Les personnages marquants du jeu vidéo

J’ai joué à beaucoup de jeu vidéo et celas depuis que je suis gamine.
J’ai beau avoir une jolie liste de mes personnages favoris, j’en ai très peu qui m’ont marqué mon expérience de joueuse avec une trace indélébile. ( En bien comme en mal d’ailleurs.)

Voilà 4 personnages, de 4 licences différentes qui m’ont marqué. J’ai pas tout mis sinon la liste risque être quand même un peu longue. ( Attention risque de spoiler sur les personnages )

1 - World of Warcraft/ Warcraft 3 : Arthas Menethil.
Arthas était le jeune prince et l’espoir de Lordaeron. Son royaume est menacé par le fléau mort vivant et Arthas prend son devoir très à cœur. Il part alors en quête pour enrayer le fléau. Par un excès de zèle, il est devenu le fléau et, lui qui voulait tant protéger son peuple, l’a exterminer.
Ce qui m’a marqué dans ce personnage, c’est son développement le voir basculé petit à petit jusqu’à s’anéantir complètement.

2 - Fable : Reaver
Reaver est un personnage énigmatique qu’on rencontre dans fable 2. Il est né dans le petit village d’Okvale ( le village natal de notre héro dans le premiers jeu ) Reaver est un « héro » d’adresse ( Un héro a une signification différente dans fable, il désigne des personnes à l’adresse à la force ou possédant un don de volonté ( magie ) hors du commun. Les personnes possédant une des 3 attitudes son excrément rare ) Il a fait un pacte avec les ombres pour devenir immortel en échange des âmes de son village. Il a vécu pendant des siècles mais on ignore combien. Chaque année, il sacrifie une vie pour prolonger la sienne. Reaver est une personne mauvaise, cruelle dénué d’empathie et purement égoïste et ne pense qu’a lui et seulement à lui. Il n’a aucun scrupule à asservir ou tuer, homme, femme, enfant pour son propre confort.
Ce qu’il m’a marqué dans ce personnage son sarcasme, son style et sa cruauté.

3 - The Witcher : Olgierd von Everec
Olgierd von Everec est le fils de Bohumil von Everec et Kristina von Everec, des nobles Redaniens. Il est le capitaine de la Compagnie libre redanienne ( La *Compagnie libre redanienne est une bande d’hommes armés composait de nobles. Les gens les appellent les Sauvages. C’est des nobles qui se la jouent mercenaires sanguinaires ) Olgierd avait tout pour être heureux, fortune et futur mariage avec la dame de son coeur Iris. Il perdit tout ça, sa famille tombe en disgrâce et sa bien-aimée promit à un autre. Il fait alors alors un pacte avec Gaunter de Meuré alias l’homme miroir ou encore l’homme de verre. C’est ce moment là qu’il perdit son humanité et son cœur se changea en pierre le privant toutes émotions. Il commettra les pires des atrocités même sur les personnes qu’il aimait enfin qu’il se souvenait aimer.

Ce personnage ! il est tellement bien écrit ! touchant prenant ! certes c’est pas un Arthas mais il reste pour moi très mémorable.
image

4 - Dragon Age Solas
:notes:Solas,elfe nimbé de mystères
Apprit la magie en solitaire
Ni elfe Dalatien, ni elfe citadin
Sceptique, né en charmante contrée. :notes:

Dans l’univers de Dragon Age l’empire elfe a disparu, on dit que c’est l’empire Tevintide qui les a anéanti. Ensuite ils ont été réduit en esclavage pendant des millénaires. Des pans entier de leurs cultures et traditions ont disparu. Ils ont été libéré par la Prophétesse Andrasté, elle leur donna une nouvelle terre d’attache : " La Dalatie". La bas les elfes reconstruisent leurs civilisations restaurent les cultes de leurs dieux et passent leurs existence à retrouver leurs cultures et traditions oubliés. Jusqu’au jours les humains du royaume voisin lance une marche exaltée sur les elfes au nom de la même Prophétesse qui leur avait donner leurs terres. On les a nouveau soumis, ils acceptent de vivre dans les cités humaines et vénèrent le créateur de force. Les elfes Citadin. Alors que d’autre refuse de courber l’échine, ils se séparent en multitude de clan et parcourent Thédas à la recherche de leurs gloires perdu. Les elfes Dalatiens.

Alors qui est Solas ? Il n’est pas un elfe Dalatien, ni un elfe citadin. Alors qu’est qu’il est ? Solas est un elfe de Jadis, il est un dieu elfique bien vivant. Pas n’importe le quel c’est Fen’harel, le loup implacable. Celui-là même qui d’après les légendes il a dupé les gentils dieux et les méchants avant de les enfermer, privant son peuple de leurs présences.

Eh bien les légendes sont pas fausses… car c’est qu’il a réellement fait. Pas par cruauté mais pour protéger son peuple de leurs règnes de terreur. Il créa la barrière qui sépare le monde des rêves à la réalité et les enferma dans l’immatériel. Ce n’est pas les humains qui ont détruit les elfes mais lui ! ( Accidentellement, il a jamais voulu ça ) En séparant l’immatériel du monde physique il a coupé le lien magique des elfes. Ils ont perdu leurs immortalité et les humains on juste profité de l’occasion.

Ce qui m’a marqué dans ce personnage ! C’est tout ça ! J’ai adoré découvrir le personnage, sa complexité. En plus, la romance de Solas ça rends le personnage encore plus complexe ! Vivre, aimait librement l’inquisitrice dans un monde qui au final n’est pas si mauvais où corriger son erreur, restauré la gloire de son peuple sachant qu’il va détruire se monde là et qu’il sait pertinemment qu’il va également détruire l’amour de sa vie avec son ambition. Bah il a choisie la 2éme option et la scène final dans le dlc intrus et juste déchirante.

5 J'aime

Ouah en effet, ces personnages sont pas mal du tout ! J’en rajouterais bien quelques-uns, moi aussi !

Pour commencer… mon chouchou de warcraft que je sais à peu près défendable, Illidan Hurlorage. Le créateur des chasseurs de démons, devenu plus ou moins malgré lui un traître aux yeux de son peuple, de son frère et de bien des gens. Alors que, à l’origine, c’était pas son but. (attention pavé bien spoilant)
Illidan est né avec des yeux dorés, chose extrêmement rare pour les elfes de la nuit et signe, pour eux, d’un grand destin. C’est avec cette promesse que le jeune elfe a grandi, mais a commencé à décevoir ses professeurs en étant un peu nul dans le domaine de prédilection des elfes de la nuit, le druidisme, alors que son frère s’en sortait bien mieux. En revanche, il s’est révélé doué dans les arts des arcanes, mais pas non plus excellent. En bref, il était loin d’être le héros que tout le monde, y compris lui-même, attendait qu’il soit.
Malgré quelques exploits, Illidan s’est fait dépasser une seconde fois par son frère, dans le coeur de la belle Tyrande, cette fois. Cette espèce de sorcière (hum, pardon. J’aurais dû dire merveilleuse prêtresse) préférant Malfurion a brisé le petit coeur d’Illidan, ce qui l’a amené à léééégèrement être amer et en faire une cible de choix pour un méchant satyre qui l’a entraîné à passer un pacte avec Sargeras, le titan créateur de la Légion Ardente. Il lui a donné ses yeux dorés en échange de puissants pouvoirs, comme la vision spectrale des chasseurs de démons. Suite à ça (et à la recréation d’une source de magie ultra-puissante dans le but de repousser la Légion lorsqu’elle reviendrait, car Illidan savait qu’elle reviendrait), il a été condamné à l’emprisonnement éternel par son frère dans le caveau des Gardiennes, sous la surveillance de la redoutable (et très pénible) Maiev Chantelombre.
Dix mille ans plus tard, Tyrande le libère, même si ça plaît pas vraiment aux Gardiennes (Maiev traquera Illidan, jusqu’à la mort, cette fois). Le problème, c’est que dix mille ans passés à ruminer une peine injustifiée, ça rend un peu amer et ça donne des idées bizarres, comme choper des artefacts démoniaques ultra-puissants ou encore passer des pactes avec d’autres démons pour obtenir des pouvoirs encore plus puissants, capables de détruire la Légion Ardente.
A la suite d’un échec (bon, deux, puisque, en plus d’avoir échoué à remplir son pacte avec Kil’Jaeden, il s’est fait capturer par Maiev), Illidan est sauvé par des elfes de sang de Kael’thas, qui se rebelleront contre lui plus tard. Et, comme si ça suffisait pas, Kil’Jaeden le retrouve et lui pose un ultimatum : tuer le roi-Liche (arthas) ou mourir. Illidan affronte donc Arthas en combat singulier (ce qui permet à Sylvanas de se rebeller et d’entraîner avec elle ceux qui deviendront les Réprouvés), perd son combat et se replie dans l’Outreterre. Quand la porte des Ténèbres est rouverte, des années plus tard, Maiev se pointe et, aidée de quelques héros et d’un traître, tue Illidan au sommet de son repaire, le Temple Noir.
Si son corps est brisé, son âme, en revanche, connaît des tourments éternels au Caveau des Gardiennes (je les déteste). Comme ses illidaris enfermés dans des cristaux (sont vraiment cruelles, ces Gardiennes !). Le truc, c’est que le Caveau est attaqué par la Légion et une Gardienne corrompue, qui emportent son corps dans l’espoir de s’en servir comme réceptacle pour accueillir Sargeras. Rien que ça. Bon, le rituel se passe pas super-bien et au final, Gul’dan se fait démonter sa sale tronche d’orc démoniaque corrompu par Illidan en personne dans une cinématique TROP STYLEE. (et toc, bien fait sale monstre ! ça t’apprendra à avoir massacré Varian et laissé un pauvre prince orphelin !)
Hum bref, revenons-en à Illidan. Ramené à la vie, du coup, il reprit son combat contre la Légion, de manière plus sage, cependant. Et, à la fin, le héros des elfes de la nuit se laissa enfermer avec Sargeras pour le combattre pour l’éternité. Après avoir laissé un message à Tyrande, un à son frère, et un à un héros d’Azeroth…
Ce personnage est sans doute mon préféré de tout Warcraft à cause de sa personnalité. Même immortel, ultra-puissant (il combat seul un titan, l’air de rien !), Illidan reste à mes yeux profondément mortel, humain, grâce à ses sentiments et ses défauts. Et quelque part, il casse le cliché du héros traditionnel, élu de la prophétie blablabla… puisqu’il agit « contre » celle-ci en s’alliant à Sargeras, puis en amassant davantage de puissance pour détruire la Légion. Les siens ne le reconnaîtront jamais comme un héros, mais, pour moi, il est et restera à jamais le plus grand héros d’Azeroth.

Autre personnage que j’adore, et je sais que là, je vais me faire pas mal d’ennemis, c’est Sylvanas Coursevent. Oui oui, LA Sylvanas Coursevent, chef des Réprouvés, l’horrible monstre qui a osé brûler Teldrassil. Et malgré de longues conversations avec de fervents opposants de Sylvanas, je peux pas m’empêcher de l’admirer. Et de croire en sa rédemption, malgré la dernière cinématique de Shadowlands. Pourquoi ? Tout simplement à cause d’un trop-plein d’empathie.
Je m’explique : Sylvanas était, bien avant de devenir la chef des Réprouvés, la générale des Forestières de Lune d’Argent. Qui a combattu Arthas au péril de sa vie pour protéger son royaume, son peuple. Et qui s’est retrouvée, sous la volonté du Roi-Liche, forcée de détruire et tuer tout ce qu’elle protégeait. Et ça, ça l’a détruite. ça l’a brisée complètement, si bien qu’elle a fini par ne plus croire en la liberté. Elle est ultra-complexe, frôle la folie, mais est consciente de ses actes. Elle est devenue froide, implacable, cruelle, mais est restée longtemps attachée à ceux qu’elle aime. Friendzonée (queenzonée ?) par Nathanos, son amour qu’elle a quand même ramené à la vie et rendu quasi-aussi immortel qu’elle dans la non-mort, rejetée par sa soeur qu’elle projetait de tuer pour lui permettre de régner à ses côtés sur les morts-vivants, elle a connu là deux profondes désillusions qui ont encore dû l’enfoncer dans une sorte de solitude.
Elle est encore capable d’empathie. Son hésitation face à Anduin le prouve. Elle a juste fait des choix, les mauvais. Mais je reste persuadée qu’elle peut encore se retourner. Accéder à la rédemption. Et j’espère sincèrement qu’elle mourra pas dans la prochaine mise à jour de Shadowlands parce que de tout warcraft, c’est vraiment elle qui me semble être la plus riche, la plus complexe psychologiquement… et la plus violemment affectée par la Légion Ardente.

Sinon, dans un autre registre, il y a Karliah, dans skyrim. La Rossignole forcée à l’exil durant vingt-cinq longues années à cause d’un abruti corrompu par le pouvoir. Vingt-cinq ans à ruminer sa vengeance dans l’attente du moment parfait pour faire tomber Mercer et venger son amour perdu, Gallus. Son histoire, son origine (petite-fille de Barenziah, quand même !) n’a aucune importance ici. C’est sa douleur qui est communicative, son désir de vengeance calculé au millimètre près, qui a fait qu’elle m’a marquée. Ainsi que sa dévotion totale à Nocturne, malgré les effets de son artéfact sur Mercer. Karliah, je t’adore, petite Rossignole :heart:

3 J'aime

Je connais ton amour indéfectible pour Sylvanas, je peux comprendre pourquoi tu l’aime, elle a un lore une histoire complexe, elle était une héroine pendant la bataille de Lune-D’argent. Maintenant c’est une sombre :insérer un mot grossier: Je peux pas, je la hais pour tes tas raisons mais surtout sa pleurnicherie de " OUIN, OUIN j’avais pas le choix ! Bon Sang ! Ce qu’elle a fait a mon chouchou d’Anduin et à Shalamayne ! IMPARDONNABLE ! :rage: :face_with_symbols_over_mouth: :face_with_symbols_over_mouth: :face_with_symbols_over_mouth: :face_with_symbols_over_mouth: :face_with_symbols_over_mouth: :face_with_symbols_over_mouth: :face_with_symbols_over_mouth: :rage: Si tu veux on n’en débatte faisons ça ailleurs xD Sinon je vais faire pleuvoir la rage et la mauvaise foie :sweat_smile:

Fait toi plaisir, enfaite faites vous plaisir c’est le but ! J’en rajouterai également tiens. J’en ai mis un de différente licence mais sa démange trop pour Warcraft, trop de personnage qui m’ont marqué au fer rouge.

Aller je craque je vais parler de mon Anduin adoré ! Après tout il a marqué mon enfance jusqu’à maintenant. Arthas étant plus marquant je l’ai connu avant dans Warcraft 3 et Anduin été pas né ou nourrisson. j’ai choisi Arthas. Je dois réparer cette erreur sur le champ et parler d’Anduin. :3

World of Warcraft : Anduin Wrynn
Anduin Wrynn est le fils du défunt roi Varian Wrynn et de la défunte reine Tiffin Wrynn . Il fut nommé ainsi en hommage à Anduin Lothar. ( Grand héro de l’Alliance ) Le prince de Hurlevent assura la régence pendant la disparition de son père. A son retour, le prince put se découvrir une vocation pour la voie de la lumière et poussa son père à changer, lui assurant que la survie de l’Alliance ne devait pas passer par la destruction de la Horde. À la mort de son père Anduin devient Roi d’Hurlevent et Haut-Roi de l’Alliance. C’est un jeune homme au cœur pur, altruiste, loyal et idéaliste certes un peu candide, il prône la paix en Azeroth. Anduin n’est pas sot, il sait très bien que parfois la paix s’arrache par la force des armes et son devoir envers son peuple prime avant ses propres besoins. Il n’est pas non plus infaillible, car il a commis moults erreurs qu’il regrettera toute sa vie. Il voit le bon chez les gens et leur tend la main volontiers. Horde ou Alliance, peut importe la race même si tu es un réprouvé (mort-vivant ) Anduin voit la personne avant tout. Mais ne lui faites pas à l’envers, par contre il sera beaucoup moins doux. ( Hein Irion tu l’as senti passé la droite !! ) C’est un puissant prêtre avec une très forte affinité à la lumière et un combattant émérite. Bref un personnage que j’ai vu grandir et évolué aux files des années et que je lui porte beaucoup d’amour ! C’est bien pour ça que je lui est dédiée une fanfiction de 39 chapitres bon sang ! Bientôt 40. :tousse: :smiling_face_with_three_hearts:

Anduin dans le jeu.
image
Anduin dans les cinématiques réalistes.


Les deux versions font fondre mon petit cœur :heart:

3 J'aime

Voilà un personnage qui m’a beaucoup marqué dans Divinity : Original Sin 2. Je vous présente Maladie ( ou Maman Maladie :blush: ) .

Son physique assez caractéristique marque les esprits, c’est l’un des personnages les plus haut en couleur d’une saga qui en regorge et brille par son écriture.
Contrairement à ce que son nom pourrait laisser supposer, elle est très gentille. Un peu cynique, un peu froide. Mais elle joue le rôle de mentor pour les héros et les guide à travers leur quête d’accéder à la divinité (oui, rien que ça). Elle n’est pourtant pas toute blanche et cache tout de même une part d’ombre : c’est une demi-démone qui n’aide pas les héros par pur altruisme, mais aussi parce qu’elle suit son propre agenda.
C’est un personnage très intriguant et les informations à son sujet sont divulguées au compte-goutte à travers l’histoire. Elle reste mystérieuse jusqu’au bout, même si on apprend à lui faire confiance. Il y a par exemple une énergie impie et dangereuse issue d’un plan d’existence où se terrent les créatures du Vide, la Source. Si dans Original Sin 1, on jouait des traques-sources qui cherchent à éliminer les individus faisant usage de la Source, on joue dans le deuxième volet Sourceleurs arrêtés et persécutés pour l’avoir utilisée. Et bien, quand ces héros rencontrent Maladie pour la première fois, celle-ci est prise d’un soudain hoquet, d’un haut-le-coeur… et c’est sous leurs yeux ébahis qu’elle vomit de la Source à l’état pur. :face_vomiting:
Vomi dans lequel peuvent se baigner les héros pour recharger leur réserve de Source, c’est une énergie rare et puissante :smile:

4 J'aime

Je l’avais dit que j’allais me faire des ennemis x)

je me disais aussi, étonnant ça qu’on ait pas eu Anduin xD

2 J'aime

Hahaha, vivement on lui botte les fesses dans la 9.1 et qu’on sauve Anduin ( Les dev l’ont spoiler mdr ) ! Mettons enfin un point final à l’histoire de Sylvanas on passe des personnages bien plus intéressant. J’attends toujours l’intrigue de l’île au dragon avec Irion. Que j’ai hâte que le raid sort ! ( C’est surtout pour farm le steuff de ma prêtresse ombre et ma druide équilibre.

Oui, c’était un calvaire de m’être retenue, ça fait du bien de parler de lui ! Que j’aime ce personnage :heart_eyes:

3 J'aime

Elle va mourir ? Pour… pour de vrai ? :sob:

2 J'aime

Elle va sans doute s’en tirer d’une manière où d’une autre, ça serait bizarre qu’elle disparaisse juste comme ça, juste maintenant lors d’un deuxième raid d’extension ^^

3 J'aime

je parlais d’Anduin pas de Sylvanas. xp Après j’en sais rien mais c’est possible.

Pas forcément figure toi ! Bon elle est là depuis Warcraft 3 et elle serait pas le seul personnage à disparaitre en début ou milieu extension. Apparemment son âme serait fragmenté est éparpillé dans l’antre des souvenirs d’elle. En vrai, je pense que oui c’est possible qu’elle meurt pour mieux servir le scénario pas forcément dans le raid. Il y a plein de gros streameur et youtuber qui sont des gros dictionnaire de WoW ( des Vidéos ou des lives de 4h hein. certain on des sources chez Blizzard. ) qui penche pour cette probabilité et au contraire serait une bonne manière de dire aurevoir au personnage. Dans les extensions suivante faire brillé des personnage tout aussi complexe et intéressant voir plus. Juste pour en cité trois " Lor’themar Theron, Irion, Anduin ( Même si Anduin commence enfin a s’imposé ) On c’est assez bouffé du Jaina, du Thrall, du Sylvanas et compagnie pendant des années.

C’est pas l’endroit pour en débattre perso x)

3 J'aime

La mort qui me satisferait le plus serait elle tuer par Tyrande :blush:

Mais vu l’histoire de Tyrande de son côté, ça n’est pas certain :frowning_face:

Ou Genn, juste retour des choses.

Les développeurs avaient aussi promis qu’elle ne serait pas juste un nouveau Garrosh, et c’est vrais qu’il y a encore assez de mystère a son sujet pour que ça soit décevant qu’elle meure si tôt. Ou sa mort peut ne pas être totale ou définitive.
Il y a un équilibre à trouver entre les anciens personnages et les nouveaux. Mais Sylvanas, c’est différent de Jaina qui a eu son moment de gloire à BfA et Thrall qui veut juste prendre sa retraite pépère en sachant la Horde en paix. Et que ça n’empêche pas de nouveaux personnages de briller, je suis bien d’accord.

On pourrait en débattre des heures, effectivement. Mais le plus simple est encore d’attendre les mises à jour et de croiser les doigts pour que quoi que les développeurs aient décidé de nous réserver, ça arrive à satisfaire notre hype et nos émotions :exploding_head:

3 J'aime

Honnêtement je pense pas que Tyrande ou Genn tueront Sylvanas. Je pense qu’elle sacrifiera d’elle même pour x raison.

Alors malheureusement c’est une Garrosh 2:0 alors je suis désolée c’est clairement ça. D’ailleurs Garrosh revint dans la 9:1. Si c’est possible qu’elle meurt définitivement.

Ceux que j’ai cité c’est pas des nouveaux personnage. Lor’themar il est la depuis burning crusade. C’est un personnage vraiment intéressant et poignant, tellement fort. Franchement la seule chose qu’il a faites aux dernières nouvelle c’est courtisé Thalyssra. :confused:

Irion est la depuis Cataclysme. Un dragon noir libre de la corruption , un électron libre, il est totalement imprévisible. ( je vais pas parler de son lore trop compliqué ) Il est si peu exploité et on le ressort du tiroir pour parler DTA comme pour le patch final de BFA. Puis on le range à nouveau. Moi je veux savoir qu’il manigance et son histoire d’île aux dragons.

Anduin est la depuis Vanillia, bon tu peux pas faire plus vieux comme personnage.

C’est surtout qui faut trouver un équilibre entre la palette immense de personnage de l’univers.

Bon Sylvanas à eu son moment de gloire en permanence dans toutes les extensions et celas depuis Warcraft 3. Elle a toujours été là… ( Je dis ça, je dis rien; Hein ) Jaina a eu ses moments dans Warcraft 3, Mist of Pandaria. Certes pour Thrall mais il fait partie du conseil de guerre de la Horde. ;tousse: Lui aussi il est la depuis Warcraft 3.

Tu n’as pas tord mais les développeurs nous ont déjà dit qui vasplus ou moins se passer. Donc la surprise moyen moyen. Il ont pas tout dit mais déjà retour Arthas lol mdr. On connait tout les boss du raid et un peu le scénario aussi. x)

2 J'aime

Je suis partagé entre l’envie de voir sa rédemption et celle de la voir enfin payer pour Teldrassil

Oui, je sais bien : Mais Sylvanas, Jaina et Thrall que t’as cité comme les personnages trop présent, c’est justement les personnages principaux de Warcraft III. " Nouveauté", c’est relatif effectivement. Mais nouveaux tout de même face aux Jaina, Illidan, Arthas, Thrall, Sylvanas… qui ont pris dans WoW beaucoup, beaucoup d’importance. C’est de eux que je parlais, je me suis peut être mal exprimé.

Je sais bien mais justement : je garde espoir que quelque chose vienne encore chambouler cette ressemblance. C’est pour ça que j’aimerais lui donner plus de temps ^^

Et pour Jaina, je parlais des évènements récents : BfA lui était vraiment dédiée. Faut pas voir ça comme un absolu, elle a évidemment eu d’autres moments de gloires. :smile:

Les cinématiques arrivent à rester secrète un peu plus longtemps et avoir le plaisir de les découvrir en jeu, c’est l’essentiel :smile:

3 J'aime

Un peu trop à mon goût, je les aime tous beaucoup ( sauf Sylvanas lol ) Ils sont parfois trop étouffant. Je trouve dommage qu’ils se reposent trop sur ces personnages, au lieu exploité des personnage tout aussi fort qui sont malheureusement laisser de côté. De base Anduin, il devait pas devenir aussi important, il voulait rien en faire de se personnage. C’est une auteur qui écrit des livres sur l’univers de WoW qui à montrer le potentiel d’Anduin. J’aimerai tellement qu’il fasse de même pour d’autre.

L’histoire du jeu résume pas qu’aux cinématiques, les suites de quêtes et les dialogues apportent tout autant d’histoire voir plus. De toute manière les deux fuites, le scénario est déjà sur le PTR.

3 J'aime

Quand c’est des cinématiques de qualité Blizzard, c’est toujours un énorme plaisir que de tomber sur l’une d’elle au détour du jeu et de poser le clavier pour la regarder (puis la partager avec Fah xD) Évidemment que les quêtes et les dialogues ont leur importance, mais les cinématiques c’est le dessert ^^

3 J'aime

Je suis d’accord les cinématiques de blizzard que ça soit du réalistes ou du in game c’est toujours très agréable. ( Surtout quand les personnages que j’aime sont dedans) Les cinématiques pour moi sont les grandes lignes de l’histoire, le reste c’est les petites lignes qui apportent plus d’histoire que les grandes lignes ) C’est mon point de vu, rien qu’une petite quête anodine peut donner une foule d’information sur un personnage. Deux, trois exemples une quête de cuisine coté Alliance qui m’a apprit que Anduin raffole du cidre. Une suite de quêtes côté Horde qui m’apprends que Eitrigg à peur des sorcières ou encore dans un dialogue Nathanos appelle clairement Sylvanas " MON AMOUR" ^^

3 J'aime

Nathanos et Sylvanas sont trop choux :heart_eyes_cat: Comme quoi, on peut être la pire ennemie de la moitié (voire de la totalité :thinking:) d’Azeroth et avoir un coeur ! (bon j’ai dû louper ce passage vu que je joue pas sur offi et qu’avec la moitié des quêtes buggées, tu laisses vite tomber le jeu…)

3 J'aime

Honnêtement je pense que Nathanos aime bien plus Sylvanas que Sylvanas ne l’aime. Après tout Nathanos lui a toujours été fidèle n’a quasiment jamais rouspéter sur les ordres. C’est son gentil toutou qui remue la queue devant sa maitresse. Il est mort pour elle, vraiment mort cette fois xD ( Vu c’était un réprouvé il été déjà mort ) Par Tyrande. J’ai un peu de peine pour lui quand même.

3 J'aime

J’ignore si le but premier était de parler de personnages marquant « pour tout le monde » ou juste pour moi… mais vous saviez pertinemment qu’en lançant ce sujet, vous me verriez déblatérer une nouvelle fois sur l’un des personnages qui m’ont le plus marquée depuis que je suis en âge de tenir une manette en main… :stuck_out_tongue:

J’ai nommé ce très cher bouffon, Cicéron (The Elder Scrolls V: Skyrim).

Il n’apparaît que pour la route de la Confrérie Noire (et seulement si on ne vise pas à la détruire), un groupement d’assassins œuvrant autrefois à travers tout le continent, mais peinant aujourd’hui (je veux dire, en 4E 201) à survivre.
La première rencontre possible avec Cicéron se fait sur une route de campagne ; on tombe sur un type plutôt petit (comparé à la taille standard des personnages non-jouables), qui parle bizarrement et d’une voix très aiguë, et habillé comme un bouffon. Littéralement, comme un bouffon. Il dit qu’il transporte le cercueil de sa mère et que sa charrette a perdu une roue. Comme le fermier voisin se méfie de lui, on a le choix entre convaincre le fermier d’aider le pauvre bouffon pour qu’il reparte, ou bien dénoncer le voyageur aux autorités.
La seconde révèle son véritable personnage : un assassin, membre de la Confrérie, qui a émigré en Bordeciel pour rejoindre le dernier sanctuaire de la guilde. Bon, d’assassin, il n’en porte plus tellement le nom : il doit s’occuper de la momie vénérée autrefois par la guilde, en laquelle ne croient plus les membres du dernier sanctuaire (qui d’ailleurs se méfient énormément de lui – moi-même le trouvais très louche et le soupçonnais de cacher quelque chose la première fois que je l’ai rencontré).
Finalement, les événements s’enchaînent, l’animosité croît, et Cicéron, dans un accès de folie, rage ou autre, tente de tuer quelques membres du sanctuaire. Ni une ni deux, il est chassé et poursuivi, et le joueur est chargé de le retrouver, et de le tuer. C’est là qu’a débuté ma réelle fascination pour ce personnage.
En quittant sa « nouvelle demeure », Cicéron a laissé ses journaux personnels. Une collection de cinq journaux intimes, qu’il tient depuis presque vingt ans. Il faut trouver le dernier pour découvrir le mot de passe permettant d’accéder à sa cachette, mais j’avais pris le temps de lire les quatre autres tomes. Et là, mon cœur s’est brisé pour la première fois en jouant à Skyrim.
Sous ses airs de bouffon complètement frappé, Cicéron est en fait un homme brisé. Il a vu tous ses frères et sœurs mourir, les sanctuaires tomber, il a connu la chute de la Confrérie Noire, et a complètement perdu la raison en se retrouvant seul, cloîtré dans un sanctuaire vide, avec pour seule compagnie la momie dont il devait prendre soin, et qui jamais ne s’est adressée à lui peu importe combien il faisait de son mieux pour s’en montrer digne.
Seul, « abandonné », Cicéron a été longtemps hanté par le rire du bouffon qu’il a tué, sa dernière victime avant de devenir le Gardien de la momie, et d’être privé de contrats d’assassin.
Lorsqu’on le retrouve, au fin fond du sanctuaire d’Aubétoile, il est à l’agonie. Blessé, à bout de forces, il nous supplie de l’épargner. Nous sommes la personne choisie par la momie pour entendre sa voix, il croit, au plus profond de son esprit dérangé, que lui et nous pourrons redorer le nom de la guilde d’assassins. Le choix se pose alors. Le tuer, ou l’épargner.
Si on le tue, son histoire s’achève là. Mais comme le dit le fantôme de Lucien Lachance, un assassin décédé dont nous pouvons invoquer l’esprit en tant que compagnon temporaire, ce n’est pas encore son heure. Si on le laisse vivre, il ira panser ses plaies, et reviendra vers nous lorsqu’il sera de nouveau sur pied, plus heureux que jamais, et apaisé d’avoir enfin retrouvé un semblant de sens à sa vie.

Tout le pathos mis dans son histoire, racontée par ses journaux (et donc d’une manière très personnelle), a directement touché mon petit cœur de pierre. Il est devenu, très soudainement, mon personnage préféré de ce jeu. Alors qu’en soi, il n’est pas si important que ça, complètement indispensable ; il ajoute juste du « piment » à l’histoire de la Confrérie.
Il m’aura fallu quelques huit ans avant d’enfin écrire sur lui. Jusque-là, je n’avais pas d’histoire convaincante à raconter. Quasiment tout son développement de personnage résidait dans ses journaux, canons, et comme Skyrim est un RPG, son histoire pendant la trame du jeu (et après) ne relevait, au final, que du fanon/de mes propres headcanons.
Finalement, j’ai fini par trouver l’inspiration pour lui « rendre hommage » (si je puis dire), et ça va bientôt faire un an et demi que je n’écris que sur lui, quand il s’agit de TES. :stuck_out_tongue:

Le plus drôle, dans tout ça, c’est que dans mon regain d’intérêt récent pour le fandom, j’ai découvert que des gens écrivaient encore sur lui, presque dix ans après la sortie du jeu, et dans des langues que je n’aurais jamais soupçonnées. Ici, le japonais. Comme quoi, les fandoms s’étendent vraiment partout.
(et puis, c’est très fun de lire son journal en japonais, la transcription des noms et la traduction des autres m’amuse beaucoup, mais peut-être suis-je bizarre.)

Je reviendrai probablement une autre fois pour parler d’autres personnages qui m’ont bien marquée dans mes pérégrinations vidéoludiques ! Mais il fallait à tout prix que je vous rabâche une nouvelle fois l’histoire de Cicéron ! :stuck_out_tongue:

5 J'aime

Vous le savez peut-être, moi et les RPG, c’est l’amour pour l’éternité. Et j’aime particulièrement la série des Elder Scrolls, donc vu que je ne l’ai pas encore vu ici, je pose THE antagoniste que je mettrais en haut d’une tier-list des méchants de TES.

Voryn Dagoth / Dagoth Ur / Le Sharmat (Morrowind)

Alors. Les gens qui ont joué à n’importe quel TES savent que le lore de la série est un bazar sans nom. Genre une race qui peut donner des hommes-chats, des trucs qui ressemblent à des humains, des chats normaux et des hommes-tigres de trois mètres en fonction du placement de la lune. Ou un empereur qui sait qu’il va mourir et s’en beurre considérablement l’oignon.

Eh bien, Morrowind n’échappe pas à cette règle, en nous donnant en plus des versions conflictuelles de certains éléments du lore. Et l’un des personnages dont le passé est le plus obscur, c’est Dagoth Ur.

Je vous fais un bref résumé. Il y a TRÈS longtemps vivait un type appelé Indoril Nerevar. C’était un héros chez les Chimer (les elfes noirs, mais avant qu’ils soient maudits par Azura), et il était à la tête de l’alliance Chimer/Dwemer (les Dwemer, ce sont les nains) après que les Nordiques occupant Morrowind à l’époque aient été renversés. Son pote, son gars sûr, son bro, c’était Voryn Dagoth, un mec relativement haut placé puisqu’il était Haut Conseiller de sa maison.

Un jour, on ne sait trop comment, Dagoth a découvert que les nains avaient forgé des outils pour utiliser le Coeur du dieu Lorkhan afin de créer une machine et de s’en servir contre les Chimers. Du coup PAF ! une guerre entre Chimers et Dwemers. Et pas une petite hein, la race naine entière a disparu à la fin.

Bon. Le problème, c’est que les outils, il fallait bien en faire quelque chose une fois les nains disparus. Du coup, Nerevar les a filés à Dagoth en lui demandant de les surveiller. Et là, on a plusieurs versions qui divergent :

  1. Dagoth a fait mumuse avec les outils en essayant de piquer du pouvoir à Lorkhan, ça l’a rendu fou et Nerevar a dû le tuer, puis est mort ensuite (version des dieux-rois locaux, qui se sont servis du coeur pour devenir immortels, donc autant vous dire qu’il y a un léger déficit d’objectivité).

  2. Dagoth était avec les nains depuis le début pour faire nawak avec le Coeur, et était donc concrètement un traître, puis a fait nawak avec le Coeur après la disparition des nains.

  3. Dagoth ET Nerevar ont été trahis et assassinés par les dieux-rois en question (version des nomades du coin).

Dans tous les cas, Dagoth n’est PAS mort à ce moment-là. Il a survécu plus de 1000 ans grâce au Coeur, et c’est l’antagoniste principal de Morrowind. Qu’a-t-il fait pour être le méchant ? Oh, pas grand-chose. Il répand juste une petite maladie mortelle dans l’espoir que ça fasse dégager les envahisseurs de la province et que ça élève les autres au rang de dieux, mais sinon, le mec est réglo. Ah, et pour ceux qui se poseraient la question, sa stratégie est assez inefficace. Ça ne transforme pas les gens en dieux, mais plutôt en zombies, en fous, en gens morts ou en infirmes.

C’est un personnage qui m’a marqué parce que, de tous les antagonistes de TES, c’est celui qui illustre le mieux le fait que les gens vraiment mauvais pensent faire le bien.

Parce que bon… Jagar Tharn dans Arena, c’était un méchant très classique, qui savait que ce qu’il faisait était mal mais s’en fichait assez lourdement. Mankar Camoran dans Oblivion, même s’il est plutôt bien écrit, est un monstre sur toute la ligne doublé d’un fanatique religieux. Alduin dans Skyrim, on nous dit limite que c’est dans sa nature de tout détruire.

Mais Dagoth ? Bah dépendant de la version à laquelle on se fie, c’est soit un gars qui a été trahi dans tous les coins et un pion sur l’échiquier des trois dieux, soit un gars qui a, comme tout être mortel, été tenté par le pouvoir et qui n’a pas su résister. Et dans tous les cas, on peut lui reprocher d’utiliser les pires méthodes au monde (qui sont ce qui en font un méchant), mais son objectif de rendre sa grandeur à Morrowind est, si pas louable, compréhensible. Regardez la mentalité de la plupart des Dunmer dans ce jeu (on se fait traiter d’esclave/étranger dans la rue quoi) et osez me dire que si ces gens étaient à la place de Dagoth, ils ne chercheraient pas à faire la même chose.

4 J'aime