5 minutes, même si c’est juste 2/3 phrases.

3 J'aimes