Coïncidences IRL bizarres pendant l'écriture

Alors là, il faut absolument que je partage avec vous le truc zarbi qui m’arrIve…

En préparant le chapitre suivant de ma fic, je fouine un peu. Mes personnages se rendent à un rendez-vous et je choisis au hasard Bourg-Saint-Andéol comme lieu de rencontre.

Donc, un petit tour par Google : images et map et là, les bras m’en tombent : dans ce qui fut une petite commune ardéchoise se trouve …

Ta-dam !

Une RUE DU DIEU MITHRA !!!

Pour ceux qui ne me lisent pas, je précise qu’une certaine secte appelée « Les Fils de Mithra » est au cœur de toutes les mésaventures qui accablent Leonardo Da Vinci dans la série…

Ben voilà, il fallait juste que je le dise.

Est-ce que de telles bizarreries liées à votre écriture vous arrivent aussi ?

https://vpah-auvergne-rhone-alpes.fr/ressource/le-bas-relief-du-dieu-mithra-bourg-saint-andéol

7 « J'aime »

J’adore ce genre de coïncidences. Comme si des briques s’encastraient toutes seule par une logique implacable. Beaucoup d’éléments de Lutetia trouvent des échos dans le Paris réel, certains m’apparaissent parfois comme des coïncidences mais sont peut-être en fait le résultat d’observations inconscientes, rangées dans un coin de mon cerveau. En revanche, la « rue des Trois Portes » me fait toujours sourire, à Paris, depuis que je l’ai remarquée. Car pour pénétrer dans Lutèce depuis le côté Profane, il n’existe dans mon histoire que trois « portes ». De même pour la « rue des Patriarches ».

5 « J'aime »

Je ne sais pas si on peut parler de bizarrerie ou quoi, mais il m’est également arrivé quelque chose de drôle par rapport à mon écriture !
J’écris sur Rhythm Thief et les mystères de Paris, il s’agit d’une continuation et le personnage principal de l’histoire, si l’on peut dire cela ainsi, s’appelle Gwen.
Un jour, j’ai créé un OS – pas présent ici mais il est disponible sur DeviantArt – spécial à son sujet où elle retrouvait sa petite sœur la veille de Noël. Dans cet OS, elle portait un cache-oreilles rose avec des oreilles de chat, dans ce style-là.

Maintenant, je suis allée à Disneyland en décembre dernier, c’était génial. Et en ressortant des parcs, parmi toutes les personnes dans la foule, mes yeux se sont posés sur une fille blonde – comme Gwen – qui portait exactement ce même type de cache-oreilles rose pâle.
Alors je vais vous dire, quelle était la probabilité pour que je tombe sur une fille blonde aux yeux bleus qui portait le même cache-oreilles que celui de Gwen dans mon OS ? Pour moi, ça a été un véritable signe. De manière générale, je suis très sensible à ces petits détails qui me rappellent mes OCs.

5 « J'aime »

Cela m’arrive trop peu souvent.

L’idée d’une sorte d’heureux hasard qui réjouit le cœur (et ne fait que nous parler secrètement à nous), né de la coïncidence pure et des tréfonds du puits sans fond de l’inconscient, où gisent les souvenirs oubliés…

(C’est la minute cryptique… :-D)

J’ai un exemple.
Pour une fic dans le fandom Doctor Who, je cherchais les paroles d’une chanson de Jessica Rabbit (Why don’t you do right like some other men do). Je voulais qu’un personnage chante cette chanson.
Donc je fouille, je trouve les paroles, et je me dis… qu’elles ne s’appliquent pas à la situation de mes personnages. :roll_eyes: Je boude.

YouTube n’étant pas si mal fait, dans la liste latérale, il me colle une chanson « similaire » jazzy dont la musique est de Gershwin. Je cherchais un truc un peu à la Rita Hayworth (pardon les plus jeunes)…
Et bien la chanson suivante de la liste – que je ne connaissais pas du tout – s’appelait The man I love, et avait exactement cette ambiance et des paroles parfaites pour la situation, au point que c’était troublant.

Sinon ce genre de coïncidences ne se produisent pas dans l’écriture mais dans ma vie. :slight_smile: (quoique plus très souvent)

5 « J'aime »

Je connais cette actrice ! xD

Sinon, on parle des coincidences avec Youtube, j’ai moi même eu cette « expérience » plutot positive.
Je vous avais dit que j’avais laissé des fanfics Zorro de coté depuis 5 ans et j’ai reçu un commentaire qui m’a touché, mais si Youtube ne m’avait « obligé » à regarder un épisode de Zorro, je n’aurai jamais écrit des suites, ni les OS que j’ai pu ajouté à la liste de mes fanfics depuis. xD
J’aime bien laisser Youtube en lecture automatique, car j’aime bien revoir ce que j’ai aimé et ce jour-là, pile le jour où j’avais reçu le fameux commentaire, il m’a mis un épisode de Zorro oklm, moi ayant la flemme de changer, je me dis « Boh c’est pas si mal de revoir Zorro. » Et bim, 20 mins après, je redeviens la fan que j’avais été il y a 5 ans et que je me replonge dans mes fanfics. :stuck_out_tongue:

Et c’est grâce en partie à Zorro, que j’ai rencontré mon copain actuel avec qui je suis depuis 4 ans. :face_with_hand_over_mouth:

6 « J'aime »

Je sais pas si on peut vraiment parler de coïncidence, mais bon x)

J’écrivais tranquillement une scène pour une fic sur Rhythm Thief, et j’avais besoin de décrire un objet, donc j’ai cherché ma référence.
L’histoire de Rhythm Thief gravite autour de la Mésopotamie, et de Babylone. Il est question, entre autres, d’une pièce sur laquelle on trouve une certaine marque.
Dans l’idée que je m’en suis faite, cette marque représente entre autres la lune, et pour décrire cette exacte partie symbolisant pour moi la lune, j’ai évoqué « dix-neuf petites rainures, plus ou moins grandes. »
Une idée m’a alors traversé l’esprit, et je me suis demandé si ce nombre, 19, avait un sens pour les Mésopotamiens. Puisque je suis un peu maniaque, je ne supporte pas les nombres impairs, sauf quand ils finissent par 5 (15, par exemple, ça passe, mais pas 19), alors dans cet état d’esprit je me suis demandé pourquoi les créateurs avaient choisi 19, un nombre impair ne finissant pas par 5. Alors j’ai creusé.
Et il s’avère que 19 est en fait le nombre d’années constituant un cycle métonique ; « au bout de 19 ans, les mêmes dates de l’année correspondent presque aux mêmes phases de la Lune. » (source : Wikipedia)

Alors ? Simple coïncidence ou réel choix des créateurs ? Je l’ignore.

Mais le jeu étant japonais, et connaissant la passion des Japonais pour ce genre de détails (rien que pour les choix des noms et lieux et j’en passe dans Symphogear, on sent un certain attrait pour ces petits détails), je me prends à croire que c’était volontairement le sens qu’ils voulaient donner. :smiley:

1 « J'aime »

ela me rappelle l’histoire du TITAN, un bateau comme le titanic mais écrit 80 ans plutôt

Pas 80 ans, le roman Futility de Morgan Robertson qui raconte l’histoire d’un paquebot appelé effectivement « Titan », a été écrit en 1898 soit 14 ans avant le naufrage du Titanic.
En sachant que l’auteur de ce roman a travaillé longtemps dans le domaine maritime, il savait qu’un voyage transatlantique en avril présentait ce genre de risque. De même que les données techniques du navire décrit correspondent au Titanic car déjà plausible à son époque en imaginant les avancées technologiques.
Mais il est vrai qu’il y a beaucoup de coïncidences troublantes quand même.

Kenavo.

4 « J'aime »

La seule « coïncidence troublante » qui me soit arrivée ne concerne pas l’écriture mais la lecture. En 2006, je vivais à Séville et j’étais à fond dans une période Sherlock Holmes : j’avais relu l’intégrale de Conan Doyle, j’écrivais et lisais des fanfics dans ce fandom, je venais de découvrir la série Granada avec Jérémy Brett, je lisais des tas de pastiches… Bref, j’étais quand même bien obsessionnelle. Un jour où je me demandais ce que j’allais bien pouvoir lire car je venais de terminer mon dernier roman, je suis allée faire un tour dans l’une des rares librairies de Séville (c’est une ville géniale mais ça manque de livres à mon goût). Alors que je passais devant un présentoir, un livre a glissé et est tombé devant moi. J’ai machinalement tendu la main pour l’attraper, et le titre était « Les années perdues de Sherlock Holmes ». J’y ai évidemment vu un signe du destin et je l’ai acheté… (Bon, en fait, c’était pas top top, mais j’aime bien me dire que le livre avait envie que je le lise. :stuck_out_tongue_winking_eye:)

5 « J'aime »

Je up le topic, et en même temps je me demande si je fais pas un hors-sujet, parce que je me demande si ce sont des coïncidences IRL ou pas… mais soit. :smiley:

J’en ai plusieurs à raconter, certaines plus fraîches que d’autres, qui me sont revenues dans la figure il y a quelque jours à cause d’une énième coïncidence.

  1. Enki
    Mon problème, c’est que quand je suis à fond dans un fandom, je ne le fais pas à moitié.
    Pour un crossover entre Rhythm Thief (un jeu dont l’intrigue repose sur des héritages mésopotamiens nommés à partir de divinités sumériennes et akkadiennes) et Symphogear (un anime qui s’appuie sur plein de mythologies et croyances du monde, dont la mésopotamienne), j’avais théorisé qu’un objet important dans l’intrigue du premier porte le nom d’Ea (ou Enki, ce dieu ayant deux appellations selon si on est plus du côté akkadien ou sumérien).
    Je faisais ma vie, tranquillement, délaissant ce crossover comme je le fais pour presque toutes mes fics, quand soudain, la dernière saison de Symphogear est diffusée. Un personnage, lui-même un dieu dans cet univers, se voit nommé dans les crédits par le nom « Enki ». Première crise de fangirl que je suis.
    La saison avance, les révélations tombent… Et on finit par découvrir qu’une des armes utilisées par une des protagonistes a été créée à partir de ce dieu. Donc officiellement, ce dieu a donné « naissance » à un artefact, tout comme je l’avais théorisé pour ma fanfic… autant dire que j’étais assez dingue ! :smiley:

  2. La dague d’ébonite
    Celle-là, j’en avais parlé dans un topic dédié à une de mes fanfics.
    J’avais écrit une petite « origin-story » sur un assassin dans une guilde d’assassins (Confrérie Noire des Elder Scrolls), en lui donnant pour arme définitive une dague d’ébonite. C’était larme que j’utilisais moi-même dans le jeu, et que j’affectionne pour son style et ses dégâts.
    Prise d’un doute, je suis revenue à une sauvegarde antérieure de ma partie dans ce jeu, pour voir si le personnage central de ma fanfic (qui peut être un de nos acolytes) était doté d’une arme en particulier lorsqu’il rejoignait nos rangs.
    Et surprise, son arme de base, sans que j’y touche ou quoi, était bel et bien une dague d’ébonite, comme ce que je lui avais donné… :smiley:

  3. Áedán
    Celle-là, c’est celle qui me retourne le plus le cerveau. C’est aussi la plus récente.
    J’écrivais une fanfic sur le jeu Monster Hunter. Ne connaissant que le dernier volet, j’avais cru comprendre que les personnages n’avaient pas de nom, juste des titres (commandant, amiral, chasseur enthousiaste, assistante sérieuse…), et donc j’ai décidé que mes personnages seraient dotés de noms anglophones/gallois/irlandais etc., en les piochant sur un générateur de noms.
    La vie suit son cours, je décide de nommer un des personnages canons « Áedán », et poursuis ma petite vie comme ça.
    J’en parlais avec mon copain, et lui ne savait pas à qui je faisais référence en parlant de cet Áedán. Je décide de chercher une illustration sur internet, et tombe sur la page du personnage sur un wikia du jeu.
    Quelle ne fut pas ma surprise que de découvrir qu’il faisait une apparition dans un précédent opus, et qui plus était qu’il avait déjà un nom !
    Comble du hasard, son nom officiel est « Aiden », qui est tout simplement un dérivé du nom « Áedán »…
    Alors par quelle magie en suis-je venue à lui donner le même nom mais dans une variante irlandaise, je l’ignore. Mais c’est une trop belle coïncidence pour la passer sous silence ! :smiley:

2 « J'aime »

Ce que je trouve intéressant c’est que je suis en contact avec quelqu’un qui depuis deux jours partage toutes les coïncidences (ou synchronicités) qu’il lui sont arrivées et qu’il avait recensé au fil des années. Et paf, tu nous sors un sujet sur le même thème :wink:

1 « J'aime »

Au bon peuple amateur de fanfictions,

Me revoici parmi vous chers amis. Je fus absent trop longtemps à cause de mes congés, fort bien mérités ceci dit. Je n’apprends rien aux petits malins à qui j’ai signé des autographes dans les couloirs de Cambridge mais je suis allé prendre l’air dans ma résidence secondaire en Angleterre. Ce fut salutaire je dois le dire ! J’ai d’ailleurs pris un grand nombre de photographies sur un charmant petit appareil numérique et je serai ravi de vous en faire un diaporama. Nous pourrions même projeter tout ça sur un mur blanc lors d’un meeting ! Je suis bien conscient que vous réclamez de me rencontrer à corps et à cris.

Je reviens tout de même avec une nouvelle édifiante. Laissez-moi vous en conter l’histoire.
Me voici donc à Cambridge, au cœur de l’été. L’air y était frais et on pouvait y respirer à sa guise (pas comme cet air français pollué qui m’empêche de monter les marches sans m’étouffer ! Honte aux compagnies pétrolières !). Malgré tout, j’étais EREINTÉ. Vous devinerez aisément pourquoi, braves compères. Je suis en pleine rédaction du récit de la suite de mes aventures. Celles-ci furent éprouvantes je dois le dire et il m’est difficile de coucher ces évènements sur le parchemin (ne me parlez pas de ces claviers aux touches qui ne font même pas la moitié de la taille de mon auriculaire !)
Bref, j’étais attablé à mon bureau anglais durant tous ces jours de juillet et d’aout, sans pouvoir rédiger un traitre mot d’une scène tragique que j’ai vécue. Les jours passaient sans que ma moustache ne prenne un pli. Vous me connaissez chers amis, je suis pourtant un écrivain chevronné !
Quelques semaines plus tard, alors que je n’avais plus d’appétit et que mon incroyable bedaine perdait de sa rondeur à vue d’œil, une chose incroyable se produisit. Mon majordome déposa sur ma table mon déjeuner et VOYEZ PAR VOUS MÊME : là, dans mon assiette se trouvait le sosie tomateux de mon Snape !

Ah, vous imaginez ma surprise ! Ma voyante elle-même aurait été bouche-bée devant un tel signe du destin ! Il fallait que je continue, il fallait que je le fasse pour Snape : voilà ce que voulait me dire ce fruit ! Depuis ce jour, chers amis, je dois dire que j’ai bien avancé dans mon récit et la tomate ne me quitte guère. Vous pourrez dans quelques temps parcourir le tome 2 des aventures de Radimir Vynoque.

Maintenant, une question demeure. Avez-vous, vous aussi, rencontré des signes du destin sur votre chemin lors de vos sessions d’écriture ? Des légumes se sont-ils transformés sous vos yeux en objet du désir ? Les avez-vous conservés dans des bocaux de vinaigre ?

Je suis curieux de connaître vos histoires à ce sujet.

A la revoyure ! Bonnes bises !

5 « J'aime »

Des signes en tant que tel je ne suis pas sûre mais des éléments qui viennent nourrir mon imagination, sans cesse !

Je me réjouis de découvrir bientôt ce Tome 2 !

4 « J'aime »

Je fusionne ce post avec une discussion plus ancienne qui traite de la même chose.

Le titre « la destinée dans le processus d’écriture » me faisant plutôt dériver vers des considérations sur la destinée des personnages (car pour avoir un destin, ne faut-il pas être un héros ?).

Je n’ai rien de mieux à ajouter que ce que j’ai déjà partagé quelques posts plus haut. :slight_smile:
Ce qui signifie bien que je n’ai pas eu de coïncidences ou d’événements mineurs pouvant attirer mon attention depuis… 4-5 ans !

4 « J'aime »