[The Elder Scrolls] Fanfiction « Digne de vie » (et ses spin-offs)

Titre : Digne de vie

Type : préquelle ; les événements se déroulent avant ceux de The Elder Scrolls V: Skyrim

Personnages principaux : Aemillia (OC), Cicéron, Confrérie Noire (OCs ; Alisanne Dupré (mentionnée))

Genres : ship, drame

Rating : M

Résumé/pitch :

Bruma, province de Cyrodiil. En 4E 179, cinq ans après la signature du Traité de l’Or blanc qui sembla mettre un terme à la Grande Guerre, les activités du sanctuaire de la Confrérie Noire sont florissantes. Un matin du mois de soufflegivre, Aemillia, une impériale appartenant à cette famille maudite, se charge d’un énième contrat visant un marchand d’armes. Cet événement, bien qu’anodin, guidera sur son chemin un jeune impérial déterminé à la connaître, d’une manière ou d’une autre.

Note de l’auteur : C’est ma première fiction sur The Elder Scrolls ; n’ayant pour le moment joué qu’à Skyrim (un jour viendra, je toucherai à Oblivion et à Morrowind…) j’avoue que j’ai dû faire énormément de recherches, puisque l’intrigue se passe en Cyrodiil.
À la base ■■■çue comme un one-shot tiré d’un rêve, Digne de vie s’est avérée être particulièrement longue (49 pages avant le découpage en chapitres). C’est une fanfic finie en six chapitres, que je publierai en bi-hebdomadaire, le samedi et le mercredi !
Je mettrai une petite mise à jour ici lorsque je publierai les prochains chapitres ! :wink:
J’espère qu’elle vous plaira autant que j’ai aimé l’écrire ! :smiley:

Lien : Digne de vie, une fanfiction The Elder Scrolls


Liste des chapitres :

4E 179, soufflegivre.
Un contrat parvient de Bravil : un voyageur commande l’assassinat d’un marchand d’armes.
Pour Aemillia, assassin de la Confrérie Noire, c’est un jeu d’enfant. Mais la maladresse de ses frères d’armes pourrait bien enclencher l’engrenage du destin.

4E 179, soufflegivre.
Le dénommé Cicéron débute son entraînement au sein de la Confrérie Noire, sous la direction d’Aemillia, que cela enchante guère.
Cicéron enchaînant accidents sur accidents, elle est excédée par ce rôle d’enseignant qu’on lui a imposé.

4E 180, plantaisons.
La perte de Fa’rris laisse comme un vide au sein de la famille sinistre du sanctuaire de Bruma.
La flamme qui animait autrefois Aemillia semble revenir alors que Cicéron est amené à remplir son premier contrat, le « test » qui déterminera s’il peut devenir un assassin à part entière.

4E 181, primétoile.
L’anniversaire d’Aemillia approche. Bien que ce ne soit pas dans les mœurs de la famille que de fêter un jour qui, à leurs yeux, n’est pas important, ce n’est pas de l’avis de Cicéron.
Désireux de remercier sa sœur pour toute son aide par le passé, il oublie qu’il ignore une grande partie de celui de l’impériale.

4E 184.
Les mois et les années se succèdent, semblables et différents à la fois.
La curiosité et l’ignorance de Cicéron surprennent ses frères et sœurs, qui pallient son manque d’instruction lors de soirées passées à discuter autour du feu.
Aemillia, quant à elle, prend peu à peu ses distances avec les autres membres du sanctuaire, sans raison apparente.

4E 186, sombreciel.
On entendait de plus en plus de rumeurs au sujet de la destruction de bon nombres de sanctuaires de la Confrérie Noire.
Bientôt le chemin tracé par les étoiles trouvera son terme, et les déchirements que cette voie sans issue ne sauraient être évités.

5 J'aime

Voilà une première mise à jour : le deuxième chapitre est sorti à l’instant !

Il s’intitule « Exécution des ordres » ; voici son pitch :

4E 179, soufflegivre. Le dénommé Cicéron débute son entraînement au sein de la Confrérie Noire, sous la direction d’Aemillia, que cela enchante guère. Cicéron enchaînant accidents sur accidents, elle est excédée par ce rôle d’enseignant qu’on lui a imposé.

Vous pourrez le lire en cliquant sur ce lien : https://www.fanfictions.fr/fanfictions/the-elder-scrolls/12852_digne-de-vie/43471_chapitre-ii-execution-des-ordres/lire.html

Bonne lecture, et à samedi pour le prochain chapitre ! :smiley:

Me revoilà à nouveau pour vous informer de la sortie du 3e chapitre, sobrement intitulé « Le premier contrat » !

4E 180, plantaisons. La perte de Fa’rris laisse comme un vide au sein de la famille sinistre du sanctuaire de Bruma. La flamme qui animait autrefois Aemillia semble revenir alors que Cicéron est amené à remplir son premier contrat, le « test » qui déterminera s’il peut devenir un assassin à part entière.

La lecture se fait en cliquant juste ici ! :wink:

Bonne lecture et à mercredi prochain pour le prochain chapitre ! :slight_smile:

1 J'aime

Encore et toujours moi, pour vous alerter de la publication du 4e chapitre !

J’espère qu’il vous plaira, si l’envie vous prend de le lire ! :smiley:

4E 181, primétoile. L’anniversaire d’Aemillia approche. Bien que ce ne soit pas dans les mœurs de la famille que de fêter un jour qui, à leurs yeux, n’est pas important, ce n’est pas de l’avis de Cicéron. Désireux de remercier sa sœur pour toute son aide par le passé, il oublie qu’il ignore une grande partie de celui de l’impériale.

1 J'aime

Eeeeet nous revoilà pour le pénultième chapitre !

4E 184.
Les mois et les années se succèdent, semblables et différents à la fois.
La curiosité et l’ignorance de Cicéron surprennent ses frères et sœurs, qui pallient son manque d’instruction lors de soirées passées à discuter autour du feu.
Aemillia, quant à elle, prend peu à peu ses distances avec les autres membres du sanctuaire, sans raison apparente.

J’espère que votre lecture vous plaira !
À mercredi pour le final de la fanfiction ! :slight_smile:

1 J'aime

Bon, eh bien nous y voilà.
Je clos dès à présent ce flood peut-être un peu agaçant, avec la publication du sixième et dernier chapitre, « Si seulement je n’avais pas de cœur ».

4E 186, sombreciel.
On entendait de plus en plus de rumeurs au sujet de la destruction de bon nombres de sanctuaires de la Confrérie Noire.
Bientôt le chemin tracé par les étoiles trouvera son terme, et les déchirements que cette voie sans issue ne sauraient être évités.


Avec ceci, j’apporte quelques anecdotes concernant la genèse et l’écriture de cette fiction !

Tout d’abord, concernant le choix du titre, ça s’est fait un peu aléatoirement, sans trop forcer. J’écrivais justement un énième passage de la fiction, en écoutant un live de mon duo préféré, amazarashi. Et lorsque, captivée par l’une des chansons interprétées, j’ai laissé mon esprit divaguer, j’ai trouvé que le titre de cette chanson, une fois traduit, pouvait faire un excellent titre pour cette fiction. Inochi ni fusawashii, composée pour la bande-originale du jeu Nier;Automata, a donné à Digne de vie son titre.

Le titre du premier chapitre, « Un baiser, chère Mère », est en réalité le titre d’un des nombreux ouvrages que l’on peut se procurer dans Skyrim (n’ayant jamais joué à Morrowind ni à Oblivion, j’ignore si on en trouve dans ces deux autres opus) ; ce livre nous apprend comment procéder au Sacrement Noir, permettant d’appeler un assassin par le biais de la Mère de la Nuit. Il décrit les éléments à rassembler, la procédure à suivre, et l’incantation à réciter tout en poignardant l’effigie de notre cible.

Le titre du dernier chapitre, « Si seulement je n’avais pas de cœur », est une référence directe à la chanson Inochi ni fusawashii mentionnée au-dessus ; cette phrase (kokoro sae nakatta nara en japonais), clos chaque refrain, sauf le dernier, dans lequel elle est suivie de « ombre et lumière » (hikari to kage). Ce serait mentir que de dire que cette chanson ne m’a pas inspirée, même indirectement, dans l’écriture de cette fiction. Désormais, lorsque je l’écoute ou repense aux paroles, j’ai toujours une pensée pour les personnages de cette histoire.

Et enfin, dernière anecdote un peu amusante, j’étais partie du principe que le personnage d’Aemillia posséderait une dague d’ébonite parce que 1) je trouve cette arme vraiment belle dans Skyrim et 2) c’est une des armes du personnage que j’incarne dans ma partie la plus récente, mais j’ai trouvé la coïncidence sublime lorsque j’ai découvert que c’était l’arme par défaut que possédait Cicéron lorsque le joueur en faisait son compagnon. (ou alors je lui en ai donné une lorsque je lui ai demandé de me suivre ? je devrais peut-être revoir mes sources :thinking: )

Voilà voilà, c’était BakApple, pour vous servir !
Au plaisir de se recroiser, ici ou sur le site principal ! :wink:

1 J'aime

Bonjour à tous et à toutes !

Un peu sortie de nulle part, une idée de one-shot qui ferait office de suite à Digne de vie m’est venue. C’est donc pour cela que je vous la présente ici ! :smiley:

-> Un simple assassin

Cela faisait quatre mois que le sanctuaire de Bruma avait cédé face au Penitus Oculatus. Quatre mois que Cicéron avait commencé à refaire sa vie au sein du sanctuaire de Cheydinhal.
Au détour d’un contrat visant à assassiner la baronne Hadriana, sa rencontre fortuite avec une petite fille ravivera de douloureux souvenirs qu’il peine à oublier…

Il n’y a donc qu’un chapitre (évidemment, c’est un OS) ! Il est disponible juste ici !

Type : préquelle ; les événements se déroulent avant ceux de The Elder Scrolls V: Skyrim. Mais aussi séquelle, puisqu’elle se passe après Digne de vie (vous suivez ou bien il vous fait un dessin ?)

Personnages principaux : Cicéron, Confrérie Noire (Rasha ; membres du Sanctuaire d’Épervine (mentionnés), Oreille Noire)

Genre : drame

Rating : M


À l’écriture de cet OS, plusieurs autres idées me sont venues. Nous ne serions donc pas à l’abri d’une séquelle de séquelle ! :smirk:

Bonjour, bonsoir à tous et à toutes, et bienvenue pour un retour dans le Ciceroverse !
(c’est le petit surnom que j’ai trouvé à tout l’univers que j’ai développé autour de Cicéron :smirk:)

Voilà une séquelle de la séquelle ! Un one-shot faisant suite à Digne de vie et Un simple assassin, et qui, normalement, sera le dernier one-shot écrit et publié avant la séquelle de la séquelle de la séquelle, une fanfiction à chapitres sur laquelle je vais bientôt très sérieusement me pencher. :smiley:

:arrow_right: Rira bien qui rira le dernier

Primétoile, 4E 189 ; Cheydinhal, province de Cyrodiil.
Après le décès de l’Oreille Noire, la Confrérie survit du mieux qu’elle peut. Cicéron, comme ses frères et sœurs, erre dans la ville en espérant entendre parler de possibles contrats.
Pour protéger la Mère impie des souillures de ce bas-monde, la Main Noire doit désigner un Gardien qui en prendra soin.

Type : préquelle aux événements canons de Skyrim, mais aussi séquelle de Digne de vie et Un simple assassin.

Personnages principaux : Cicéron, Confrérie Noire (Rasha ; Alisanne Dupré (mentionnée) ; le Bouffon ; Aemillia (OC, mentionnée))

Genre : drame, famille ; assassinat, deuil

Rating : M

°

Avec ceci, j’en profite pour faire la foire aux couvertures de fanfictions ! :smiley:
Voilà les couvertures que j’ai faites pour ces trois fanfictions :



°

Bref, j’annonce officiellement dans le même temps que l’écriture de la suite de la suite de la suite, sobrement titrée Hiraeth, va bientôt débuter. Dès que j’aurais fini la fic à chapitres sur laquelle je suis en ce moment (celle-ci), je pense commencer son écriture ! :smiley:
Vous en saurez plus le moment venu ! Et d’ici là, j’espère que ce one-shot vous aura plu ! :smiley:

À très vite !

3 J'aime

A quand un Ciceron Cinematic Universe ?! :rofl: :rofl: :rofl:

Blague à part, je vais essayer de jeter un œil si j’ai le temps. :wink:

3 J'aime

Finance le projet, et je le monte, ce CCU ! J’attends que ça, moi, toute une saga dédiée au meilleur NPC de ce maudit jeu ! xD

Evidemment, prends ton temps ! Si tu as besoin que je te confirme certaines parties du lore, ou que je t’en explique, tu peux toujours venir en MP ! :smiley: (je pourrais passer des heures entières à parler de Cicéron :smiley: )

2 J'aime

Je suis admiratif de cette dévotion envers un PNJ de Skyrim (qui sont pour la plupart juste un moyen de mettre le joueur en valeur et pas grand chose de plus, je trouve). Va vraiment falloir que je fasse un perso pour regarder ce qu’il s’y passe dans cette Confrérie Noire.
Et de toute l’énergie que tu consacres à l’écriture aussi, je sais pas comment tu fais. Tes couvertures sont très sympa’. Le titre en japonais est là pour le style ou parce que tu traduis tout ce que tu écris en japonais ?

J’ai bien hâte de lire tout ça en tout cas, je viens déjà de finir « Un simple assassin », donc le timing est parfait. Bon courage pour mener ce projet à terme !

2 J'aime

Peut-on seulement parler de dévotion dans ce cas ? Ca ressemble plus à une méchante obsession pour moi… :smiley: Tant que je n’en perds pas l’esprit, ça devrait aller ! :ok_hand:

Je te conseille de faire deux personnages, ou deux sauvegardes distinctes, pour la tenter. Il y a deux grands chemins (le « sauvetage » ou bien la « destruction » de la Confrérie), et évidemment si tu suis l’un, l’autre est inaccessible. :smiley: En tout cas, je te souhaite de t’amuser avec, je la trouve très fun à jouer !

Tout simplement, je vis un peu pour écrire. Bon, pour procrastiner pas mal aussi, mais comme c’est plus qu’un hobby (dans certains cas, c’est presque un besoin vital :sweat_smile:), et je m’éclate rarement autant que quand j’écris. Surtout quand je vois que des gens sont intéressés par mes déblatérations portant encore et toujours sur Cicéron ; tu remarqueras que je n’ai jamais écrit sur quelqu’un d’autre que lui quand il s’agissait de The Elder Scrolls:smiley:
Puis bon, c’est toujours plus plaisant d’écrire des fanfictions que de bosser sur cette chose horrible qu’est le mémoire… :sweat_smile:

Merci encore ! C’est gentil ! :blush:
Malheureusement, je n’ai pas les tripes (ni la patience, ni le niveau tant il a baissé depuis le temps) pour traduire tout ça en japonais. J’adorerais, puisque je vois que la communauté japonaise de Skyrim est encore là, mais je pense que je vais laisser passer cette chance… :sweat_smile:
En revanche, il y a plusieurs raisons aux titres en japonais. Dans le cas de Digne de vie (ou, dans un autre registre, Sous l’affiche d’un film pornographique), il s’agit d’une référence plus qu’explicite à la chanson qui aura, à un moment donné dans le processus de réflexion et d’écriture, influencé l’histoire. Dans les deux cas, il s’agit de chansons d’amazarashi, dont je ne parlerai pas plus sous peine de divaguer encore et toujours… :smiley:
Dans le cas d’Un simple assassin, c’est surtout parce que cette ligne m’est venue d’abord en japonais. La scène m’est apparue, et je trouvais ça dommage de passer à côté de cette ligne de dialogue. D’autant plus qu’à mes yeux, Cicéron n’est pas qu’un « simple assassin », et encore moins un « simple NPC » ; c’est un personnage que j’affectionne énormément, qui continue à me harceler bien des années après le premier contact. Et il me donne tout ce qu’il me faut comme idées pour écrire, alors comment lui en vouloir ? :smiley:

Merci beaucoup, en tous les cas, pour l’attention que tu portes au « Ciceroverse » ! J’espère qu’il continuera à te plaire ! :smiley:

1 J'aime