Incipits

Je ne peux pas résister… Non, je ne peux pas. :innocent: Ca sonnait trop comme un défi… Pour comprendre, vous pouvez allez lire le très intéressant débat sur les phrases choc, ici. J’extrais la citation qui me concerne :
« Les phrases initiales dans les romans : ce sont les « incipits ».
Elles peuvent être choc. Elles peuvent marquer. Mais… je ne suis pas sûre que beaucoup puissent citer spontanément ne serait-ce que trois incipits de roman. :stuck_out_tongue: (non pas toi Allie). »

Ben si, moi, justement, parce que ce sujet n’a jamais été créé ! Et que j’adore citer des tas trucs qui ne servent à rien !!! :roll_eyes:

Donc, un petit tour des incipits « classiques » français :

  • « Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » (Albert Camus, L’étranger)
  • « Longtemps, je me suis couché de bonne heure. » (Marcel Proust, Du côté de chez Swann)
  • « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. » (Louis Aragon, Aurélien) - mon préféré.
  • « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. » (Gustave Flaubert, Salammbô)
  • « J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. » (Paul Nizan, Aden Arabie) - là, l’incipit est plus connu que le roman…
  • « Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi. » (Jean-Jacques Rousseau, Les confessions) - à part ça, pas du tout prétentieux.
  • « Condamné à mort ! Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids ! » (Victor Hugo, Le dernier jour d’un condamné)

Une petite sélection étrangère que j’aime bien :

  • « Dans un trou vivait un hobbit. » (J.R.R. Tolkien, Bilbo le Hobbit)
  • « C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles. » (Jane Austen, Orgueil et préjugés") - méga la classe !
  • « Toutes les familles heureuses se ressemblent, mais chaque famille malheureuse l’est à sa façon. » (Léon Tolstoï, Anna Karénine)
  • « Le plaisir d’incendier ! Quel plaisir extraordinaire c’était de voir les choses se faire dévorer, de les voir noircir et se transformer. » (Ray Bradbury, Fahrenheit 451)

Et mes préférés :

  • « Je m’appelle Ismaël. Mettons. » (Hermann Melville, Moby Dick)
  • « Cette lettre, mon amie, sera très longue. Je n’aime pas beaucoup écrire. J’ai lu souvent que les paroles trahissent la pensée, mais il me semble que les paroles écrites la trahissent encore davantage. » (Marguerite Yourcenar, Alexis ou le traité du vain combat)
  • « Le matin où ce fut au tour de la dernière des filles Lisbon de se suicider - c’était Mary cette fois-là, et les somnifères, comme Thérèse -, les deux infirmiers arrivèrent à la maison en sachant exactement où étaient le tiroir des couteaux, et le four à gaz, et la poutre dans la cave où on pouvait attacher une corde. » (Jeffrey Eugenides, Virgin suicides)
  • « Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe. D’où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va ? » (Denis Diderot, Jacques le Fataliste et son maître)
  • « Bien des années plus tard, face au peloton d’exécution, Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l’emmena faire connaissance avec la glace. » (Gabriel Garcia Marquez, Cent ans de solitude)
  • « Les jeunes gens arrivèrent de bonne heure pour voir la pendaison. » (Ken Follett, Les piliers de la terre)
  • « Quand la mère du poète se demandait où le poète avait été ■■■çu, trois possibilités seulement entraient en ligne de compte: une nuit sur le banc d’un square, un après-midi dans l’appartement d’un copain du père du poète, ou un matin dans un coin romantique des environs de Prague. » (Milan Kundera, La vie est ailleurs)
  • « Car j’ai vu trop souvent la pitié s’égarer. » (Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle)

Pardon pour la longueur du message, je me suis un peu laissé emporter… :sweat_smile: Et vous ? Y a-t-il des débuts de romans qui vous ont marqué(e)s ? Y en a-t-il, parmi ceux que j’ai cités, qui vous donnent envie de lire la suite ?

10 J'aime

Et bien, pour le coup, il y en a quelques uns… Je vais le faire de tête pour certains. Il se peut donc que ce soit des débuts de chapitres et pas des incipits de romans entiers. En tout cas, les voici (c’est surtout de la SF ^^):

  • « Il pleut sur la ville comme un saule pleure sur une tombe » (Catherine Dufour, Le Goût de l’immortalité)
  • « Lenson Ornill s’en rendrait compte des années plus tard, c’était un comble que sa carrière religieuse ait commencé et se soit terminée sur le même mot, et pas n’importe lequel. « ■■■■■, alors ! » » (John Scalzi, Les Flammes de l’Empire, cycle de l’Interdépendance)
  • « Manéo Jung-Espinoza - Néo pour ses amis de la station Cérès - était recroquevillé dans le cockpit du petit appareil qu’il avait baptisé le Y Qué. Après un voyage de presque trois mois, il restait peut-être cinquante heures avant qu’il entre dans l’histoire » (James S.A. Corey, La Porte d’Abadon du cycle The Expanse)
  • « Ma mère rendit son dernier soupir en même temps que l’Ancienne Terre. » (Dan Simmons, Hypérion du cycle des Cantos d’Hypérion, une très bonne série !)

Et, comme je l’ai indiqué dans le sujet épinglé par @Alresha , les incipits ont tout de même leur importance pour accrocher l’attention du lecteur !

7 J'aime

J’aime particulièrement celui-ci !!!

6 J'aime

Dans ce cas, je te conseille particulièrement la lecture de ce roman SF français qui a gagné le Grand Prix de l’Imaginaire ! Il vaut le coup d’œil et le style de l’auteure est vraiment remarquable !

5 J'aime